Le paysage mondial des passeports d'identification vaccinale | Principaux acteurs de la mise en œuvre de votre identité numérique sur la blockchain, par Corey Lynn • Part. 3/3

Publié le par Marguerite Rothe

J'ai disséqué des dizaines d'entreprises, leur fonctionnement, et qui s'occupe de tel ou tel aspect, afin que les gens puissent voir comment ils s'y prennent et où ils en sont. Il s'agit d'un rapport de 30 pages rempli de preuves et d'informations. J'ai également inclus des diagrammes, des graphiques et des suggestions de solutions.

Corey Lynn

Les équipes de normalisation des lignes directrices


« Juste au moment où vous pensiez qu'il ne pouvait plus y avoir d'alliances, d'initiatives, de groupes de collaboration et de certificateurs, attendez, il y en a d'autres ! Au début, il y aura beaucoup d'alliances, car de nombreux pays sont concernés, mais la majorité des principaux responsables de la mise en œuvre et les "lifers" seront dans la majorité de ces alliances, avec beaucoup de chevauchement. En plus de cela, il y a aussi beaucoup de petites entreprises technologiques qui espèrent devenir importantes, des établissements de soins de santé, des compagnies aériennes et d'autres industries qui vont vouloir rejoindre certaines alliances afin de rester informées tout en suivant le mouvement avec soumission. C'est pourquoi ce groupe particulier est si important, car il s'agit de la "gouvernance" chargée de superviser le processus de développement du guide de mise en œuvre des "SMART Health Cards". Ils se présentent comme une coalition de plus de 300 organisations publiques et privées qui veulent donner aux individus un accès numérique à leurs dossiers de vaccination en utilisant des normes ouvertes et interopérables.

La Vaccine Credential Initiative (VCI) a été fondée par la Mayo Clinic, MITRE Corporation, Microsoft, The Commons Project Foundation, Evernorth, CARIN Alliance, UC San Diego Health et Apple. Leur objectif est "d'harmoniser les normes et de soutenir le développement des guides de mise en œuvre nécessaires pour émettre, partager et valider les dossiers de vaccination liés à une identité individuelle".

Les membres fondateurs ont créé le SMART Health Cards Framework Implementation Guide basé sur les normes Verifiable Credential et Health Level 7 (HL7) SMART on FHIR du World Wide Web Consortium (W3C), ainsi que le SMART Health Cards : Vaccination & Testing Implementation Guide. Ils ont mis le paquet. [NdT : on peut le dire, c'est inouï !]

ET...

L'Organisation mondiale de la santé a également travaillé à l'élaboration d'un cadre de "normes mondiales" appelé "Documentation numérique des certificats Covid-19" (DDCC) : Vaccination Status : Technical Specifications and Implementation Guidance". Ce guide de 99 pages, qui regorge d'illustrations et d'instructions sur les meilleures pratiques, a été publié le 27 juillet 2021.

Ce guide a pour but d'aider les États membres à adopter des normes interopérables pour les carnets de vaccination numériques, mais ils poursuivent en indiquant que "Un certificat de vaccination numérique qui documente le statut vaccinal actuel d'une personne pour la protéger contre le Covid-19 peut ensuite être utilisé pour la continuité des soins ou comme preuve de vaccination à des fins autres que les soins de santé."

Le guide couvre tout ce qui concerne la continuité des soins, la preuve de la vaccination, les méthodes, les éléments de données de base, les considérations de gouvernance nationale et les considérations de mise en œuvre.

Parmi les collaborateurs de ce "guide" figurent de nombreux départements de l'OMS, ainsi que des personnes de la Banque mondiale, des universités, de la Commission européenne, de PATH et de plusieurs autres organisations. Il a été financé par la Fondation Bill & Melinda Gates, le gouvernement estonien, la Fondation Botnar, l'État du Koweït et la Fondation Rockefeller.

ET...

Les livres blancs du Forum économique mondial servent également de "guide" pour le déploiement des identités numériques, comme indiqué ci-dessus.

Les soi-disant protecteurs de la vie privée


Les acteurs affirment constamment qu'ils sont très soucieux de régler les questions de "vie privée", afin de faire croire aux moutons qu'il s'agit là de leur véritable préoccupation. Une identité numérique élimine toute vie privée - c'est un oxymore. La "sécurité cryptographique" signifie simplement que les individus peuvent avoir une vie privée entre eux, mais que toutes leurs données sont stockées chez ces acteurs. Afin de maintenir leur couverture, ils doivent montrer qu'ils essaient de protéger le droit à la vie privée des personnes. Alors qui joue ce rôle ?

