Carrefours du Monde | Grande-Bretagne : passeport vaccinal et reconnaissance faciale

Publié le par Marguerite Rothe

Transcription

 

Le Dr Anthony Fauci ne donne pas seulement des instructions médicales incohérentes, il a également financé le laboratoire de Wuhan avec l’argent des contribuables américains pour la recherche sur les coronavirus.

Fauci dirige l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses.

En 2019, cet institut a soutenu les National Institutes of Health (NIH), qui ont engagé 3,7 millions de dollars en faveur des scientifiques, y compris la tristement célèbre virologue spécialisée sur les coronavirus, Shi ZhengLi, surnommée la batwoman, à l'Institut de virologie de Wuhan (WIV).

C’était un engagement de 6 ans pour les travaux de recherche de l'Institut de virologie de Wuhan.

En février 2021, l'ancien secrétaire d'État Mike Pompeo et son principal conseiller politique chinois Miles Yu ont co-écrit un rapport intitulé «Les laboratoires téméraires chinois mettent le monde en danger».

Le rapport n'a pas attiré beaucoup d'attention des médias, il me semble donc important de souligner quelques points du rapport.

Premièrement, l'Institut de virologie de Wuhan mène des recherches secrètes sur les armes biologiques avec l’Armée populaire de libération du parti communiste chinois.

Le même jour où l'OMS a déclaré que le vaccin ne pouvait pas garantir la prévention de la transmission, l'attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a répondu à un journaliste:

«Le gouvernement ne soutient pas actuellement un système qui oblige les Américains à posséder un certificat.»

« Il n'y aura pas de base de données fédérale sur la vaccination et pas de mandat fédéral… »

Mais Paski a continué : « la Maison Blanche veut « encourager un marché ouvert avec une variété d'entreprises du secteur privé et de coalitions à but non lucratif développant des solutions. »

Plusieurs sources médiatiques et les législateurs du Congrès ont rapporté que l'administration Biden travaillait avec des entreprises privées pour développer des passeports vaccinaux.

Si New York a déployé le premier passeport covid, le «Pass Excelsior», les gouverneurs de Floride et du Texas ont pris des mesures opposées.

Le 5 avril, le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé que le pays était sur la bonne voie pour sa réouverture progressive et mettra à l'essai un système controversé de passeport vaccinal.

Le gouvernement a déclaré que les passeports vaccinaux étaient pratiquement inévitables, car de nombreux pays étaient certains d'exiger une preuve de vaccination COVID-19 pour l'entrée dans leur pays.

Il affirme que les Britanniques auront la possibilité d'afficher leur statut vaccinal ou les résultats des tests, garantissant ainsi que ceux qui ne peuvent pas être vaccinés pour des raisons de santé ne soient pas victimes de discrimination.

Pire encore, des systèmes de reconnaissance faciale pourraient être utilisés pour le passeport vaccinal...

Le gouvernement de Johnson a accordé 75 000 £ aux entreprises de technologie iProov et Mvine pour développer des systèmes de reconnaissance faciale qui pourraient être utilisés comme passeports vaccinaux.

533 millions de données personnelles supplémentaires d'utilisateurs de Facebook ont été divulguées, y compris les données du PDG Mark Zuckerberg.

Les données exposées ont été publiées par un utilisateur sur un forum de piratage de bas niveau le 3 avril en ligne.

Le 20 janvier, immédiatement après son inauguration, Biden a publié un décret mettant fin à toute construction sur le mur à la frontière mexicaine.

Moins de 3 mois plus tard, le département de la Sécurité intérieure envisage de reprendre la construction, comme indiqué lundi.

Alejandro Mayorkas, Secrétaire à la Sécurité intérieure des États-Unis

 a déclaré qu'ils pourraient redémarrer la construction du murs pour combler certaines « lacunes ».

Des bruits courent à Washington : Donald Trump pourrait être de retour au pouvoir dans un très proche avenir, mais en tant que président de la Chambre.

Il y a des spéculations à Washington selon lesquelles l'ancien président Trump pourrait envisager de jouer un rôle majeur dans les prochaines élections de mi-mandat de 2022.

Les conseillers de l'ancien président ont déclaré que l'objectif actuel de Trump était de faire élire des républicains sûrs en 2022.

Et si cela aide le parti républicain à reprendre la majorité, alors l'installation de Trump en tant que président de la Chambre est tout à fait possible.

En effet, même si Trump n’est pas lui-même un représentant élu, les règles de la Chambre des représentants permettent à la majorité de choisir quelqu'un en dehors de la Chambre pour occuper ce poste. » Carrefours du Monde

#ActualitésCovid-19

Mes vidéos sur :

(Alternatives à YouTube)

https://www.brighteon.com/channels/margueriterothe

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation)

https://lbry.tv/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation)

Mon Linktree

https://linktr.ee/margueriterothe

Suivez-moi sur le réseau GAB 🐸

(Alternative à Twitter)

https://gab.com/MargueriteRothe

Publié dans Revue de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :