Pr. Perronne : « Les nouveaux vaccins ARN ne sont pas des vaccins, mais de la thérapie génique. »

Publié le par Marguerite Rothe

Ill. Nydenlafée © Laetitia Combe

À travers cette communication, le professeur Christian Perronne nous met en garde contre les nouveaux vaccins, annoncés en grande pompe par toute la presse (aux ordres). Ces produits, abusivement nommés « vaccins », doivent être considérés comme de la thérapie génique. Les Docteurs Henrion-Caude et Madej en parlent très clairement dans ces vidéos ici et ici. Faites vos recherches. Je ne suis pas contre la vaccination, mais je désapprouve totalement que des produits médicaux fabriqués à la va-vite soient, de ce fait, susceptibles de mettre en danger la vie des personnes qui les recevront.

©Marguerite Rothe

Extrait du message du professeur Christian Perronne

« [...] le pire est que les premiers « vaccins » qu'on nous propose ne sont pas des vaccins, mais des produits de thérapie génique.

On va injecter des acides nucléiques qui provoqueront la fabrication d'éléments du virus par nos propres cellules.

On ne connait absolument pas les conséquences de cette injection, car c'est une première chez l'homme. Et si les cellules de certains « vaccinés » fabriquaient trop d'éléments viraux, entrainant des réactions incontrôlables dans notre corps ?

Les premières thérapies géniques seront à ARN, mais il existe des projets avec l'ADN. Normalement, dans nos cellules, le message se fait de l'ADN vers l'ARN, mais l'inverse est possible dans certaines circonstances, d'autant que nos cellules humaines contiennent depuis la nuit des temps des rétrovirus dits « endogènes » intégrés dans l'ADN de nos chromosomes.

Ces rétrovirus « domestiqués » qui nous habitent sont habituellement inoffensifs

(contrairement au VIH, rétrovirus du sida par exemple), mais ils peuvent produire une enzyme, la transcriptase inverse, capable de transcrire à l'envers, de l'ARN vers l'ADN.

Ainsi un ARN étranger à notre corps et administré par injection pourrait coder pour de l'ADN, tout aussi étranger, qui peut alors s'intégrer dans nos chromosomes.

Il existe donc un risque réel de transformer nos gènes définitivement. Il y a aussi la possibilité, par la modification des acides nucléiques de nos ovules ou spermatozoïdes, de transmettre ces modifications génétiques à nos enfants.

Les personnes qui font la promotion de ces thérapies géniques, faussement appelées « vaccins » sont des apprentis sorciers et prennent les Français et plus

généralement les citoyens du monde, pour des cobayes. » Pr. Christian Perronne

Lire l'article intégral : ici

Me rejoindre sur Lbry.tv ou Odysee (alternatives à YouTube) : 

 

https://lbry.tv/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation) (Actu)

https://lbry.tv/$/invite/@MargueriteRotheCiné:4 (invitation) (Docs et Ciné)

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation) (Actu)

Publié dans Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :