Kla.TV | L'eugénisme au nom de la protection de la santé

Publié le par Marguerite Rothe

Transcription de la vidéo

 

« Whitney Webb, écrivain, chercheuse et journaliste professionnelle depuis 2016, et le journaliste d'investigation Jeremy Loffredo, dans leurs recherches méticuleuses sur les campagnes de vaccination actuelles contre le Covid 19, spécifiquement autour du vaccin AstraZeneca/Oxford, sont tombés sur des liens et des arrière-plans qui font tout simplement dresser les cheveux sur la tête. Dans leur rapport du 12 mars 2021, ils concluent : l'eugénisme est de retour.

Malgré d'importants problèmes de sécurité et des scandales liés aux essais cliniques, près de 160 pays ont acheté le vaccin AstraZeneca/Oxford. Même l'Inde, le deuxième pays le plus peuplé de la planète, produit ce vaccin à plein régime dans son propre pays.

Le vaccin AstraZeneca/Oxford est présenté comme « vital pour les pays à faible revenu » car, selon ses partisans, il est non seulement moins cher à l'achat mais aussi beaucoup plus facile à manipuler. Les précautions spéciales de réfrigération requises pour les autres vaccins anti-Covid ne sont pas nécessaires ici, disent-ils. Mais le projet d'Oxford et d'AstraZeneca n'est pas une entreprise à but purement philanthropique, affirment Webb et Loffredo dans leur rapport détaillé. Selon eux, il y a bien plus derrière le vaccin qu’un intérêt financier très dominant. C'est d'ailleurs ce qui explique les communications publiques totalement déplacées masquant les échecs. C'est surtout le lien entre les principaux chercheurs et développeurs et la Société britannique d'eugénisme qui attire l'attention. Whitney Webb et Jeremy Loffredo écrivent :

« On pourrait penser qu'aujourd'hui la société mondiale n'est plus sensible à de telles hérésies. Pourtant, la British Eugenics Society est toujours active publiquement »

– dans le but d'améliorer biologiquement la nation et d'alléger le fardeau imposé à la société par les personnes génétiquement « inaptes ». On pourrait considérer qu'il s'agit là d'une note politique marginale calomnieuse et répugnante si un certain nombre d'acteurs et de concepteurs du vaccin AstraZeneca/Oxford n'étaient pas associés à des organisations visant à améliorer « l'hygiène raciale ».

Par conséquent, comme Whitney Webb et Jeremy Loffredo concluent leur rapport, le public doit prendre avec une extrême prudence toutes les affirmations concernant l'introduction de vaccins, même si elles semblent très philanthropiques et sont formulées avec des termes « d’insertion », de « justice raciale » et de « préservation de la santé publique ». Comme l'a formulé Frederick Osborn, cofondateur de l'American Eugenics Society - rebaptisée plus tard Society for the Study of Social Biology - en 1968 en se dévoilant lui-même :

« Les objectifs eugéniques ont le plus de chances d'être atteints sous un autre nom que celui d'eugénisme. »

Ce n'est donc pas une coïncidence si un vaccin dont il est prouvé qu’il présente tant d'intolérances, de décès tardifs et de propriétés destructrices de la fertilité doit être distribué précisément en Amérique du Sud, en Afrique, en Asie de l'Est et en Asie du Sud-Est. Il est certain que les pays pauvres auront du mal à résister à la pression vaccinale qui s'exerce sur eux. »

Source

Mes vidéos sur :

(Alternatives à YouTube)

https://www.brighteon.com/channels/margueriterothe

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation)

https://rumble.com/user/MargueriteRothe

Mon Linktree

https://linktr.ee/margueriterothe

Suivez-moi sur le réseau GAB 🐸

(Alternative à Twitter)

https://gab.com/MargueriteRothe

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :