Lecture : Histoire secrète de l’oligarchie anglo-américaine, présentation de Pierre Hillard

Publié le par Marguerite Rothe

 

Le livre de Carroll Quigley est de portée universitaire. Je l'ai perçu comme un ouvrage qui s'adresse de préférence aux chercheurs, essayistes, historiens et journalistes d'investigation. Je ne l'ai pas lu intégralement, encore une fois, j'ai tapé trop haut. Mais, comme avec tous les ouvrages auxquels je m'attaque et qui ne sont pas à ma portée, j'en ai tout de même retiré quelque nourriture intellectuelle, et un regard encore élargi sur l'humain (voir mon avis sur la lecture en général,  en fin de post). 

Pour donner une petite idée de L'Histoire secrète de l'oligarchie anglo-américaine, un parallèle peut être fait avec le livre d'Eustace Mullins Les Secrets de la Réserve Fédérale. Car le livre de Quigley est lui aussi une impressionnante compilation de noms, d'événements, de dates. Le livre de Mullins s'attachait à faire apparaître les liens et alliances qui unissaient l'oligarchie financière de Wall Street et de La City, le livre de Quigley, quant à lui, s'attache à dévoiler les initiatives et les entreprises de contrôle de familles oligarchiques américaines dont le pouvoir aujourd'hui reste encore insoupçonné. En vérité, tout ce qui arrive présentement découle de projets pensés et mis en oeuvre au sein de sociétés secrètes (y compris la franc-maçonnerie) créées par ces personnalités, et cela, dès la moitié du 18e siècle.  

La plupart des patronymes cités dans le livre de Quigley sont inconnus du grand public. On retrouve par-ci par-là des noms connus tels que ceux de H.G. Wells ou de Winston Churchill, mais c'est tout. Ce qui est important avec ce livre, c'est qu'il ouvre pour le néophyte une fenêtre sur un monde totalement inconnu du commun des mortels. Avec L'histoire secrète de l'oligarchie anglo-américaine, on entre de plain-pied dans l'avant-dernière sphère du pouvoir absolu (le pyramidion, est juste à l'étage au-dessus). Un monde d'hommes qui, indirectement, c'est-à-dire grâce à leur influence occulte, font et défont les pays, décident des guerres qui vont se faire. Initient les politiques économiques et sociales qu'ils souhaitent pour tel ou tel pays. La richesse ici, la famine là.

Cornaquant les multitudes de ce monde comme si elles ne formaient qu'un seul grand troupeau, ils rêvent à un monde unique. Un monde où il n'y aurait qu'une seule idéologie, qu'une seule religion, qu'un seul gouvernement, et que ce monde parfait serait dirigé par eux. 

Mais ces hommes vivent dans un rêve, et, par contrecoup, ce rêve devient notre cauchemar. 

 

Je vous recommande chaudement la vidéo de Pierre Hillard avec feu Tepa, sur Meta.TV. Le long exposé que fait Pierre Hillard sur les origines de cette oligarchie est indispensable pour comprendre les tenants et les aboutissants du mondialisme. Enfin, parce que l'éditeur ne le signale pas dans la quatrième de couverture, je précise que l'ouvrage est pourvu d'un index ; outil indispensable pour faire de la recherche. Pour terminer, je vous joins une vidéo [VOSTFR] d'Amazing Polly ; sa démonstration de l'existence du marais est brillante, comme souvent. 

©Marguerite Rothe

Quatrième de couverture

« Ce grand livre de Carroll Quigley (1910-1977), professeur à l’université de Georgetown est paru en anglais après sa mort en 1981. Nous pouvons affirmer que cette parution en langue française de l’Histoire secrète de l’oligarchie anglo-américaine, est véritablement une œuvre de salubrité publique. En effet, grâce aux travaux de cet universitaire américain, il est désormais possible de mieux connaître les arcanes de ce monde oligarchique opaque dont l’action a été déterminante pour le monde anglo-saxon et, par ricochet, pour la planète entière. L’auteur développe et explique à partir d’abondantes pièces d’archives que les élites anglo-saxonnes ont élaborées, dans la deuxième moitié du XIXè siècle, un véritable plan de bataille afin de permettre à l’Empire britannique associé aux Etats-Unis d’asseoir une hégémonie complète sur le monde. Cette volonté de puissance et de domination a été l’œuvre d’une poignée d’hommes liés intimement à la haute finance de la City et de Wall Street. Tout un groupe, issu de la haute aristocratie et bourgeoisie britannique en liaison avec une élite américaine, émerge. Fort d’un travail de bénédictin, Carroll Quigley recense les noms et expose les ambitions de cette « super classe » ou « famille technocratique » avant l’heure définie par des liens sociaux et familiaux étroits. »

En vente ici.

La toile d'araignée tissée par l'État profond dans le monde

(ci-dessous, la censure Youtube)

La même vidéo repostée sur Lbry.tv

 

 

Pour ceux qui laissent de côté des livres qu'ils s'imaginent ne pas pouvoir lire

Me rejoindre sur Lbry.tv ou Odysee (alternatives à YouTube) : 

https://lbry.tv/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation)

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :