Event 201, au cas où... Partie 1/3

Publié le par Marguerite Rothe

Ils nous aiment vraiment, le saviez-vous ? Tellement qu'ils dépensent des sommes folles pour prévoir et réagir au mieux face à des catastrophes du genre : attentats ou pandémies (inéluctables, forcément inéluctables.) C'était le sujet du colloque Event 201, qui a eu lieu le 18 octobre 2019 à New York, NY.

Event 201 discussion

L'Event 201 était présenté comme un exercice de haut niveau sur la gestion des pandémies. Et il a eu lieu au Johns Hopkins Center for Health Security, en partenariat avec le Forum économique mondial et la Fondation Bill et Melinda Gates. Curieusement, cet exercice se basait sur l'hypothèse de l'apparition d'une pandémie de... coronavirus ! Pandémie qui interviendrait (aussi incroyable que cela puisse paraître) dans la réalité au mois de novembre 2019. Et je ne vous parlerai pas de la fâcheuse coïcidence qui a fait que madame Buzyn a fait classer la chloroquine comme substance vénéneuse  le 13 janvier 2020.

Bien sûr, cet exercice n'est pas le premier du genre. Le premier semble avoir été mis en place en 2015. Pandemic simulations: Preparing for the catastrophe we hope will never happen

« Un message fondamental, qui est ressorti de toutes les discussions, était la nécessité pour les pays de disposer d'un plan de préparation à la pandémie. Sans un plan qui guide les actions et l'approche d'un pays, les nations continueront à être mal préparées pour de futures épidémies. Le groupe de la Banque mondiale, [...] aidera au moins 25 pays à élaborer des plans de préparation à une pandémie. Grâce à ces mécanismes, nous espérons aider les pays à éviter que des épidémies locales ne se transforment en pandémies mondiales. Les simulations futures nous aideront à alimenter cette conversation avec d'autres décideurs clés, qui sont essentiels pour réaliser les investissements nécessaires afin d'éviter que les épidémies ne se transforment en pandémies. »

De coïncidence en coïncidence

Du vaccin qui surgit à point nommé au confinement planétaire, l'oligarchie mondialiste ose tout.

 

By MAAYAN JAFFE-HOFFMAN MARCH 15, 2020 14:18

Clique-image pour accéder au site The Jerusalem Post pour lire l'article dans son intégralité.

Outre le fait que tous ces bons samaritains ont une chance extraordinaire, ils réfléchissent beaucoup, et tout le temps. Comme lors de l'épidémie du H1N1, qui devait provoquer un très grand nombre de morts. Chacun se souvient du matraquage médiatique intensif qui avait été fait pour que les Français se comportent en bons citoyens et se fassent vacciner. Cela n'a pas fonctionné, et les millions de vaccins commandés ont été revendus à des pays étrangers.

Désormais, ce n'est plus le H1N1, mais le coronavirus.

Aujourd'hui, il n'est plus question de regimber

Je vous relaye un article du professeur Michel Chossudowsky. Du confinement à la vaccination mondiale obligatoire, son exposé est passionnant. L'auriez-vous cru, il y a six mois de ça, si l'on vous avait dit qu'ils arriveraient à coller quasiment toute la planète en confinement ?

L'article intégral ci-dessous :

Le programme de l'Event 201

The Johns Hopkins Center for Health Security, World Economic Forum, and Bill & Melinda Gates Foundation jointly propose these recommendations. Un vrai plan de guerre à l'attention des gouvernements et des entreprises ! (N'hésitez pas à utiliser un traducteur en faisant du copié/collé ; pour le moment, je trouve Deepl plus performant que Google)

Fact Sheets

The Center’s scholars researched these topics to inform the scenario.

CAPS: The Pathogen and Clinical Syndrome (PDF)
Communication in a pandemic (PDF)
Event 201 Model (PDF)
Finance in a pandemic (PDF)
Medical countermeasures (PDF)

Videos
View the video recordings of Event 201 as well as a short highlights video of the day here.

Scenario
Details about the scenario are available here.

 La communication pendant la pandémie

Nos sauveurs font tout pour nous, et nous, ingrats que nous sommes, que fait-on ? On observe ce qu'ils font et nous donnons notre avis. C'est mal. Nous n'avons pas le droit de dire que le confinement de la population d'un pays entier est anticonstitutionnel. Nous n'avons pas le droit de dire que les chiffres et les statistiques nous sont présentés sous un angle incorrect.

Traduction avec Deepl d'une partie du premier paragraphe du PDF :  Communication in a pandemic.

« Pourtant, les informations réelles sur les préoccupations de santé publique sont de plus en plus concurrencées par des messages erronés qui peuvent nuire à la confiance du public dans les interventions sanitaires et les autorités sanitaires. Ces faux messages sont souvent définis comme de la désinformation, des informations erronées partagées par divers canaux, et de la désinformation, c'est-à-dire la diffusion délibérée d'informations fausses ou trompeuses. L'environnement de l'information est de plus en plus constitué d'un mélange d'informations provenant de sources web et d'autres médias, en plus des sources historiques telles que la presse écrite et les médias d'information télévisés. Cependant, l'influence des médias sociaux a rendu la diffusion de fausses informations encore plus pernicieuse. »

La communication entre les gens, entre les peuples, à la vitesse d'Internet, c'est vrai que ça fait mal quand on a décidé d'instaurer une gouvernance mondiale.

 

Le scénario (Catastrophe, forcément catastrophe)

Grâce à un modèle mathématique, Eric Toner, du Center for Health Security, a pu établir avec sa simulation sur le CAPS (Coronavirus Associated Pulmonary Syndrom) qu'il y aurait 65 millions de morts en 18 mois, surpassant ainsi la grippe espagnole de 1918, la pandémie la plus meurtrière de l'histoire.

« In the simulation, CAPS resulted in a death toll of 65 million people within 18 months—surpassing the deadliest pandemic in history, the 1918 Spanish flu. »

Une simulation faite sur un modèle mathématique reste une théorie. Et crier son résultat sur les toits est forcément un acte délibéré pour provoquer la panique.

Via le lien ci-dessous, vous avez le texte en anglais et en français (c'est une traduction électronique faite avec Deepl. J'ai relevé un faux ami et peut-être n'était-il pas le seul, mais dans l'ensemble, cela est très compréhensible.)

©Marguerite Rothe

Partie 2 : ici

Partie 3 : ici

« On dit que la première fois est un événement, la deuxième une coïncidence et la troisième un schéma. »

Traquées, Michael Robotham

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :