« Anatomie d'un désastre » | Avril 2020 | Entretien vidéo ATHL_ch, avec Jean-Dominique Michel

Publié le par Marguerite Rothe

Lors de cet entretien, Jean-Dominique Michel exprime beaucoup d'éléments intéressants en rapport avec la crise du Covid-19 :  la dangerosité du virus, la façon dont les politiques pilotent la santé (comme si la gestion des stocks à flux tendu pouvait s'appliquer à ce domaine !), quelle confiance accorder aux articles scientifiques pourtant publiés dans des revues spécialisées réputées. Comme lui, j'ai été profondément touchée par ce qui est survenu dans les Ehpad.

Mais pour être totalement honnête, il faut tout de même que je formule le fond de ma pensée, et que je dise que j'aurai trouvé sa démarche plus forte et plus positive s'il s'était abstenu de donner deux, trois preuves (discrètes) d'allégeance au système. Mais je le comprends. Le monde peut vite devenir très compliqué, voire insupportable, pour ceux qui osent parler. Après la vidéo, je relaie également un long article, fort référencé, qu'il a publié à la mi-mars (et, depuis, mis à jour quotidiennement ou presque)

Court extrait de l'entretien :

(Prise de note de ce que j'ai compris et entendu au cours de la vidéo ; la ponctuation est de mon fait.)

« J.-D.M. [...] des ferments de dictature qu'on est en train de voir apparaître [...] que les médecins de ville en Suisse n'aient pas hurlé quant au fait qu'on les prive de liberté de prescrire ce qu'il leur paraît juste à des patients qui en ont besoin, c'est quand même une atteinte massive à des droits inaliénables de la profession !

ATHL_ch : Est-ce qu'ils ne l'ont pas fait par peur d'un dégât d'image ?

J.-D.M. Je n'en sais rien. [...] Je pense qu'il y a deux choses. D'abord, ils ont peur de le faire publiquement [...] mais me disent en privé à quel point ils sont choqués. Mais aucun n'ose ouvrir le bec en public. [...] Déjà là, de quoi ont-ils peur ? [...] »

À mon avis, la réponse est dans la question. Et Jean-Dominique Michel la connaît, cette réponse. Mais il est comme ses confrères, comme des millions d'entre nous, ses lèvres sont scellées (consciemment ou non). La peur est si forte, si bien entretenue, qu'on finit par ne même plus savoir si ce que l'on pense est pur ou vil. Et cet authentique effroi de l'âme  bloque notre gorge et notre entendement. Cette peur, qui nous fait craindre de perdre amis et famille, s'il nous prenait la folie de leur dire ce qui nous interroge gravement. La peur d'exprimer ce qu'il ne faut jamais dire. Sous aucun prétexte.

Mais alors, de quelle peur s'agit-il ? À vous de trouver. À vous de chercher. À vous de vous interroger. À vous d'oser. Tout le monde, un jour ou l'autre, peut franchir son propre Rubicon.

Ton ennemi est celui que tu ne peux nommer sans craindre pour ta vie.

J'ai lu quelque chose dans ce goût-là, un jour. Oui, je crois que c'est un bon début de réponse.

©Marguerite Rothe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :