Conditionnés « à mort » | Pourtant gravement blessés, leur confiance reste inébranlable face aux injections

Publié le par Marguerite Rothe

« Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. *» 

Bossuet.

 

Ils sont des centaines, à se plaindre, à pleurer, sans pour autant avoir à redire quoi que ce soit sur un système qui les trahit, qui leur fait du mal, et même qui les tue. C'est fou.

Ci-dessous, deux cas emblématiques. Les aventures de deux jeunes femmes qui ont échappé justesse à  la mort. Malgré cela, malgré ce qu’elles ont vécu, elles incitent la population à se faire piquer quand même...

« Une Écossaise de 34 ans subit un horrible effet indésirable d'AstraZeneca.
Sarah Beuckmann

Mme Sarah Beuckmann a reçu sa première dose du vaccin expérimental à vecteur viral d'AstraZeneca le 18 mars, selon le Daily Record. Elle a immédiatement ressenti des symptômes semblables à ceux de la grippe, mais n'a rien eu d'autre - jusqu'à sept jours plus tard. Une sensation de picotement dans les jambes s'est rapidement transformée en une éruption cutanée qui s'est transformée en quelque chose que l'on ne voit que dans les films d'horreur.

Un séjour prolongé à l'hôpital


Son mari l'emmène au service des accidents et des urgences de l'hôpital universitaire Queen Elizabeth. Les médecins l'ont immédiatement placée sur un électrocardiogramme, car son rythme cardiaque au repos dépassait 160 battements par minute.

L'hôpital a effectué des tests pour déterminer si elle avait l'herpès ou le VIH, en vain. Deux biopsies ont permis de déterminer qu'elle avait eu une réaction indésirable à la piqûre expérimentale. Les médecins ont traité l'affection avec des stéroïdes. Mais pas avant qu'elle ne s'étende à ses doigts et à son visage.


Les médecins lui ont donné de la morphine pour atténuer la douleur. Mme Beuckmann a déclaré au Daily Record qu'elle pensait que ses jambes devraient être amputées si son état ne s'améliorait pas.

La jeune mère a fini par passer 16 jours à l'hôpital avant de sortir le 12 avril. Elle devra toutefois suivre une physiothérapie pour retrouver la force de ses jambes. Des infirmières viennent à son domicile pour changer quotidiennement le pansement sur ses jambes.

Sarah Beuckmann, 34 ans, subit un terrible effet indésirable d'AstraZeneca

Mme Beuckmann n'a pas le droit de recevoir la deuxième injection en raison de l'effet indésirable. Mais elle encourage les autres à se faire vacciner malgré sa réaction extrême.

« Je ne suis pas une anti-vaxx ou quoi que ce soit », a-t-elle déclaré.

« Je crois toujours que les gens devraient se faire vacciner et le nombre de personnes qui ont été vaccinées et qui n'ont rien eu montre que le vaccin est sûr pour la plupart d'entre elles. »

C'est probablement la 100e fois que nous couvrons une victime ou sa famille encourageant les autres à se faire faire des vaccins expérimentaux malgré leur mauvaise expérience. C'est une perte de temps que d'essayer de donner un sens à cette disposition psychologique apparemment contagieuse chez les personnes inoculées. Tout ce que vous pouvez faire est de rester vigilant et de protéger vos amis et vos proches. »

(Traduction avec DeepL) Source

« Kirsty Hext : Une Britannique de 26 ans subit 14 chocs anaphylactiques dans le mois qui suit sa deuxième dose d'ARNm de Pfizer et encourage les autres à se faire vacciner.

 

Elle a été emmenée d'urgence aux urgences, où elle a également commencé à vomir. On lui a donné de l'oxygène et un nébuliseur. Mme Hext a également reçu des antihistaminiques et des injections d'adrénaline (épinéphrine), que la plupart des gens associent aux EpiPens. Elle n'avait pas d'allergies connues avant l'injection. Les choses ont empiré à partir de là.

Mme Hext a subi quatre autres chocs anaphylactiques ce jour-là, selon Coventry Live. Les médecins lui ont administré des injections d'adrénaline après chaque épisode. Un média a rapporté qu'elle a été placée dans un coma artificiel. Les médecins l'ont transférée le jour même dans l'unité de soins intensifs de l'hôpital Queen Alexandra de Portsmouth. Elle a subi cinq autres chocs anaphylactiques le 2 mai. À un moment donné, Mme Hext a appelé sa sœur pour lui demander si elle pouvait élever sa fille de deux ans si elle mourait.


L'hôpital l'a laissée sortir avec plusieurs EpiPens le 5 mai. Les médecins ont estimé qu'elle pouvait rentrer chez elle en toute sécurité puisqu'elle n'avait pas eu de nouveau choc anaphylactique pendant trois jours. Mais cela n'a pas duré longtemps. Mme Hext a eu un gros vertige et est tombée dans un escalier devant chez elle. Elle s'est fracturée le poignet, la jambe et la pommette. Les choses ont continué à se dégrader.

Mme Hext a subi une autre crise et a été réadmise à l'hôpital vers le 9 mai. Depuis, elle a subi au moins cinq autres chocs anaphylactiques et est toujours hospitalisée au moment de la publication. Bien qu'elle soit hospitalisée dans un avenir prévisible et qu'elle ait vécu une " expérience vraiment terrifiante ", comme elle l'a dit, Mme Hext a déclaré qu'il était important que tout le monde se fasse vacciner. Elle continue à faire l'éloge de ces vaccins expérimentaux.

« Même si j'ai failli mourir plusieurs fois depuis que je me suis fait vacciner, je travaille moi-même dans le secteur des soins et je sais combien c'est important. Je veux que les gens se souviennent que les réactions comme la mienne sont très rares - et ce n'est pas parce que j'ai eu une mauvaise réaction que tout le monde en aura une aussi. Les vaccins sauvent des vies. »

Un porte-parole de la Medicines and Healthcare products Regulatory Agency (MHRA) (équivalent britannique de la FDA) a déclaré qu'ils étaient désolés d'apprendre ce qui est arrivé à Kirsty. La déclaration conclut : "Tout le monde devrait se faire vacciner lorsqu'on le lui demande, sauf avis contraire spécifique." »

(Traduction DeepL) Source

Conditionnés « à mort » | Pourtant gravement blessés, leur confiance reste inébranlable face aux injectionsConditionnés « à mort » | Pourtant gravement blessés, leur confiance reste inébranlable face aux injectionsConditionnés « à mort » | Pourtant gravement blessés, leur confiance reste inébranlable face aux injections

D'où le titre de mon article. Conditionnés à mort...  Au point de traiter leurs blessures comme un inconvénient mineur (même s'il ne l'est pas !), de conduire eux-mêmes leurs enfants à l’abattoir, et de marteler à qui veut l'entendre que la vaccination c'est quelque chose de sûr.  Comme dit un Internaute sur un fil de discussion :

 « Regardez les commentaires sur Twitter ! Le culte de Covid est réel. Leurs propres enfants meurent et ils le défendent quand même. Incroyable. Je suis impressionné par la façon dont ils ont réussi à laver le cerveau des gens. En tout cas, ce sont les morts à court terme. Dans environ un an, vous verrez des gens mourir à droite et à gauche, mais il y aura une autre excuse pour ça. »

* La vraie phrase de Bossuet est  :

« Mais Dieu se rit des prières qu'on lui fait pour détourner les malheurs publics quand on ne s'oppose pas à ce qui se fait pour les attirer. Que dis-je? Quand on l'approuve et qu'on y souscrit. » Se trouve au livre IV de l'Histoire des variations des églises protestantes (œuvres complètes, éd. Vivès, p. 145).

Mes vidéos sur :

(Alternatives à YouTube)

https://www.brighteon.com/channels/margueriterothe

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation)

https://rumble.com/user/MargueriteRothe

Mon Linktree

https://linktr.ee/margueriterothe

Suivez-moi sur le réseau GAB 🐸

(Alternative à Twitter)

https://gab.com/MargueriteRothe