CAMP Covid en France : la macronie ose tout, surtout le pire

Publié le par Marguerite Rothe

MAJ 29 juillet

Encore quelques éclaircissements sur cette affaire ; les gamins ont été littéralement "raflés" (comment le dire autrement ?)

Je vous ai parlé des camps Covid, des camps de rétention sanitaire, qui se sont ouverts aux quatre coins du monde ces derniers mois : en Allemagne, au Canada, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Chine.

Eh bien, il apparaîtrait que la France vient de franchir le cap ! Ce n'est pas vraiment une surprise, puisque ça fait des mois que le régime parle de « cas contacts », et on imagine bien que ce n'était pas pour faire joli. Les QR Code servent (entre autres) à ça, d'ailleurs. À chopper les réfractaires. Rassurez-vous, sous peu nous serons tous menacés par la stratégie de la vaccination en « anneau » (ou quoi que ce soit d'autre qui sortira de leurs têtes malades – je parle de ceux qui sont aux manettes, bien sûr.)

En attendant, des jeunes sont « extraits » de leurs familles et placés autoritairement en milieu d'isolement. Ici, il s'agit d'un ancien lycée agricole («réquisitionné» par la préfecture), et qui, selon le site Le média en 442, serait situé 2915 Route Des Barthes, 40180 Oeyreluy (Landes)

L'information que je vous relaye aujourd'hui sur le sujet est donnée par Richard Boutry, l'auteur de La Minute de Ricardo. Cette vidéo se trouve sur son site. 

La courte enquête de Boutry, menée à l’instigation de parents inquiets, est sidérante. On a de la peine à croire tout cela, et pourtant... Ceux qui s'intéressent de près à l'Histoire seront plus enclins que les non éveillés à réaliser que tout cela est possiblement réel. Que la France a bel et bien basculé en dictature le 12 juillet dernier. Voilà les questions que s'est posé Richard Boutry après avoir fini son reportage :

« C’est assurément une bombe ce document, n’ayons pas peur des mots, malgré la révolte de certaines familles qui m’ont contacté en voyant leurs enfants emprisonnés [on peut appeler ça comme ça]

Ici, bien sûr, on ne transige pas, tout cela, au nom de quoi ? De cette fallacieuse protection des enfants et de leur entourage [vous vous rendez compte, un peu, cette hypocrisie ?]

On les garde ici soi-disant une semaine. Alors me viennent à l’esprit toutes ces questions :

  • Qu’est-ce que le Covid + ? (J’avais jamais entendu ce terme]
  • Pourquoi la Croix-Rouge est-elle mêlée à ce genre de chose ? Alors que benoîtement, on donne de l’argent à la Croix-Rouge depuis des années, espérant que c’est pour une noble cause.
  • Pourquoi les parents ne peuvent-ils plus voir leurs enfants, sinon les avoir par téléphone ?
  • Pourquoi le premier monsieur n’a pas vu les jeunes qui, paraît-il, font du sport dans la cour, mais il n’a vu simplement que préfet ?
  • Pourquoi les jeunes sont-ils privés de tout contact avec l’extérieur ?
  • Pourquoi tout ici tout est-il organisé par la préfecture ?
  • Pourquoi ce terme, qui fait froid dans le dos, « en cas de test positif, à la sortie, “Ils en prennent… Ils en prennent” pour dix jours de plus.»
  • Quid des adolescents ? Y a-t-il eu déjà des plus jeunes, ici ? [Malheureusement oui, à ma connaissance]
  • Et surtout, pourquoi que des jeunes entre 20 et 25 ans ?

Oui, c’est franchement tragique. Et oui, on peut malheureusement tout imaginer sur ce qui se passe à l’intérieur ; et surtout de ce qui se passera demain si on ne réagit pas tout de suite.

Vous entendu, « Que des cas positifs »… même pas de malades. Des cas « contacts », aussi. Vous vous rendez compte ?

Il est franchement temps que cette histoire, je vous le dis, se termine. »

On est d'accord avec lui. Qu'est-ce que la Croix-Rouge vient foutre dans ce bourbier ? Pourquoi ces mesures drastiques ne sont-elles appliquées qu'aux jeunes, qui ont entre 20 et 25 ans ? Que des garçons ? Que des filles ? Mixtes ? 

Mieux, les visites sont interdites, alors que la situation géographique du camp d'isolement permettrait de faire en sorte qu'enfants et parents puissent se voir de loin, en plein air, postés de part et d'autre derrière des barrières espacées de quelques mètres ? Rappelons judicieusement que ces jeunes ne sont pas malades, mais qu'ils sont seulement « positifs » (à des tests frauduleux !) ou pire, qu'ils ne sont que des cas « contacts » ; et si par la magie des tests RT-PCR contaminés ils n'arrivaient plus jamais à avoir des résultats négatifs ? De dix jours en dix jours, ils pourraient en « prendre » pour combien ? Quel traitement « médical » pourrait-il leur être infligé de force ?

AHURISSANT !

Tout cela est extrêmement louche. L'histoire passe par les préfectures, et est donc en relation directe avec le pouvoir inique qui est en place. Pourquoi que des jeunes ? 

Je m'interroge. Et bien des personnes également. Les spéculations vont bon train (je vous affiche en bas de page deux ou trois réflexions d'internautes. Déni, anticipation des faits... Je vous laisse apprécier.

© Marguerite Rothe

Le déni

Anticipation

 

 

Mes vidéos sur :

(Alternatives à YouTube)

https://www.brighteon.com/channels/margueriterothe

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation)

https://rumble.com/user/MargueriteRothe

Mon Linktree

https://linktr.ee/margueriterothe

Suivez-moi sur le réseau GAB 🐸

(Alternative à Twitter)

https://gab.com/MargueriteRothe

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :