La fin d'une imposture, un roman de Kate O'Riordan

Publié le par Marguerite Rothe

roman policier de Kate O'Riordan, aux éditions Folio

Bien que connaissant la réponse, durant presque la moitié du livre je n'arrêtais pas de me demander s'il est possible d'être subjugué par quelqu’un au point d’abandonner toute morale, tout amour-propre, toute dignité, toute raison. La lecture des faits divers nous renseigne assez vite : oui, c'est tout à fait possible, et c'est même très courant. Et c'est ce qui va arriver à Rosalie, l'héroïne de La fin d'une imposture, de Kate O'Riordan.

Candidate idéale pour être l'héroïne  de ce roman, elle répond "présente" aux clichés suivants : elle a la quarantaine, elle est mariée, son ménage bat de l'aile, et sa santé mentale fait des embardées tant le deuil de son fils aîné  est un enfer. Enfer qu'elle partage avec Maddie, sa fille cadette ; une adolescente proprement ingérable depuis la mort de Rob, son grand frère. Enfin, il y a celui par qui le mal arrive : Jed. Un jeune homme à la beauté transcendante, enjôleur, courtois, que Rosalie et Maddie rencontrent lors d'une session de thérapie de groupe à laquelle elles participent pour se remettre de la mort de Rob. Proies fragiles, qu'il n'aura aucune peine à séduire.

Avec la détresse de Rosalie, les incertitudes et la rancœur de Luke, la révolte de Maddie, et la présence envahissante de Jed, tout le roman s’articule autour de la mort de Rob. Jed, qui va mettre à profit les absences prolongées de Luke, le maître de maison, et qui va peu à peu s'installer dans la vie de cette famille disloquée ; jusqu'à emménager dans la maison familiale. Dans la chambre de Rob.
Et si Maddie succombe sans retenue au charme magnétique de jeune homme, il en va autrement pour Rosalie. Sa sensualité, qui se réveille au contact de Jed, l'effraie. Elle est trop vieille. Et puis il y a Maddie. Et puis il y a Luke. Et puis il y a le décès récent de Rob. À l'enfer du deuil s'ajoute la crise de conscience. Et malheureusement,  toutes ses prières et ses rosaires n'y suffiront pas. On attribue souvent aux hommes la faiblesse du « démon de midi », ce qui est parfaitement erroné, car les femmes aussi sont frappées par cette crise existentielle de la maturité. Comme vous le comprenez, plusieurs pistes d'analyses psychologiques sont développées par Kate O'Riordan, et sont tout aussi intéressantes que l'intrigue elle-même.

La fin d'une imposture est la description d'un engrenage infernal. Une situation plausible très bien décrite. Il manque un je-ne-sais-quoi, pour que la fin de ce roman me fasse dire qu'il est très bon. Mais lire un bon roman, c'est déjà très bien... Outre la psychologie fine de tous les personnages, j'ai apprécié la justesse de description et l'analyse de la délinquance juvénile des grands centres urbains. Et j'ai trouvé que le travail d'enquête de Kate O'Riordan était aussi bon que celui de Graham Hurley (c'est dire !) C'est cette observation minutieuse de la société, qui procure autant d'authenticité à leurs fictions.

©Marguerite Rothe


Présentation de l'éditeur

La vie de Rosalie et de Luke s'est délitée voici quelques mois après la révélation de l'adultère commis par

La fin d'une imposture
Visuel du roman édité aux éditions Joël Losfeld

Luke. Mais l'annonce de la mort de Rob, leur fils, lors d'un voyage en Thaïlande provoque un séisme familial. Les mois qui suivent sont un cauchemar dans lequel Rosalie doit apprendre à composer avec la perte de son fils, un contexte conjugal compliqué et aussi la dépression de Maddie, sa fille. Cette dernière se juge coupable de la mort de son frère mais refuse d'expliquer pourquoi à ses parents. Elle se lie avec un gang de filles particulièrement violentes. Rosalie croit apercevoir le bout du tunnel lorsque, au cours d'une thérapie de groupe, elles font la connaissance de Jed, un jeune homme auquel Maddie s'attache très rapidement, même si cette figure singulière devient de plus en plus angoissante. L'adolescente reprend goût à la vie, alors que le diabolique Jed ne cesse de s'immiscer dans la famille...

Biographie de l'auteur

Kate O'Riordan est irlandaise. Auteur de quatre romans, tous traduits et publiés aux Éditions Joëlle Losfeld depuis 2002, elle écrit également pour le cinéma. Sa réputation et son succès en France n'ont fait que croître, notamment avec Un autre amour (2010), succès critique et commercial. Elle vit aujourd'hui à Twickenham, en Angleterre.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :