Brumes fantômes, une nouvelle de Thierry Di Rollo

Publié le par Marguerite Rothe

Brumes fantômes, de Thierry di rollo, une nouvelle de science-fiction publiée au éditions du Bélial.

Une nouvelle, toute petite, dont on ne fait qu'une bouchée. Mais suffisamment consistante pour marquer l'esprit et garder en mémoire le nom de l'auteur.

Le résumé

Tueur à gages, Bersekker revient sur sa planète natale pour y régler quelque affaire familiale et, si possible, maintenir encore à distance les brumes fantômes qui le hantent. Thierry Di Rollo signe ici un récit éminemment personnel, récompensé par le Prix des lecteurs de Bifrost 2018.

L'ambiance

Incipit :

La petite fille à la peau cuivrée regarde l’étranger encore une fois, s’attarde sur sa prothèse oculaire vissée à l’orbite droite ; dit enfin d’une petite voix flûtée : « T’as mal à l’œil ? »

... nous aussi, on est comme la petite fille, la petite Madi-Nê, on veut savoir. On n'a pas de prothèse vissée à l'oculaire, mais nos yeux, sans qu'on ne leur ait commandé quoi que ce soit, commencent à dévorer les mots. Vite. Et en même temps, lentement, pour avoir le temps de savourer. Parce que l'on comprend tout de suite qu'avec ce texte, ce plaisir  de courte durée va être également intense.

Avec un peu plus de 5800 mots, Brumes fantômes, de Thierry Di Rollo nous entraîne sur une planète où notre imaginaire y découvre d'étranges demeures-bulles. Où nos pas foulent une plage de sable noir, qui s'étire sous l'éclat d'une lumière orangée. Un monde où les très jeunes enfants sont enlevés autoritairement à leurs parents. Et où les parents, du moins ceux qui ont l'audace de se rebeller contre ces vols contre-nature, sont purement et simplement tués. Cette nouvelle parle d'un monde étrange, mais aussi et surtout des rapports façonnés d'amour et de haine étroitement mêlés d'un père et d'un fils. De la solitude et du sacrifice provoqués par l'abandon. De l'amertume, qui laisse pendant longtemps son goût âpre au cœur de l'âme meurtrie. Et la colère, apaisée en surface, mais qui ne cesse de gronder dans les tréfonds du magma émotionnel ; bien après que les blessures aient été identifiées, nommées, pansées. Parce que les plaies d'amour sont définitivement inconsolables.

Mon passage préféré, et sa petite touche littéraire

"Insensiblement, leurs deux silhouettes glissent et s’estompent dans les lueurs empourprées du soir. Il y a des fougères-neutres irisant de leurs frondes jaunes et bleues le chemin méandreux du ruisseau. Sous le couvert des hautes frondaisons, l’eau s’écoule entre les roches qui affleurent. Bersekker, accroupi sur la rive, plonge ses doigts-squelettes dans la fraîcheur du courant."

 
 

 À télécharger gratuitement : ICI,  jusqu'au 28 février 2019.

Formats disponibles : PDF- ePub – Kindle (sans DRM)

une nouvelle de science-fiction publiée aux éditions Bélial.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :