Les Misérables, de Victor Hugo (citation extraite dans la première partie du roman "Fantine")

Publié le par Marguerite Rothe

Les misérables, l'épopée romanesque de Victor hugo. Citation extraite du chapitre Fantine.

"[…] c’est une chose assez hideuse que le succès. Sa fausse ressemblance avec le mérite trompe les hommes. Pour la foule, la réussite a presque le même profil que la suprématie. Le succès, ce ménechme du talent, a une dupe, l’histoire. Juvénal et Tacite seuls en bougonnent. De nos jours, une philosophie à peu près officielle est entrée en domesticité chez lui, porte la livrée du succès, et fait le service de son antichambre. Réussissez : théorie.

Prospérité suppose capacité. Gagnez à la loterie, vous voilà un habile homme. Qui triomphe est vénéré. Naissez coiffé, tout est là. Ayez de la chance, vous aurez le reste ; soyez heureux, on vous croira grand. En dehors des cinq ou six exceptions immenses qui font l’éclat d’un siècle, l’admiration contemporaine n’est guère que myopie. Dorure est or. Être le premier venu, cela ne gâte rien, pourvu qu’on soit le parvenu. Le vulgaire est un vieux Narcisse qui s’adore lui-même et qui applaudit le vulgaire. Cette faculté énorme par laquelle on est Moïse, Eschyle, Dante, Michel-Ange ou Napoléon, la multitude la décerne d’emblée et par acclamation à quiconque atteint son but dans quoi que ce soit. Qu’un notaire se transfigure en député, qu’un faux Corneille fasse Tiridate (1), qu’un eunuque parvienne à posséder un harem, qu’un Prudhomme (2) militaire gagne par accident la bataille décisive d’une époque, qu’un apothicaire invente les semelles de carton pour l’armée de Sambre-et-Meuse et se construise, avec ce carton vendu pour du cuir, quatre cent mille livres de rente, qu’un porte-balle épouse l’usure et la fasse accoucher de sept à huit millions dont il est le père et dont elle est la mère, qu’un prédicateur devienne évêque par le nasillement, qu’un intendant de bonne maison soit si riche en sortant de service qu’on le fasse ministre des finances, les hommes appellent cela Génie, de même qu’ils appellent Beauté la figure de Mousqueton (3) et Majesté l’encolure de Claude (4). Ils confondent avec les constellations de l’abîme les étoiles que font dans la vase molle du bourbier les pattes des canards."

 

Les Misérables, roman paru en 1862 est d'une incroyable modernité. Dans cet extrait, on croirait la description de nos sociétés occidentales actuelles. Car entre cet hier, pas si lointain, et notre aujourd'hui, aux technologies si évoluées, les hommes, eux, n'ont pas changé. Ils ont toujours autant de défauts, et pas des moindres, comme Hugo le pointe ici. La dernière ligne de cette citation, qui exprime la vision remarquable et sans concession qu'il a de la nature humaine ne dit rien d'autre. Les misérables ne sont pas toujours ceux que l'on croit.

©Marguerite Rothe

frises - bordures

 

  1. Tiridate : tragédie jouée en 1691 dont l’auteur, Jean Galbert de Campistron (1656 – 1723), est présenté ici comme un imitateur.
  2. Prud’homme : probable allusion à Wellington, dont la victoire à Waterloo est considérée par Hugo comme le fruit du hasard.
  3. Claude : empereur de Rome au 1er siècle, présenté généralement comme un homme manquant de prestance, bègue et agité de tremblements.
  4. Mousqueton : valet de Porthos, dans Les Trois mousquetaires, d’Alexandre Dumas.

Explications trouvées ici.

Références de lecture : Éditions Audible • Les Misérables, Victor Hugo • Lu par Michel Vuillermoz - et les 5 volumes gratuits au format epub ici