Épidémie de foutage de gueule en France | Il y a ceux qui sont forcés de porter le masque, et les autres...

Publié le par Marguerite Rothe

justice à deux vitesse

#foutagedegueule nº2

(pour voir le #foutagedegueule nº 1, c'est : ici)

« C'est l'une de vos interrogations récurrentes dans le live de franceinfo, dans le cadre de l'opération #OnVousRépond. Pourquoi les journalistes et les invités ne portent-ils pas de masques sur les plateaux de télévision ? »

RÉPONSE des petits sachants

Ces buses osent nous préciser que ça serait anxiogène... Pour qui ? Pour eux ? Parce que nous, le machin, on l'a toute la journée sur la figure. Ils sont tellement infatués d'eux-mêmes, sûrs de leur supériorité, qu'ils ne voient même pas quand ils disent des âneries plus grosses qu'eux. Fichtre, sommes-nous idiots, de n'avoir pas compris plus tôt que le Covid-19 est un virus hyper intelligent, au point de sélectionner ses cibles ! Tout comme il fait en sorte d'être contagieux ou pas d'un quartier à l'autre ? ; petit vicelard, va.

Donc, anxiogène pour les feignasses de la télé (sur)payées pour raconter n'importe quoi (ou plutôt, ce que les marionnettistes leur souffle au creux de l'oreille), mais pas pour le quidam, qui lui, doit se fader un masque toute la sainte journée, et se faire embarquer par les flics s'il ose mettre le nez à l'air quelques minutes ? Voilà ce qu'est exactement le #foutagedegueule proféré sans rire de la petite Ernotte (celle qui ne se prend pas pour la moitié d'une queue de cerise, et qui disait le plus sérieusement du monde sur Europe1, le 22 septembre 2015 : « On a une télévision d'hommes Blancs de plus de cinquante ans, et ça, il va falloir que ça change. ») Ben merde, alors ! Ça ressemble comme qui dirait à de la discrimination. Mais bon, on a bien compris que dans ce pays, la justice est à deux vitesses. Il y a celle pour les Cahuzac (entre autres), et l'autre pour les Gilets Jaunes : impitoyable et cruelle. Impossible de faire taire mon « vieux sang pourri français. »

#foutagedegueule nº3

Je vous renvoie également à ce récent article, où je relaye la dernière lettre d'information d'Arthur Firstenberg, et dans laquelle il énumère une longue liste d'études faites depuis des décennies concernant la supposée efficacité du masque sanitaire. Le bidule ne protège d'aucun virus. Par ailleurs, il n'y a pas non plus d’excédent de mortalité en France par rapport aux deux années précédentes (2018 et 2019), selon la publication de L'INSEE. ; donc, c'est parce qu'il y a moins de décès, que ce gouvernement de voyous-crétins oblige la population à se masquer ? Comprenne qui pourra.

©Marguerite Rothe

Énième démonstration pour prouver que le masque NE SERT À RIEN, si l'on veut se protéger d'un quelconque virus.

Efficacité du masque ? Vidéo-source : TED NOEL (YT), relayée et traduite par "Ciel voilé". Merci à eux

Pour finir :

(C'est une étude qui a été réalisée pour les États-Unis, mais comme beaucoup de pays ont été confinés, ses conclusions peuvent être étendues à l'ensemble des dits pays)

« Une étude exclusive de REVOLVER NEWS : Les confinements COVID-19 sont dix fois plus meurtriers que la pandémie elle-même. Une étude révolutionnaire commandée par Revolver News conclut que les confinements COVID-19, en termes d'années de vies perdues par les citoyens américains ont été dix fois plus meurtriers que le virus COVID-19 lui-même.


Jusqu'à présent, il n'existait pas d'analyse simple et rigoureuse permettant de connaître avec précision et certitude le coût réel des confinements COVID-19. En conséquence, Revolver News a entrepris de commander une étude pour faire précisément cela : quantifier enfin les dommages nets des verrouillages en termes d'une métrique connue sous le nom d'"années de vie". En termes simples, nous nous sommes inspirés d'études économiques existantes sur les effets du chômage sur la santé pour calculer une estimation du nombre d'années de vie perdues en raison des fermetures aux États-Unis, et nous avons comparé cette estimation à celle du nombre d'années de vie qui auront été sauvées par les fermetures. Les résultats sont tout simplement stupéfiants et suggèrent que les fermetures finiront par coûter aux Américains plus de dix fois plus d'années de vie que le nombre d'années sauvées par le virus lui-même.

Les mesures de confinement COVID-19 que les Américains ont dû endurer pendant la majeure partie de l'année 2020 représentent l'une des mesures politiques les plus dramatiques, les plus conséquentes et les plus dommageables jamais prises dans l'histoire de ce pays. Pour la première fois de son histoire, l'Amérique a connu une situation si paralysante et périlleuse que la stabilité financière et sociale à long terme a été légitimement menacée. » (traduction Deepl)

Suite et fin de l'article (anglais) en suivant le lien ci-dessous :

J'ai trouvé l'essentiel de ces informations à partager chez Silvano Trotta. Merci à lui.

Publié dans Revue de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :