Fraudes électorales US : le barrage se rompt ! par Stéphane Montabert

Publié le par Marguerite Rothe

Crédit photo : La Croix.com
Fraudes électorales US : le barrage se rompt !
« Excellente analyse des fraudes électorales du camp Biden par un observateur suisse !

 

Contre-offensive. Le 19 novembre 2020 restera dans l’histoire comme la date où le Président Trump, qui sera réélu, reprit officiellement l’offensive. Au cours d’une conférence de presse, son équipe juridique donna ainsi un exposé des innombrables fraudes menant aux résultats erronés donnés pour acquis depuis le lendemain de l’élection par des médias biaisés. Des fraudes massives, préparées depuis longtemps, organisées dans les États-Unis même avec la collaboration de pays étrangers et des complices à tous les niveaux – en d’autres termes, une authentique conspiration dans le but de fomenter un coup d’état.

Bien entendu, les rares médias qui évoquèrent cette conférence s’empressèrent de l’oublier, ou la firent disséquer par des fact-checkers à l’impartialité aussi imaginaire que l’absence de fraudes. La politique médiatique est simplement d’ignorer tout ce qui vient du « côté Trump », comme des enfants tentant de retenir leur respiration jusqu’au 20 janvier 2021.

Ces gens-là croient encore sérieusement en l’intronisation de Joe Biden à la Présidence et pensent que cela les libèrera de tout mal… Une attitude puérile qui démontre une grave méconnaissance des mécanismes juridiques aux États-Unis, de la façon dont le Droit s’y pratique, et donc de ce qui va se passer ces prochaines semaines.

Rudy Giuliani n’eut pas des mots tendres pour les médias lors de cette conférence de presse, avec raison. Il rappela quelques éléments qui semblent échapper à nos journalistes: Un témoignage sous serment est une preuve recevable par un tribunal. Quiconque fait un témoignage mensonger sous serment s’expose à des peines de prison. Un témoignage n’a donc rien d’anodin. Il est impensable pour un juge de le défausser au prétexte qu’il ne s’agirait « que d’un témoignage », par exemple. même si les médias s’adonnent volontiers à ce petit jeu.

Si un média n’est pas d’accord avec les informations que présente un témoignage, ce qui est son droit le plus strict, il peut se livrer à un contre-interrogatoire, ou venir avec d’autres témoignages contradictoires, eux aussi sous serment ; les divergences seront alors traitées lors du procès devant une cour de justice. Mais même là, rappelle M. Giuliani, le témoignage original reste un élément de preuve.

Les témoignages rassemblés par l’équipe juridique de M. Trump comprennent des témoins directs de fraude, des lanceurs d’alerte, et viennent non seulement des rangs républicains mais aussi des rangs démocrates. Aucun des recours lancés par l’équipe juridique du Président n’a été rejeté. Ils sont toujours pendants ou en appel auprès d’une instance supérieure. »

Poursuivre la lecture en suivant le lien ci-dessous :

Me rejoindre sur Lbry.tv ou Odysee (alternatives à YouTube) : 

 

https://lbry.tv/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation) (Actu)

https://lbry.tv/$/invite/@MargueriteRotheCiné:4 (invitation) (Docs et Ciné)

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation) (Actu)

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRotheCiné:4 (invitation) (Docs et Ciné)

Publié dans Revue de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :