Outsphère, un roman de science-fiction de Roger-Guy Duvert

Publié le par Marguerite Rothe

Roman de science-fiction auto-édité de Roger-Guy Duvert

Outsphère est un premier roman de science-fiction autoédité de Roger-Guy Duvert. Mon avis sur cette lecture est mitigé. L'auteur est arrivé à m'embarquer sur les deux tiers du livre. Mais cela s'est gâté un peu avant la fin. Sans rien dévoiler de l'intrigue, je dirai juste que la traversée d'une montagne de part en part, faite par un homme blackboulé dans les eaux noires et glacées d'une rivière ne m'a pas convaincue. Je suis bien d'accord que c'est une fiction, mais même dans ce cas, l'action doit rester crédible si les héros sont de simples humains. Cela fait partie du boulot de l'auteur que d'évaluer au plus juste les capacités de ses personnages, d'estimer les distances qu'ils doivent parcourir, etc. Le fait que le genre traité soit de la SF n'autorise pas tout et n'importe quoi. 

Quoi qu'il en soit, c'est à partir de ce passage qu'un certainement essoufflement a commencé à se faire sentir dans le fil de la narration. Au point que vers la fin, le travail d'écriture m'est apparu bâclé. Comme si l'auteur en avait marre et voulait en finir une bonne fois pour toutes avec cette histoire. Il y a beaucoup de façons de tuer son texte. Certains passages me donnaient l’impression de lire un mémo : Untel fait ceci, Machin va faire cela, après ceci il va se passer cela... Ce n'était tout simplement pas "écrit". C'est dommage, parce que les deux premiers tiers étaient très corrects (on parle d'un premier roman) et se laissaient lire sans déplaisir. Cette fin déballée à la vitesse « grand V » a fini par gâcher l'ensemble. Avant de penser à une suite, Outsphère mérite une relecture approfondie et un réel travail de mise en forme. C'est du travail, je le conçois parfaitement, mais personne n'a jamais dit qu'écrire était chose facile.

©Marguerite Rothe

Quatrième de couverture

Après avoir quitté une Terre mourante du fait des erreurs de nos sociétés, l'Arche, premier vaisseau à coloniser une exoplanète, arrive au bout d'un long voyage de 80 ans. Les colons sortent de leurs caissons cryogéniques et découvrent ce qui doit devenir un nouveau commencement pour l'humanité. Une nouvelle planète, un monde principalement végétal baptisé Eden. Les surprises se cumulent vite : la surface abrite une espèce primitive mais intelligente, des ruines prouvent l'existence de civilisations passées avancées, le système climatique obéit à des règles très particulières. Mais malgré tout cela, la colonisation commence de

Outsphère, roman de SF, de R.G. Duvert.

manière somme toute très classique, avec les traditionnelles oppositions entre militaires, scientifiques, civils. Mais tout change avec l'arrivée d'un nouveau joueur : un second vaisseau spatial arrive, quelques mois seulement après l'Arche. A son bord, des Terriens partis 60 ans plus tard, bénéficiant d'une technologie plus avancée, et eux même fortement modifiés génétiquement. Capables de se synchroniser et de communiquer télépathiquement entre eux, ils sont devenus une espèce fondamentalement collectiviste, que tout oppose aux traditionnels Terriens individualistes de l'Arche. Les deux peuples essaient dans un premier temps de cohabiter et d'apprendre les uns des autres, mais les obstacles rencontrés, le passé de la planète qui s'avère beaucoup plus riche et mystérieux que prévu, vont rapidement augmenter les tensions. Eden représente-t-il un nouvel espoir, ou au contraire la fin d'une civilisation ? "Outsphere" est une saga de science-fiction, qui tout en développant un univers particulièrement fouillé, s'amuse à explorer des questions philosophiques liées d'un côté au transhumanisme, de l'autre aux oppositions entre pensées collectivistes et individualistes.

Format broché 312 p. • PV : 19,99 € • ISBN : 978-1794329898  • Format électronique 2,49 € (au 02 janvier 2020)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :