Pandémie et diagnostic, qu'a-t-on le droit de dire exactement ?

Publié le par Marguerite Rothe

covid19 coronavirus épidémie pandémie, OMS

Le réel, partie 1

Un médecin californien déclare que le taux de mortalité du Covid-19 est inférieur à 0.1% et que des confrères ont été obligés de poser un diagnostic de Covid-19 alors qu’ils n’étaient pas d’accord

Lors d'une conférence de presse, le docteur californien Dan Erickson a décrit ses observations concernant le Covid-19.

« Les hôpitaux et les unités de soins intensifs en Californie et dans d’autres États sont restés largement vides jusqu’à présent. Sur la base des taux respectifs de tests positifs, le Dr Erickson calcule que le taux de létalité de Covid-19 est actuellement de 0,03% en Californie, 0,05% en Espagne, 0,09% en Suède et 0,1% dans l’État de New York, tandis que le taux de létalité de la grippe aux États-Unis est d’environ 0,13%. (Remarque : le taux de tests positifs ne peut pas refléter les « effets de points chauds » locaux).

La probabilité de survivre au Covid-19 sans symptômes ou avec des symptômes légers est supérieure à 95%. Le Dr Erickson rapporte que des médecins de plusieurs États U.S ont été « « poussés » à délivrer des certificats de décès mentionnant le Qvide, même s’ils n’étaient pas eux-mêmes d’accord.

Le Dr Erickson affirme que le confinement et la peur affaiblissent le système immunitaire et la santé des personnes. Il y a déjà eu une augmentation marquée des « effets secondaires » tels que l’alcoolisme, la dépression, le suicide et la maltraitance des enfants et des conjoints. [...].»

Lire la fin de l'article du Dr. Erickson en suivant le lien ci-dessous :

Le réel, partie 2.

En voulant vérifier la source ici de l'article sur mondialisation.ca, j'ai poursuivi mon cheminement en vérifiant la source de la source (une conférence de presse)

clic-image pour accéder au site.

Eh bien vous savez quoi ? Allez, je vous laisse découvrir la liberté d'expression en action. Clairement, dire que la narrative du Covid-19 est frelatée, c'est défendu. Surtout si on le dit à 5 millions de personnes (nombre de vues/vidéo YT)

Le réel, partie 3

Le lendemain :

« BAKERSFIELD, Californie - YouTube a publié mardi une déclaration concernant la suppression d'un point de presse vidéo avec les docteurs urgentistes Dan Erickson et Artin Massihi. La vidéo était la première de deux vidéos diffusant l'intégralité du briefing d'une conférence de presse de la semaine dernière. Les rapports sur le retrait de la vidéo suggèrent que YouTube l'a retirée parce qu'elle avait violé les directives de la communauté.

23ABC a reçu un e-mail de YouTube le 27 avril dernier, notifiant à la station que la vidéo avait été retirée, citant les "directives communautaires" de YouTube. 23ABC a fait appel de la décision par l'intermédiaire de YouTube.

23ABC News a également contacté YouTube au sujet de la notification et un porte-parole de la société a publié une déclaration disant que la vidéo avait été retirée parce que son contenu contredisait les directives de l'autorité sanitaire locale.

"Nous retirons rapidement les contenus signalés qui violent nos directives communautaires, y compris les contenus qui contestent explicitement l'efficacité des directives recommandées par l'autorité sanitaire locale sur la distanciation sociale qui peuvent conduire d'autres personnes à agir contre ces directives", a déclaré la déclaration. "Toutefois, les contenus qui fournissent un contexte éducatif, documentaire, scientifique ou artistique (EDSA) suffisant sont autorisés - par exemple, la couverture de cette interview avec un contexte supplémentaire. Depuis le tout début de la pandémie, nous avons des politiques claires contre la désinformation de COVID-19 et nous nous engageons à continuer à fournir des informations opportunes et utiles en ce moment critique".

Joseph Russomanno, professeur de droit des communications de masse à l'Université d’État de l'Arizona, a déclaré que les commentaires controversés des médecins ont joué un rôle dans le retrait de la vidéo.

"Il me semble que la préoccupation de YouTube est le préjudice potentiel que cette vidéo pourrait contenir", a déclaré Russomanno. "Si vous la regardez, son contenu est contraire à ce que la plupart des membres de la communauté médicale disent à propos de COVID-19.

Mais Bayan Wang, de 23ABC, a demandé à Russomanno qu'avec plus d'un milliard d'utilisateurs et un havre d'expression, YouTube est-il considéré comme un forum public qui devrait défendre la liberté d'expression ?

"Il y a ceux qui prétendent que, bien que ce ne soit pas la même chose que l'ancienne place publique, à l'ère numérique, à l'ère des médias sociaux, elle a en fait pris la place de celle-ci et devrait être considérée comme un forum public".

Selon une affaire portée devant la Cour fédérale en 2017, impliquant l'organisation à but non lucratif conservatrice PragerU contre YouTube, la plateforme de partage de vidéos a soutenu que le premier amendement ne devrait pas dicter la manière dont elle modère le contenu sur sa plateforme. La cour a donné raison à YouTube qui a retiré les vidéos de PragerU qui avaient été réalisées dans une optique conservatrice.[...] (Traduction Deepl.)

Pour visionner les vidéos et poursuivre la lecture de l'article (dans le texte), en suivant le lien ci-dessous :

  « La vérité est un lion, le mensonge est une hyène. »

Publié dans Revue de Presse, Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :