Wayward Pines, une trilogie de Blake Crouch

Publié le par Marguerite Rothe

Wayward pines, série télévisée de science-fiction avec Matt Dillon, réalisé par Chad Hodge, d'après la fiction de Blake Crouch

Si votre envie de lire la trilogie Wayward Pines est freinée parce que vous avez vu la série télévisée, alors n'hésitez plus et lancez-vous. Pour compacter en deux saisons une œuvre qui totalise 928 pages, les scénaristes ont dû réinventer, chambouler et trancher dans le vif dans l’œuvre de Blake Crouch ; surtout pour ce qui concerne la deuxième saison. Et, comme vous pouvez vous en douter, ce genre de procédé n'est pas toujours heureux.

Mes impressions

Positives pour l'ensemble de l’œuvre. J'ai aimé ce début, qui nous emmène à la suite de cet agent des Services secrets américains. Le suspens, savamment distillé, fait que l'on ne soupçonne pas une seconde le revirement complet de la situation. Le lecteur va progressivement passer du thriller au roman de science-fiction, voire d'anticipation.

Les chapitres sont courts, organisés en des allers et retours passé-présent ; souvent pour mettre en lumière une situation ou la personnalité de l'un des protagonistes. Le personnage le plus réussi est celui de David Pilcher. L'homme n'a aucun affect et il est animé par un délire mégalomaniaque assez impressionnant : il est « Dieu ». J'ai adoré le détester. Les rapports entre les personnages, ainsi que leur psychologie sont soignés. L'amour, la loyauté, l'amitié y sont bien extrapolés en regard de la situation extrême. Difficile d'en dire beaucoup plus sans déflorer l’histoire.

terribles Abbies, ces êtres qui descendent de l'humain, mais qui ont plus l'air d'être des animaux que des hommes

« Vous étiez là, le jour où je suis [Pilcher] sorti d’animation suspendue ? Le jour où nous avons découvert un monde envahi par les abbies ? Vous étiez là quand j’ai remonté Main Street en regardant mes ouvriers construire chaque bâtiment ? Asphalter chaque rue ? Le matin où j’ai convoqué le responsable de la suspension dans ce bureau, ici même, pour lui demander de vous réveiller, pour que vous retrouviez votre famille ? Je vous ai offert cette vie, Ethan. Vous, et tous les autres dans la vallée. Dans la montagne.
— Pourquoi ?
— Parce que je pouvais le faire ! éructa Pilcher. Parce que je suis leur putain de créateur ! Mes créations n’ont pas à remettre en question celui qui les a faites. Qui leur a insufflé la vie. Et qui peut, à tout moment, la leur reprendre. »

Wayward Pines, livre 03

Spoiler:

Les Abbies sont terrifiants. Mais voyons voir, l'homme n'est-il pas lui aussi terrifiant ? Ce destin n'est-il pas, au fond, la juste rémunération de la cupidité, de la paresse et de l'orgueil ?

Ethan finit par découvrir le secret de Wayward Pines. 

« [Ethan] Qu’est-ce qui s’est passé ? Comment tout a pu s’effondrer ?

[Pilcher] — Nous ne le saurons jamais, je le crains. Je suis allé dormir peu de temps après vous, pour disposer d’au moins vingt-cinq ans de vie post-suspension à Wayward Pines. Après 2032, tout le monde était en caisson. Mais j’ai beaucoup réfléchi à tout ça, et j’ai extrapolé les grandes lignes. Vers 2300, je pense, des anomalies majeures sont apparues .»

Dans le livre il est fait mention de pollution chimique, de mutations, mais jamais des manipulations génétiques opérées sur le règne végétal, animal et humain, ce qui avait bel et bien lieu en 2013. De deux choses l'une : soit l'auteur a écarté le sujet parce qu'il ne se sentait pas à la hauteur pour le traiter, soit il a préféré rester consensuel pour ne pas froisser son éditeur et rester dans le politiquement correct.

Un mot encore, sur la toute dernière fin : dommage, on a beau être dans la fiction, elle ne tient pas debout. Sans quoi, la trilogie se lit allègrement. De plus, son sujet particulier fait qu'on a vraiment envie de savoir comment l'auteur boucle son histoire.

©Marguerite Rothe

Résumé

L’agent Ethan Burke se réveille partiellement amnésique au bord d’une rivière. Les souvenirs lui reviennent peu à peu : il est un agent des Services secrets des États-Unis, il venait à Wayward Pines, petite bourgade tranquille du fin fond de l’Idaho, enquêter sur la disparition de deux de ses collègues, quand il a eu un accident de voiture aux abords de la ville, tuant son coéquipier sur le coup.

Mais alors, pourquoi l’hôpital ne veut pas le laisser sortir, alors que ses blessures sont superficielles ? Pourquoi le shérif, franchement hostile, refuse-t-il de lui rendre son portefeuille et ses affaires ? Pourquoi ne parvient-il pas à joindre sa famille restée à Seattle ? Pourquoi le monde semble-t-il s’être ligué contre lui ? Il y a quelque chose de bizarre à Wayward Pines. Et de mortel…
 

Wayward Pines, une trilogie de science-fiction de Blake Crouch
Poche : 285 pages • Éditeur : J'ai lu (8 juillet 2015) • Collection : GRANDS FORMATS • ISBN-13 : 978-2290077719 • Prix de vente: 14,90 euros

Publié dans Anticipation • SF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :