La guerre secrète contre les peuples, une enquête de Claire Séverac

Publié le par Marguerite Rothe

La guerre secrète contre les peuples, Claire Séverac, éditions Élie et Mado , Kontre Kulture

Ce livre, vous ne voulez pas le lire. Il vous fait peur. Pourquoi ? Parce qu'on vous a enfoncé dans le crâne (voir ici et ici) qu'il était le travail d'une cinglée et qu'il était potentiellement dangereux de le lire (des fois que la folie soit contagieuse !) Et ce « on » vous fait tellement peur, que vous ne cherchez même pas à comprendre le pourquoi du comment par vous-même. Vous faites confiance au renard qui se propose de garder les clés du poulailler. Mais par-dessus tout, vous ne voulez pas être mis au ban de la société. Vous ne voulez pas être traité de fou. Vous ne voulez pas que l'on dise de vous que vous êtes un complotiste. Pour toutes ces raisons, c'est vrai que ce livre fait peur. Mais ce ne sont pas les bonnes raisons. Les vraies raisons qui font que La Guerre secrète contre les peuples fait peur, c'est que lorsqu'on a fini de le lire, il n'y a plus moyen de regarder le monde tel que nous l'envisagions avant. Vous voulez une image ?

Vous êtres dans la matrice, vous êtes Néo, et vous avez choisi la pilule rouge. Le monde d'illusion s'est délité et il ne reste plus que le réel. Abominable et terrifiant. Ne riez pas. Le cinéma est la première et favorite de toutes les armes de ceux qui nous manipulent.

Non, la vraie raison est que ce livre est dangereux pour eux. « Eux », ce sont ceux qui ne veulent pas que vous compreniez, que vous sachiez. Ce livre, c'est le pavé dans la mare d'eau stagnante. Claire Séverac, infatigable, obstinée, a compilé dans son ouvrage l'essentiel de ce que chacun peut lire éparpillé sur l'Internet dissident : géo-ingénierie, HAARP, vaccins, nanoparticules, transhumanisme, etc. Alors non, « Ils » ne veulent vraiment pas que les foules sachent ce qui est en train d'arriver. Ce que « eux » sont en train de comploter.
« Ils » ne veulent qu'une chose, c'est que vous continuiez à dormir. Tout en ouvrant votre portefeuille pour consommer.
Si vous lisez La guerre secrète contre les peuples, cette lecture vous fera basculer dans le monde des adultes raisonnants comme l'enfant bascule dans le monde réel lorsqu’il découvre par un beau matin d'hiver que Père Noël n'existe pas. Simultanément, avec son instinct d'enfant, il comprend également que le Croquemitaine n'existe pas, lui non plus. L'auteur, Judith Viorst, nomme ces étapes Les renoncements nécessaires. Ce sont les souffrances inévitables que l'on doit doit affronter au cours d'une existence pour grandir. Qui nous font accéder à la maturité. C'est la face positive des renoncements.

La guerre secrète contre les peuples, de Claire Séverac est le Croquemitaine que les menteurs, les falsificateurs, les criminels agitent à la face des populations qu'ils ont prévu d'asservir.

Prenez au pied de la lettre ce qu'écrivaient George Orwell et Aldous Huxley (lui et sont frère Julian étaient d'ardents mondialistes et eugénistes) dans leurs livres : 1984 et Le meilleur des mondes. Aujourd'hui, ces romans font figure de prophéties. Nous y sommes.

« The individual comes face-to-face with a conspiracy so monstrous he cannot believe it exists. The American mind has not come to a realisation of the evil which has been introduced into our midst. It rejects even the assumption that human creatures could espouse a philosophy which must ultimately destroy all that is good and decent. »
• The Elks Magazine (August 1956)

« L'individu se retrouve face à face avec une conspiration si monstrueuse qu'il ne peut pas croire qu'elle existe. L'esprit américain n'est pas parvenu à réaliser le mal qui a été introduit parmi nous. Il rejette même l'hypothèse selon laquelle les créatures humaines pourraient épouser une philosophie qui doit finalement détruire tout ce qui est bon et décent. »

J. Edgar Hoover, Directeur du FBI de 1924 à 1972 (citation d’août 1956)

« L'individu se retrouve face à face avec une conspiration si monstrueuse qu'il ne peut pas croire qu'elle existe »

La plupart du temps la citation de J. Edgar Hoover n'est pas reproduite entièrement, pas plus que le contexte n'est précisé. John Edgar Hoover parlait du communisme. Aujourd'hui, il pourrait (peut-être) dire la même chose à propos de l'idéologie qui promeut le mondialisme ; ce nouveau communisme qui ne dit pas son nom.

Et pour ceux qui font encore la confusion : ne pas confondre mondialisation et mondialisme. Le premier étant un mouvement naturel inhérent à toutes les civilisations, et qui existe depuis les temps les plus reculés de l'histoire humaine. Allant toujours plus loin à travers les terres, et franchissant les mers, l'Homme a toujours échangé et troqué.

Le communisme a fait de par le monde plus de 100 millions de victimes ; les uns et les autres peuvent se chamailler autant qu'ils le voudront sur la véracité des chiffres, les faits sont là : tous les régimes totalitaires qui se sont inspirés directement ou indirectement du marxisme sont à l'origine de la mort d'un nombre incalculable d'humains, et cela, au nom d'une égalité impossible à atteindre. Alors que l'authentique justice, elle, pourrait le faire en un coup de cuiller à pot partout dans le monde.

Selon les estimations de Jean Ziegler, le capitalisme sauvage aurait déjà fait 54 millions de morts pour la seule année 2015 ; c'est six fois plus que le nombre de victimes comptabilisées lors la Seconde Guerre Mondiale (1939 - 1945), et qui fut de 57 millions.

Dans le futur, les chiffres de l'hécatombe du mondialisme bienheureux comparés à ceux du siècle précédent auront l'air ridiculement faibles. C'est ce que devront vivre nos enfants et petits-enfants.

Délirant ?

À quoi croyez-vous que pensaient ceux qui ont fait ériger les Georgia Guidestones, qui recommandent de maintenir l'humanité en dessous de 500 millions d'individus pour l'équilibre de la nature ?

Conservez le titre de ce livre et le nom de son auteur en mémoire : La guerre secrète contre les peuples, de Claire Séverac. Attendez d'être plus forts pour le lire. Et si un jour vous pensez que vous êtes en mesure d'y jeter un œil, alors faites-le. Mais comme le ferait un vrai chercheur de vérité : en vérifiant les sources citées (toutes factuelles). Enquêtez par vous-mêmes et compilez vos propres archives (beaucoup de choses disparaissent sur le Net), et transmettez.

N'ayez pas peur d'être traités de conspirationnistes. C'est un honneur ! Car nous sommes issus de la même graine que les Résistants d'hier et les Brigands d'avant-hier.

©Marguerite Rothe

___________________________________________________

Quatrième de couverture

On nous dit que ce sont de simples avions de ligne… Dormez bien, braves gens, il ne se passe rien ! De ces traînées blanches laissées par des avions qui pulvérisent sur nos têtes des produits toxiques, transformant nos beaux ciels bleus en plafonds laiteux, au programme Haarp, officiellement destiné à permettre les communications longue distance, mais qui sert à bien d’autres fins… on nous ment sur tout. Le temps qui se détraque, les catastrophes météorologiques à répétition, dus au CO2 vraiment ? Des documents déclassifiés de l’armée, des experts repentis, des scientifiques intègres parlent, eux, de guerre climatique. Quelles meilleures armes que celles qui se dissimulent sous des phénomènes naturels !

Essai de Claire Séverac, la guerre secrète contre les peuples, éditions Élie & Mado

Beaucoup d’entre nous ont entendu parler des diverses expériences de la CIA, toutes plus horrifiantes les unes que les autres. Mais combien savent qu’elles touchent le commun des mortels, que nous sommes tous victimes des armes bactériologiques, des implants, des nanoparticules, des mutations génétiques, des manipulations mentales, exposés aux perspectives terrifiantes ouvertes par le transhumanisme et l’eugénisme qui sont le but de nos élites ? Si nous ne nous y opposons pas, demain, ces nouvelles technologies au service des puissants feront de nous au mieux des pions, au pire des esclaves.

Plus ou moins tenus secrets, ces projets revêtent tous un alibi humanitaire : la faim dans le monde, le réchauffement climatique, la santé, l’écologie, la sécurité… En réalité, ils obéissent tous au plan d’une oligarchie qui n’a plus besoin de toutes « ces bouches inutiles », comme ses membres nous appellent en privé, et qui se donne ouvertement comme objectif de réduire l’humanité à 500 millions d’individus. Le plus grand génocide de l’histoire est en marche dans la désinformation la plus totale.

Pendant trois ans, Claire Séverac a mené l’enquête autour de ces questions inquiétantes pour l’avenir de l’Homme. Elle a décrypté pour nous des centaines de documents, recoupé des discours, fouillé dans les archives et les sites d’organisations internationales, d’ONG ou encore d’institutions gouvernementales. Elle a accumulé les témoignages et les preuves pour les livrer ici à notre jugement. Afin que chacun réagisse avant qu’il ne soit trop tard.