La Fondation Linux 

 

La Fondation Linux a créé une initiative appelée Covid-19 Credentials Initiative qui est hébergée par la Linux Foundation Public Health (LFPH). Leur objectif est de "construire, sécuriser et maintenir des logiciels libres pour aider les autorités de santé publique (ASP) à combattre le Covid-19 et les épidémies futures".

Ils affirment que leur initiative est "une communauté mondiale ouverte qui collabore pour permettre l'utilisation interopérable de justificatifs d'identité basés sur des normes ouvertes et préservant la vie privée ainsi que d'autres technologies connexes à des fins de santé publique". Ils s'efforcent de faire progresser l'utilisation des CV (titres de créance vérifiables), et utilisent les portefeuilles numériques et les permis de conduire comme exemples, en précisant que les CV "qualifieront une personne pour certains types d'accès définis par le vérificateur."

D'ici novembre 2020, ils auront créé un "cadre de gouvernance". Le LFPH compte une foule de membres de premier plan tels que Tencent, IBM, Cisco, l'Académie chinoise des technologies de l'information et des communications (CAICT), et bien d'autres. Facebook n'est pas seulement un membre de platine de la Fondation Linux, Kathy Kam, responsable de l'Open Source chez Facebook, a rejoint le conseil d'administration de Linux en novembre 2019. Par coïncidence, outre le fait que Facebook est un contributeur principal, son soutien financier plus récent à la Fondation Linux permettra de soutenir le plus grand investissement technologique partagé de l'histoire, avec environ 16 milliards de dollars de coûts de développement pour plus de 100 projets.

Microsoft a augmenté son adhésion à la Fondation Linux pour devenir un membre platine en 2016, peu de temps après avoir lancé ID2020. Samsung, IBM, Oracle, Fujitsu, Intel et d'autres ont signé en tant que membres platine de la Fondation Linux, il y a longtemps.

En février 2021, la Fondation Linux a annoncé la création de la Fondation DizmeID, fondée par Algoran, Fabrick et InfoCert, et le projet technique sur lequel ils travaillent pour aider à développer et à permettre l'accréditation de l'identité numérique.

En juin 2021, la Fondation Linux a lancé le "réseau de confiance" appelé "Global Covid Certificate Network" (GCCN) pour fournir aux pays un registre de confiance mondial pour les certificats Covid interopérables, sous le couvert des "efforts de réouverture des frontières". Les organisations qui soutiennent ce réseau sont les mêmes que celles qui soutiennent le "passeport-santé", qui, lui aussi, a été lancé par les fondateurs d'ID2020.

Concepteurs de règlements transfrontaliers

Les réseaux s'accordent à dire qu'ils s'inspirent de la structure que l'Union européenne a mise en place par le biais de son règlement eIDAS pour opérer au-delà des frontières nationales, et qu'ils s'en servent comme modèle général pour élaborer des réglementations permettant d'opérer dans plusieurs pays. Ce système est en place au niveau national depuis plusieurs années, mais en raison de la pandémie, un nouveau cadre est en cours d'élaboration, dont les avantages seront étendus au secteur privé. Les États membres seront en mesure de fournir aux citoyens et aux entreprises des portefeuilles numériques qui seront liés à divers aspects de leurs identités numériques nationales.

Il s'agit d'un système transfrontalier qui permet aux citoyens et aux entreprises de partager leurs données d'identité, y compris le permis de conduire, les cartes bancaires, de remplir des déclarations d'impôts en ligne, et d'accéder aux dossiers médicaux et aux services publics en ligne dans toute l'UE, qui est un système Blockchain.

D'ici à 2030, l'Union européenne souhaite que tous les services publics essentiels soient disponibles en ligne, que tous les citoyens aient accès à des dossiers médicaux électroniques et que 80 % d'entre eux utilisent une solution d'identification électronique, comme l'indique la "Communication 2030 - Boussole numérique" : La voie européenne pour la décennie numérique".

Le cadre réglementaire eIDAS peut être consulté ici.

ET...

Le Fonds monétaire international (FMI) travaille également sur les paiements transfrontaliers. Lors d'un symposium organisé par le FMI le 19 octobre 2020 sur le thème "Paiements transfrontaliers - Une vision pour l'avenir", le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, directeur général de la Banque des règlements internationaux (BRI), ainsi que Agustín Carstens et Kristalina Georgieva faisaient partie du panel. Bien sûr, les monnaies numériques des banques centrales (CBDC) ont été un sujet brûlant, et la BRI y était très favorable, déclarant que "la banque centrale aura un contrôle absolu sur les règles et règlements qui détermineront l'utilisation des CBDC, et nous aurons la technologie pour les faire respecter."

Liste récapitulative des principaux responsables de la mise en œuvre et des soutiens identifiés dans ce rapport :

Accenture
Akamai Technologies
Alibaba Group
Algoran
Amazon
Apple
AT&T
Australian Aid
Barclays
Bezos Family Foundation
Bill & Melinda Gates Foundation
Bank for International Settlements
BlackRock
BLOK Bioscience
Bosch
Cardano Foundation
CARIN Alliance
Center for Global Development
Central Bankers
China Academy of Information and Communications Technology (CAICT)
China Electronics Technology Group Corp
Cisco
Clear
Collins Aerospace / Raytheon
David & Lucile Packard Foundation
Deloitte
Deutsche Bank
DizemeID Foundation
Emurgo
Entrust
European Union
Evernorth
Evernym
Fabrick
Facebook
Federal Reserve
Fondation Botnar
Ford Foundation
GAVI
Global Compact
Global Covid Certificates Network (GCCN)
Google
Governments (many)
GSMA
IBM
ID2020
ID4D
IDEO
InfoCert
International Air Transport Association
International Monetary Fund
International Organization for Migration
International Telecommunication Union
International Trade Center
IOHK
Johns Hopkins Center for Health Security
JPMorgan Chase
Lemann Foundation
Linux Foundation
Lloyds Banks
Macola
Mastercard
Mayo Clinic
Medici
Microsoft
MITRE Corporation
MOBi
Morgan Stanley
NEC
Omidyar Network
Oracle
Outlier Ventures
PATH
Paypal
Robert Wood Johnson Foundation
Rockefeller Foundation
Salesforce
Sovrin
Standard Chartered
Tencent
The Commons Project
The Good Health Pass Collaborative
T-Mobile
UC San Diego Health
Ukaid
UK Dept. of International Development
United Nations and its many arms
Vaccine Credentials Initiative (VCI)
Vanguard
VCI
Visa
Verizon
World Bank
World Economic Forum
World Food Programme
World Health Organization
Zurich

En outre, des centaines de petites entreprises ont pris le train de l'identité numérique pour profiter de l'asservissement humain.

D'autres organisations seront ajoutées à cette liste dans la quatrième partie, lorsque les autres sections seront couvertes.

Il est temps de faire dérailler leur train


J'ai participé à plus d'appels commerciaux avec plus de PDG au cours des deux derniers mois qu'à aucun autre moment de ma carrière, et ils sont tous d'accord : la transformation numérique, même s'il ne s'agit pas d'une [solution] unique, est un impératif. Les organisations et les gouvernements du monde entier ont un impératif de transformation numérique comme jamais auparavant, et beaucoup d'entre eux accélèrent leurs plans pour un environnement de travail partout et d'abord numérique.

Marc Benioff, fondateur, président et PDG de Salesforce.

Le plus important est de rendre la technologie inclusive - faire évoluer le monde. Ensuite, il faut prêter attention aux personnes âgées de 30 ans, car elles représentent la génération Internet. Ils vont changer le monde ; ce sont les bâtisseurs du monde.

Jack Ma, fondateur et président exécutif, Alibaba Group

Je vois deux priorités pour l'avenir immédiat. Tout d'abord, nous devons conduire les changements de politique pour faire en sorte que les pauvres puissent s'engager à ce niveau. Ensuite, nous avons besoin d'un système de mesure qui permette de suivre les progrès accomplis pour inciter les gens à ne pas se contenter d'avoir des comptes, mais à tirer réellement profit de l'activité financière.

Bill Gates

Ces mêmes personnes et organisations "attirent les gens" vers leur "transformation numérique" pour "faire changer le monde" depuis si longtemps que les gens y sont devenus totalement désensibilisés. C'est là que le bât blesse : le monde a lâché la balle, et ils ont avancé à grands pas dans leur grand projet sans que personne n'y prête attention. Il est maintenant temps de reprendre la balle, de suivre les suggestions de solutions présentées au début de ce rapport et de collaborer les uns avec les autres pour trouver d'autres moyens de faire dérailler ce train avant qu'il ne soit trop tard.

 

 

La quatrième partie portera sur le code QR, la blockchain, la monnaie et les portefeuilles numériques, et l'IA. »

Ce rapport a été élaboré et rédigé par Corey Lynn de Corey's Digs pour The Solari Report.

Mes vidéos sur :

(Alternatives à YouTube)

https://www.brighteon.com/channels/margueriterothe

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation)

https://rumble.com/user/MargueriteRothe

Suivez-moi sur le réseau GAB 🐸

(Alternative à Twitter)

https://gab.com/MargueriteRothe