États-Unis : du fait de leur faible charge virale détectée, une étude révèle que 90 % des tests PCR positifs devraient être retoqués comme négatifs

Publié le par Marguerite Rothe

Narrative de la peur lors du prélèvement : masquée, casquée, gantée, enveloppée comme un bonbon... Ridiculissime.

 

L'information a été publiée le 29 août 2020 dans le New York Times. Les décodeurs du journal Le Monde oseront-ils, cette fois encore, crier à la "fake news" ? Rien n'est moins sûr : les quatre millions de dollars de Bill Gates doivent impérativement porter leurs fruits, agenda vaccinal oblige. Et qu'ils ne nous balancent pas : « Oui, mais c'est une étude qui concerne les États-Unis ! » Peu importe, trois milliards d'êtres humains ont été confinés pour le même virus, et les tests PCR  d'ici ou de là-bas fonctionnent tous de la même manière (si l'on peut dire qu'ils fonctionnent). Quant au gouvernement, je me demande jusqu'où, et encore pendant combien de temps il va avoir l'audace de pousser cette ignoble tartufferie covidesque.

L'épidémie est terminée depuis un bon moment, les masques sont parfaitement inutiles, voire dangereux pour la santé pour certaines catégories de personnes, et pire : "dangereux pour les libertés individuelles et la démocratie".

©Marguerite Rothe

_____________________________________________

Votre test de coronavirus est positif. Peut-être qu'il ne devrait pas l'être

 

« Certains des plus grands experts en santé publique du pays soulèvent une nouvelle inquiétude dans le débat sans fin sur les tests de dépistage des coronavirus aux États-Unis : Les tests standard permettent de diagnostiquer un grand nombre de personnes qui pourraient être porteuses de quantités relativement insignifiantes du virus.
La plupart de ces personnes ne sont pas susceptibles d'être contagieuses, et leur identification peut contribuer à créer des goulots d'étranglement qui empêchent de trouver à temps les personnes contagieuses. Mais les chercheurs affirment que la solution n'est pas de tester moins de personnes, ou de ne pas tester les personnes qui ne présentent pas de symptômes, comme l'ont récemment suggéré les Centres de contrôle et de prévention des maladies. [...]
Les propres calculs du C.D.C. suggèrent qu'il est extrêmement difficile de détecter tout virus vivant dans un échantillon au-delà d'un seuil de 33 cycles. Les responsables de certains laboratoires d'État ont déclaré que le C.D.C. ne leur avait pas demandé de noter les valeurs seuils ou de les communiquer aux organismes de recherche des contacts. [...]
"C'est tout simplement époustouflant pour moi que les gens n'enregistrent pas les valeurs de tous ces tests - qu'ils renvoient simplement un résultat positif ou négatif", a déclaré Angela Rasmussen, virologue à l'université de Columbia à New York.
"Il serait utile de savoir si une personne est positive, si elle a une charge virale élevée ou faible", a-t-elle ajouté.
Les fonctionnaires du Wadsworth Center, le laboratoire de l'État de New York, ont accès aux valeurs du CT des tests qu'ils ont traités et ont analysé leurs chiffres à la demande du Times. En juillet, le laboratoire a identifié 794 tests positifs, sur la base d'un seuil de 40 cycles.
Avec un seuil de 35, environ la moitié de ces tests ne seraient plus considérés comme positifs. Environ 70 % ne seraient plus jugés positifs si les cycles étaient limités à 30.


Au Massachusetts, de 85 à 90 % des personnes ayant été testées positives en juillet avec un seuil de 40 cycles auraient été jugées négatives si le seuil était de 30 cycles, a déclaré le Dr Mina. "Je dirais qu'aucune de ces personnes ne devrait être retrouvée, pas une seule", a-t-il dit.
D'autres experts informés de ces chiffres ont été stupéfaits.
"Je suis vraiment choqué que cela puisse être aussi élevé - la proportion de personnes ayant des résultats de valeur de C.T. élevés", a déclaré le Dr Ashish Jha, directeur de l'Institut de santé mondiale de Harvard. "Ça change vraiment la façon dont nous devons penser au dépistage".
Le Dr Jha a déclaré qu'il avait considéré le test PCR comme un problème car il ne peut pas s'adapter au volume, à la fréquence ou à la vitesse des tests nécessaires. "Mais ce que je réalise, c'est qu'une partie importante du problème est que nous ne testons même pas les personnes que nous devons tester", a-t-il déclaré.

Le nombre de personnes dont les résultats sont positifs et qui ne sont pas contagieuses est particulièrement inquiétant, a déclaré Scott Becker, directeur exécutif de l'Association des laboratoires de santé publique. "Cela m'inquiète beaucoup, juste parce que ce nombre est si élevé", a-t-il déclaré, ajoutant que l'organisation avait l'intention de rencontrer le Dr Mina pour discuter de la question.

La F.D.A. a noté que les gens peuvent avoir une faible charge virale lorsqu'ils sont nouvellement infectés. Un test moins sensible permettrait de passer à côté de ces infections.
Mais ce problème est facilement résolu, a déclaré le Dr Mina : "Testez-les à nouveau, six heures plus tard ou 15 heures plus tard ou autre chose", a-t-il dit. Un test rapide permettrait de trouver ces patients rapidement, même s'il était moins sensible, car leur charge virale augmenterait rapidement. » (Traduction Deepl)

Lire l'article dans sa version intégrale et originale (anglais), en suivant le lien ci-dessous :

Merci à La Croix du Sud pour son doublage !

La situation est "très préoccupante" glapit Le Monde, le journal subventionné par la fondation Bill & Melinda Gates, à hauteur de quatre bons gros millions de dollars. Oui, de fait, la situation est préoccupante, mais pour nous.

Des tests positifs... mais avec quel indice de charge virale ?

Nous sommes en pleine révolution tranquille contre les institutions, alors que l'État profond canadien contre attaque. Nous sommes des guerriers digitaux pacifiques, et notre combat est légitime. (Radio Québec)