Préface de Pierre Hillard

Le livre de Claire Séverac, La Guerre Secrète contre les Peuples, appartient à la catégorie des ouvrages qui vous marquent. L’auteur présente et explique, à partir de documents officiels et multiples, qu’une élite financière, scientifique, industrielle et politique s’est engagée dans une voie d’optimisation maximale des richesses à leur profit dans le cadre d’un nouvel ordre mondial en cours d’élaboration.

Manipulations génétiques, épandages (chemtrails), portables, OGM, armes électromagnétiques, projet HAARP, etc., sont autant d’éléments permettant la soumission, l’abrutissement mais aussi la destruction de l’humanité à plus ou moins long terme.

Pour les survivants ayant échappé à ce rouleau compresseur, leur réduction à l’état de serf au profit d’une oligarchie prédatrice n’est finalement que leur seule ligne d’horizon. Le lecteur peut être choqué par de tels propos. Après tout, il n’entend pas un tel discours dans les médias officiels.

Ce lecteur oublie que ces médias sont, eux aussi, étroitement liés à ces élites politico-financières et qu’ils ne délivrent comme messages que ceux conformes à la doxa du système. Ce ne sont sûrement pas eux qui présenteront les origines profondes de l’étrange et révélateur Georgia Guidestones. Cet ensemble de blocs granitiques érigé en 1980 aux États-Unis présente dans de nombreuses langues, mais pas en français, une série de mesures dignes d’un régime dictatorial (limitation de l’humanité à 500 millions d’habitants, unification du genre humain, tribunal mondial, ...).

Toutes ces menaces recensées par Claire Séverac ne sont pas le fruit d’élucubrations. L’intérêt de ce livre est de dresser une liste très complète des acteurs œuvrant dans l’élaboration de techniques de pointe permettant l’assujettissement de l’humanité.

D’une certaine manière en raisonnant à froid et en faisant abstraction de toute morale, on peut dire que ces actions sont « logiques ». En effet, la volonté d’établir un nouvel ordre mondial oblige à une restructuration complète du monde.

Celui-ci obéit à deux étapes. Premièrement, il s’agit de mettre en place des blocs continentaux (Union européenne, Unasur, Union eurasienne, Union africaine, ...) constituant une gouvernance mondiale. Cette dernière se doit, pour des raisons d’efficacité, d’être en mesure d’appliquer un modèle commun planétaire diffusé via des unions régionales. Celles-ci, à l’instar des « Administrations régionales » du Meilleur des mondes d’Aldous Huxley, répercutent ces mesures afin de les diffuser en profondeur dans leur espace géographique.

Ainsi, l’humanité entière, subdivisée en blocs régionaux régis de manière technocratique, peut recevoir sa dose de poison de Monsanto et consorts. Cependant, le projet de gouvernance mondiale lié aux mesures décrites par Claire Séverac va plus loin encore et c’est le deuxième point.

La finalité du système est d’aboutir à une fusion de ces unions régionales avec mélange complet et indifférencié de tous les peuples de la terre. C’est le principe du « glocal » ou « région-monde ». Une surface territoriale réduite (le local) doit représenter l’échantillon planétaire humain. La multiplication de ce « local » sur toute la surface de la terre doit constituer le « global ». L’idéal suprême pour l’oligarchie est d’avoir un simple individu, déraciné, psychologiquement déstructuré et nomade afin de mieux le soumettre, en paraphrasant le général Eisenhower, au complexe militaro-industrialo-pharmaceutique de la gouvernance mondiale. Pour l’oligarchie et en liaison avec les techniques les plus développées, une humanité réduite à 500 millions d’habitants, comme le prescrit le Georgia Guidestones, représente le profil adéquat de la rentabilité maximale.

L’ironie dans cette histoire est que le système teste déjà les réactions psychologiques des peuples par des films annonçant, par la voie de la science-fiction, un avenir ressemblant furieusement au programme concocté dans les cénacles oligarchiques. C’est le cas du film Elysium sorti en 2013 avec Matt Damon et Jodie Foster. Tandis qu’une humanité mélangée, appauvrie et vivant d’expédients survit péniblement, une minorité oligarchique jouit des meilleures conditions de vie (alimentation, soins médicaux, ...) dans un immense vaisseau spatial arrimé à l’orbite terrestre. Vue de terre, cette île spatiale flottante réunissant la crème oligarchique représente un pentagramme renversé, l’emblème par excellence du satanisme. Et c’est aussi l’intérêt du livre de Claire Séverac.

Outre la diversité des mesures pour soumettre et avilir l’humanité, on ne peut qu’être frappé du caractère démoniaque de ces politiques touchant tous les secteurs propres au bon développement de la vie. Un tel degré de perversité et cette persévérance inouïe pour mener à terme ces projets ne peuvent pas être seulement l’œuvre d’êtres dépravés. Nous avons affaire à une attaque et à une destruction en règle de la Création. Ces propos peuvent étonner voire même faire sourire ceux qui ne croient ni en Dieu ni au diable.

Pourtant, les diverses techniques de manipulations génétiques concernant les hommes et les plantes, sans oublier la géo-ingénierie (modification du climat), présentées dans ce livre nous obligent à voir plus haut. Le nouvel ordre mondial est d’abord et avant tout une mystique reposant sur des rites sacrificiels.

Alors que l’ouvrage de l’auteur pourrait apparaître comme foncièrement pessimiste, il présente le grand mérite de rassembler de nombreuses preuves permettant de prendre conscience de l’immense menace qui nous attend. Le renversement de tendance ne peut prendre forme qu’à partir de faits établis et c’est justement ce livre qui le permet. À cela, nous pouvons souligner que Claire Séverac est capable d’évoquer et d’expliquer avec clarté des sujets lourds de conséquences tout en maniant l’humour et l’irrévérence à l’égard de nos bourreaux. C’est tout à son honneur d’avoir réuni ces informations et ces références multiples capables d’alerter ceux et celles qui veulent un avenir digne pour leurs enfants.

Avril 2015

Pierre Hillard

(Pierre Hillard est un essayiste français, docteur en science politique. Spécialiste du « mondialisme »)

Elysium, film de Neill Blomkamp avec Matt Damon et Jodie Foster.

 

La guerre secrète contre les peuples, une enquête de Claire Séverac
La guerre secrète contre les peuples, une enquête de Claire Séverac
La guerre secrète contre les peuples, une enquête de Claire Séverac
La guerre secrète contre les peuples, une enquête de Claire Séverac

Biographie de Claire Séverac

De mère basque et de père occitan, Claire Séverac étudie les "Sciences politiques" avant de faire une carrière dans la musique aux États-Unis. Ses chansons sont enregistrées par des artistes aussi connus que Pat Benatar, Donna Summer, Emmylou Harris, Willy Deville, Chicago, Young MC, Toto...

Tout ce temps, Claire est particulièrement sensible aux scandales liés à la santé et à l'environnement (vaccination, pesticides, affaire du sang contaminé...), et à la complicité entre les cartels, les banques et les leaders politiques. Au printemps 2009, avec le début de la communication autour du virus H1N1, elle décide d'enquêter et découvre que les maux dont nous souffrons ne sont pas dus au hasard ni à la fatalité, mais plutôt à un plan organisé par une poignée de "banksters" prêts à tout pour contrôler le monde. Elle rassemble alors dans un livre : Complot Mondial contre la Santé, les preuves officielles de tous les dommages qu'ils sont en train de causer à notre santé avec la nourriture, les médicaments, les pesticides... les noms des coupables, leurs méthodes et comment ils ont pu mettre leurs plans à exécution. Qui dirige réellement le monde ?

Elle écrit ensuite avec Sylvie Simon : La coupe est pleine (nos enfants sont plus précieux que le CAC 40) sur la manipulation et la désobéissance civique. Que peut-on nous faire de pire que d'empoisonner nos enfants ?

Son livre ultime, La guerre secrète contre les peuples (préface de Pierre Hillard) vient de sortir. Trois ans d'enquête qui prouvent l'existence des chemtrails, la puissance de Haarp, le danger des ondes, les mensonges du réchauffement climatique, le transhumanisme... et met à jour le plan satanique des élites pour réduire la population mondiale à 500 millions, rendre les survivants stériles et créer les "posthumains" qui leurs serviront d'esclaves.

Claire Séverac est décédée le 25 décembre 2016 d'un cancer... foudroyant.

Bibliothèque de « combat »

Complot mondial contre la santé, de Claire Séverac

La coupe est pleine, nos enfants sont plus précieux que le CAC40, de Claire Séverac, en collaboration avec Sylvie Simon

Atlas du mondialisme, de Pierre Hillard

La marche irrésistible du Nouvel Ordre Mondial, de Pierre Hillard

Archives du mondialisme, de Pierre Hillard

La stratégie du choc, de Naomi Klein

Kinsey, la face obscure de la révolution sexuelle, de Judith Reisman

Les secrets de la réserve fédérale, d'Eustace Mullins

À plus d'un titre, ce passage est le plus émouvant du film.