Invention d’une maladie appelée « l'effroi », par l'activiste Julian Rose

Publié le par Marguerite Rothe

 

Léon Cogniet. 1794-1880. Massacre des Innocents.

Hier, je vous partageais un article qui traitait des effets de la peur sur l'être humain. Ces effets sont réels et connus depuis longtemps. Naomi Klein fait une démonstration éclatante du principe dans son livre La stratégie du choc. La thèse exposée par Naomi Klein dans son ouvrage est celle d'un processus volontaire de " privatisation radicale des guerres et des catastrophes " depuis les années 1970. Une vidéo documentaire passionnante sur le sujet est visible ici.

Je relaye aujourd'hui un article de l'activiste américain Julian Rose, trouvé sur Le Saker francophone, (désactiver votre VPN pour le lire) et qui traite du sujet sous un autre angle.

Depuis plusieurs semaines, la peur fait la "une" des médias. Rien n'est fait pour calmer les esprits. Rien n'est fait pour que la population comprenne à quoi elle est réellement confrontée. Au lieu de quoi, l'on assiste à des chamailleries d'égos blessés, de grands chercheurs sont insultés, tandis que sur les réseaux sociaux, se multiplient les messages de personnels soignants au bout du rouleau, qui n'ont pas de matériel pour travailler, et qui manquent de tout ; témoignages ici, via la chaîne YouTube de Silvano Trotta. Et pendant ce temps, le tam-tam de la peur continue de résonner.

Il y a une raison à cette peur. Elle est voulue pour figer les esprit, pour affaiblir, tant psychologiquement que physiquement. Julian Rose (comme beaucoup d'autres) nous le dit :

 « Beaucoup de ceux qui lisent ceci connaissent déjà les ambitions de l’élite de l’État profond dominant et savent qu’une phase pré-planifiée de chaos social et économique est un facteur clé dans leur tentative de déploiement du Nouvel ordre mondial totalitaire. Nous sommes maintenant dans cette phase.[...]la carte de la peur joue un rôle clé. »

Son article est très éclairant, et très réconfortant aussi.

Julian Rose lutte contre les «OGM », et il fait actuellement campagne contre la propagation de la 5G. (voir plus bas le lien de l'article traitant du sujet sur kla.tv que j'ai relayé en 2019)

©Marguerite Rothe

_______________________________________________________________

Le mot «pandémic» présente une similitude avec le mot «panic» et bien-sûr «pandémonium». En fait, «pandémie» évoque une vague d’effroi presque instantanée chez ceux qui sont facilement manipulés par les médias de masse, avant même que des détails ne soient apparus en surface ou que le contexte dans lequel le mot est utilisé ne soit précisé.

 

Ceux qui contrôlent – ou planifient – les grands mouvements sur l’échiquier dissimulé du contrôle humain savent qu’en brandissant le mot «pandémie» ils ont une arme instantanément efficace à leur disposition pour affaiblir psychologiquement la résistance des individus vulnérables aux mentalités irrationnelles et facilement impressionnables.

Ainsi, dans un monde fortement conditionné par les proclamations des médias, l’arme de la peur a un énorme pouvoir psychologique.

Comme nous en avons tous été témoins au cours des derniers mois, l’histoire du Coronavirus a été déclenchée, avec une joie lascive à peine contenue, par les médias sous les ordres des pourvoyeurs de missions malveillantes contre l’humanité. Poussé au volume maximum et dispersé dans le monde, le message de peur délibérément conçu a pour effet immédiat de rendre la majorité des gens impuissants. Le gros problème est universel – et nous, les gens, nous sentons petits. C’est le début du piégeage qui colore tous les aspects de la vie quotidienne.

La majeure partie de l’humanité a subi un processus d’éducation qui dépend, pour son efficacité, de la perception du pouvoir dévolu à une certaine «autorité» pour exercer une influence incontestable sur la direction générale de la vie. Une source d’influence qui dépend, pour son efficacité permanente, de ne jamais être soumise à un examen rationnel ou à un véritable examen d’aucune sorte. Tel est le pouvoir envoûtant de l’endoctrinement total.

Dans la bataille qui fait rage pour savoir «qui contrôle le monde», certains des agents de contrôle de la vie planétaire en grande partie cachés ou déguisés apparaissent maintenant au grand jour. Et c’est pourquoi le chaos et la peur sont vraiment dans «l’air du temps». La contagion de la maladie Covid-19 est pleine à craquer d’idiosyncrasies ; en fait, il y a tellement de facteurs absurdes dans les tentatives des médias de rendre compte de ce qui se passe, que l’on ne peut que se sentir étourdi et confus si l’on essaie de suivre le script en temps réel.

Cependant, ce qui est devenu clair comme de l’eau de roche, c’est le fait qu’une immense quantité de personnes sont rassemblées en troupeau et paissent, sans résistance. Les tactiques d’effarouchement utilisées sont plus dangereuses que le virus qui est l’excuse pour les déployer. Dans cet état de psychose induite, toutes sortes de machinations peuvent être perpétrées contre l’humanité – et c’est précisément ce à quoi nous assistons en ce moment.

Beaucoup de ceux qui lisent ceci connaissent déjà les ambitions de l’élite de l’État profond dominant et savent qu’une phase pré-planifiée de chaos social et économique est un facteur clé dans leur tentative de déploiement du Nouvel ordre mondial totalitaire. Nous sommes maintenant dans cette phase. Son succès dépend du grand nombre de personnes qui suivent les instructions transmises par les marionnettes politiques de l’État profond et par la lâche répétition de ces instructions par les médias grand public.

Encore une fois, la carte de la peur joue un rôle clé. Cette fois, en gardant un niveau constant d’anxiété et d’hystérie en ébullition, tout en veillant à ce que ceux qui sont capables de reconnaître la vraie nature de l’arnaque soient contraints de rester alignés, risquant sinon leur emploi, leur sécurité ou leur statut au sein de la relation maître / esclave, rigoureusement renforcée, du statu quo.

Poursuivre la lecture de l'article via les liens ci-dessous :

Publié dans Revue de Presse, Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :