Trump, disciple de Sun Tzu, par Armand Laferrère

Publié le par Marguerite Rothe

Texte paru dans la revue COMMENTAIRE, N° 168, Hiver 2019-2020

Tous les hommes qui réussissent sont critiqués ; mais le Président Trump est sans doute le plus éminent des hommes dont les adversaires déclarés reconnaissent eux-mêmes qu’ils ne comprennent pas les raisons de leur succès.

L’image la plus souvent présentée du Président est celle d’un pataud brutal, inculte et esclave de ses instincts. Plusieurs de ses déclarations et comportements confirment cette description. Et pourtant cette description du Président américain présente deux difficultés.

La première est qu’elle est difficile à concilier avec un parcours qui l’a conduit à construire une fortune immobilière estimée à plus de trois milliards de dollars, puis à la reconstituer après l’avoir perdue dans une crise immobilière, puis à devenir l’hôte du programme de télévision le plus célèbre des États-Unis, puis à gagner l’investiture du Parti républicain contre la quasi-totalité de l’appareil, puis à se faire élire Président contre une candidate engagée depuis quarante ans en politique et soutenue par l’appareil politique le mieux financé du monde.

La seconde est que l’explication de Trump par la bêtise et l’impulsivité n’a jamais permis de faire aucune prédiction correcte. À plusieurs reprises (face à la Corée du Nord, puis à l’Iran), les commentateurs ont mis en garde contre le risque de guerre que ferait peser sur le monde un dirigeant bas de plafond, pour voir le Président choisir la voie du dialogue dans le premier cas, de pressions exclusivement économiques dans le second. Plusieurs des annonces les plus spectaculaires de Trump – la construction d’un mur à la frontière mexicaine, le déplacement de l’ambassade américaine à Jérusalem – étaient décrites comme des promesses creuses. Trump ne comprenait pas la complexité de la situation et ne saurait pas surmonter les résistances bureaucratiques. Deux ans plus tard, l’ambassade était installée à Talpiot et les kilomètres de mur s’ajoutaient aux kilomètres.

Comprendre Trump exige de trouver une explication qui rende compte à la fois de ses éclats de langage, de ses bizarreries, de ses succès et de ses décisions les moins prévues. Heureusement, le Président lui-même a fourni un indice par le choix des rares auteurs qu’il cite. L’homme n’a probablement pas une très vaste culture, mais il a quelques auteurs de référence. À plusieurs reprises, dans ses ouvrages comme dans ses tweets, Trump a cité le stratège chinois Sun Tzu, qu’il a certainement étudié au lycée militaire où il était élève, peut-être aussi à l’école de commerce de Wharton. L’analyse des actions du Président à la lumière des principes de maître Sun en fournit une explication plus complète et plus prédictive que les autres cadres d’explication développés à ce jour.

Poursuivre la lecture de l'article d'ARMAND LAFERRÈRE en suivant le lien ci-dessous :

Le docteur et ancien représentant d'tat Steve Pieczenik annonce la stratégie qui à été mise en place pour contrer la fraude électorale.

Me rejoindre sur Lbry.tv ou Odysee

(alternatives à YouTube) : 

https://lbry.tv/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation)

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation)

 

Publié dans Revue de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :