Malgré ses liens avec Pfizer, le Forum économique mondial et la Trusted News Initiative, Reuters se charge désormais de « vérifier les faits » dans les posts Facebook et Twitter évoquant la vaccination contre le Covid

Publié le par Marguerite Rothe

 « Conflit d’intérêts : Reuters vérifie les faits dans les médias sociaux liés à COVID, mais ne révèle pas ses liens avec Pfizer, Forum économique mondial et la Trusted News Initiative

 

Dès le début de la pandémie, les géants des médias sociaux, notamment Facebook, Twitter, et  YouTube, ont signalé les messages liés au COVID que les géants des médias sociaux jugent « faux ou trompeurs ».

La plupart des utilisateurs de médias sociaux sont au courant de cette pratique, d’autant plus que les titres récents font état d’une pression accrue de la part du Congrès et de la Maison Blanche pour réprimer de manière agressive la « désinformation sur les vaccins ».

Mais voici un fait moins connu que certains utilisateurs de médias sociaux – et consommateurs d’informations en ligne – ne connaissent peut-être pas : Reuters, qui appartient à Thomson Reuters Corporation, une société multimédia internationale dont le chiffre d’affaires s’élève à 40 milliards de dollars, vérifie également les faits publiés sur les médias sociaux.

Reuters publie ses commentaires de vérification des faits en ligne dans un format conçu pour ressembler aux nouvelles histoires, qui apparaissent dans les recherches en ligne.

La semaine dernière, Reuters a annoncé une nouvelle collaboration avec Twitter pour « fournir plus rapidement des informations crédibles sur le réseau social dans le cadre d’un effort visant à lutter contre la propagation de la désinformation ».

En février, Reuters a annoncé un partenariat similaire avec Facebook pour « vérifier les faits » dans les médias sociaux.

Cependant, lors de l’annonce de ses partenariats de vérification des faits avec Facebook et Twitter, Reuters n’a pas mentionné ce fait : l’agence de presse est liée à Pfizer, le Forum économique mondial (FEM) et la Trusted News Initiative (TNI), une collaboration industrielle entre les principales organisations d’information et de technologie mondiale dont la mission déclarée est de « combattre la diffusion de désinformation nuisible sur les vaccins ».

Reuters n’a pas non plus fourni de critères permettant de définir une information comme étant une « désinformation » et n’a pas divulgué les qualifications des personnes chargées de déterminer les faits par rapport à une « désinformation » fausse ou trompeuse.

Un médecin est exclu de LinkedIn pour avoir dénoncé les liens de Reuters avec TNI, Pfizer et FEM

Le Dr Robert Malone, médecin et inventeur de vaccins à ARNm et de médicaments à base d’ARN, a déclaré qu’il pensait que toute personne lisant les articles de « vérification des faits » de Reuters concernant le contenu de COVID devrait savoir, comme le dit M. Malone, qu’il y a des conflits d’intérêts évidents.

Dans le tweet, M. Malone a montré le profil LinkedIn de Jim Smith :

« Jim Smith, qui siège au conseil d’administration de Pfizer, est également l’ancien président et l’actuel président du conseil de la Fondation Thomson Reuters, ainsi que le PDG et le directeur de la société mère de Reuters, Thomson Reuters Corporation – qui est un «fournisseur d’informations financières… aux entreprises, aux gouvernements et aux particuliers du monde entier », dont le chiffre d’affaires s’élève à 1,53 milliard de dollars et qui est coté en bourse. »

Twitter n’a pas censuré ou supprimé le message. Mais lorsque M. Malone a publié les mêmes informations sur LinkedIn, il a été banni de la plateforme le lendemain pour avoir violé « l’accord d’utilisateur et les politiques de la communauté professionnelle de LinkedIn contre le partage de contenu contenant des informations trompeuses ou inexactes ».

LinkedIn a été racheté en 2016 pour 26,2 milliards de dollars par Microsoft, alors que le cofondateur de l’entreprise, Bill Gates, était encore aux commandes. Le directeur de l’exploitation et vice-président de Microsoft, Kirk Koenigsbauer, siège également au conseil d’administration de Thomson Reuters.

M. Gates, qui devrait tirer un profit substantiel des ventes du vaccin COVID, possède toujours des actions de Microsoft – environ 5,1 milliards de dollars, selon des estimations récentes. En mars, M. Gates s’est retiré du conseil d’administration de Microsoft, mais il reste conseiller en technologie auprès du PDG de la société, Satya Nadella.

Le profil LinkedIn de M. Malone a finalement été rétabli, mais seulement après une série de courriels, initiés par M. Malone, entre lui et des cadres de LinkedIn.

Dans une entrevue accordée la semaine dernière à Le Défenseur, M. Malone a parlé de ses messages sur Twitter et LinkedIn – des raisons qui l’ont poussé à les publier, des réactions qu’ils ont suscitées et des raisons pour lesquelles il est important de savoir que Reuters s’associe à des sociétés de médias sociaux pour dénoncer ce que ses vérificateurs de faits considèrent comme de la « désinformation ».

Les messages de M. Malone sur Twitter et LinkedIn portaient sur la TNI et ses liens avec Pfizer et Reuters. Dans ces messages, il demandait à ses abonnés aux médias sociaux (« followers ») s’ils pensaient que le fait que la TNI censurait les informations sur la sécurité du vaccin COVID – étant donné les liens de TNI avec Pfizer et Reuters – constituait un « conflit d’intérêt journalistique ».

« J’ai posé la question de manière un peu ironique, » a déclaré M. Malone. « Mais si vous revenez au post LinkedIn, il y a eu un nombre énorme de réponses à celui-ci où les gens étaient unanimes pour dire que c’est absolument un conflit d’intérêts. »

M. Malone a expliqué :

« Ce que nous avons ici, c’est cette intégration horizontale entre l’industrie pharmaceutique, les grandes technologies, les grands médias, le gouvernement et les médias traditionnels. Il ne s’agit pas seulement de la Trusted News Initiative. Elle va au-delà. C’est la même chose avec Merck et tous les autres. Pfizer joue vraiment de manière très agressive dans ce domaine. »

Outre les conflits d’intérêts que M. Malone a identifiés dans ses messages sur Twitter et LinkedIn, M. Malone a déclaré que c’est le manque de transparence – que ce soit de la part de Reuters, Facebook ou la TNI – concernant la définition de la « désinformation », sur la base de quels critères, qui le préoccupe.

M. Malone a déclaré à Le Défenseur que, d’après ses recherches, la plupart des vérificateurs de faits n’ont pas de formation en sciences ou en santé. Pourtant, même sans ces qualifications, et sans travailler sur la base d’une définition transparente de la « désinformation », les vérificateurs de faits sont capables d’interrompre la communication en ligne entre scientifiques et médecins en signalant ou en supprimant des messages.

Pire encore, selon M. Malone, si les vérificateurs de faits qualifient les articles d’un médecin, comme lui-même, de « désinformation », l’affirmation du vérificateur de faits pourrait potentiellement être utilisée pour justifier la révocation de la licence d’un médecin.

« En quoi est-ce dans l’intérêt du public ? » M. Malone a demandé.

Reuters, la Trusted News Initiative et leurs partenaires des médias sociaux

Reuters et l’Institut de journalisme Reuters sont membres de la TNI, dont l’objectif déclaré est de

« protéger les audiences et les utilisateurs de la désinformation, en particulier autour des moments à risque, comme les élections ».

En décembre 2020, la TNI a déclaré dans un communiqué de presse qu’elle élargissait son champ d’action pour lutter contre la diffusion de désinformations néfastes sur les vaccins et de théories du complot, car la confiance du public dans les vaccins est cruciale pour l’adoption et le succès des vaccins.

Selon la BBC, les autres partenaires de la TNI comprennent Google/YouTube, Facebook, Microsoft, le Washington Post (propriété de Jeff Bezos), Twitter, la BBC, la Associated Press, l’Agence France-Presse, CBC/Radio-Canada, l’Union européenne de radiodiffusion, le Financial Times, First Draft et The Hindu.

Le communiqué de presse de la TNI de décembre 2020 indiquait :

Avec l’introduction de plusieurs nouveaux vaccins COVID-19, il y a eu une augmentation de la désinformation « anti-vaccins » diffusée en ligne auprès de millions de personnes.

« Les exemples incluent des mèmes largement partagés qui associent les faussetés sur les vaccins à la liberté et aux libertés individuelles. » D’autres messages cherchent à minimiser les risques du coronavirus et suggèrent qu’il existe une arrière-pensée derrière le développement d’un vaccin.

« Les partenaires de la TNI s’alerteront mutuellement sur la désinformation qui représente une menace immédiate pour la vie, afin que le contenu puisse être examiné rapidement par les plateformes, tandis que les éditeurs s’assureront qu’ils ne republient pas involontairement des faussetés dangereuses. »

Bien que le communiqué de presse de la TNI donne ce qu’il appelle des exemples de « désinformation anti-vaccins », il ne fournit pas de liste complète de critères pour définir la désinformation.

Le communiqué de presse dit ceci :

« … il est vital que le public sache qu’il peut se tourner vers des sources fiables pour obtenir des informations précises et impartiales » – sans révéler qu’un membre du conseil d’administration de Pfizer, Jim Smith, est également président de la fondation Thomson Reuters, un membre de la TNI.

La connexion Pfizer-Reuters

Comme M. Malone l’a souligné dans ses messages sur Twitter et LinkedIn, M. Smith a été nommé au conseil d’administration de Pfizer en 2014.

Selon le site Web de Pfizer, M. Smith est membre du comité de vérification du conseil d’administration et président du comité de rémunération, qui, entre autres responsabilités, établit les objectifs de performance annuels et à long terme du PDG de Pfizer, Albert Bourla, et détermine la rémunération de M. Bourla et de l’équipe de direction.

Mais M. Smith est également président de la fondation Thomson Reuters, qui se décrit comme « la fondation d’entreprise de Thomson Reuters, la société mondiale de services d’information ».

La fondation indique que sa mission est de « faire progresser la liberté des médias, de favoriser des économies plus inclusives et de promouvoir les droits de l’homme ».

Selon son site web, la fondation soutient « les médias locaux afin qu’ils produisent un journalisme précis, impartial et fiable qui renforce la responsabilité des gouvernements et des entreprises et garantit l’accès du public à l’information ».

La fondation indique qu’elle forme également « des journalistes dans le monde entier, en promouvant l’intégrité, l’indépendance et l’absence de parti pris dans les reportages d’actualité ».

Mais comme l’a souligné M. Malone, l’initiative de vérification des faits de Reuter vérifie régulièrement le contenu relatif aux vaccins COVID – y compris le vaccin de Pfizer – même si Smith siège au conseil d’administration de Pfizer tout en étant président de la fondation Thomson Reuters.

Relier les points entre Pfizer, Reuters et le FEM

Selon le profil LinkedIn de M. Smith, tout en siégeant aux conseils d’administration de Pfizer et de la fondation Thomson Reuters, il fait également partie du conseil d’administration de l’initiative de partenariat contre la corruption (« Partnering Against Corruption Initiative ») du FEM et est membre du conseil international des affaires du FEM.

Le Forum économique mondial (FEM) a été fondé en 1973 par Klaus Schwab, un économiste allemand de 82 ans qui a introduit l’idée du « capitalisme des parties prenantes », un modèle qui fait des entreprises privées les dépositaires de la société.

Selon son site web, cette organisation à but non lucratif basée en Suisse est « l’Organisation internationale pour la coopération public-privé ». Le site web du FEM indique également qu’il « est indépendant, impartial et n’est lié à aucun intérêt particulier ».

Pourtant, toujours selon le site web du FEM, ses partenaires comprennent : Pfizer, AstraZeneca, Johnson & Johnson, Moderna, Facebook, Google, Amazon, la fondation Bill & Melinda Gates et des organismes de presse comme TIME, Bloomberg et le New York Times.

En octobre 2019, le FEM a organisé un exercice de simulation en direct d’une pandémie de haut niveau (événement 201) en partenariat avec la fondation Bill & Melinda Gates et le Johns Hopkins Center for Health Security, en utilisant un « nouveau coronavirus » pour « préparer les dirigeants publics et privés à la réponse à une pandémie ».

Le FEM – et ses partenaires – font partie d’un programme mondial appelé «The Great Reset » (la grande remise à zéro) qui a utilisé la pandémie de COVID pour appeler à une « remise à zéro » de l’économie mondiale et à une refonte complète du mode de vie de la population mondiale.

Les promoteurs du plan The Great Reset le présentent comme un plan de « développement durable » et de « capitalisme participatif », mais ses détracteurs affirment que le plan cherche à surveiller et à contrôler le monde par le biais de la surveillance numérique, qu’il est opposé au capitalisme et à la libre entreprise et qu’il veut remplacer la société libre par la technocratie.

Le FEM s’associe également au TPG, une société d’investissement mondiale de premier plan; à Neilson, une société d’information, de données et de mesure; à McKinsey and Company, un partenaire de la pratique mondiale, information et technologie, et au Blackstone Group.

L’actuel président, PDG et directeur de Thomson Reuters, Steve Hasker, a été conseiller principal auprès de TPG Capital ; PDG de CAA Global, une société du portefeuille de TPG Capital ; président et PDG mondial de Nielsen ; et a passé plus de dix ans chez McKinsey.

Le 14 juin, la fondation Thomson Reuters a nommé Yasir Khan au poste de rédacteur en chef pour diriger son équipe de journalistes et superviser la transformation numérique de son offre d’actualités. Dans un communiqué de presse, la fondation a indiqué qu’elle avait élargi son équipe chargée de l’information et du numérique grâce à un financement de la fondation Skoll, également membre du FEM.

En 2018, Reuters a annoncé un partenariat stratégique avec Blackstone. Dans le cadre de cette transaction, Thomson Reuters a vendu une participation majoritaire de 55 % dans son activité financière et de gestion des risques – l’un des plus grands fournisseurs mondiaux de données et d’infrastructures relatives aux marchés financiers – à des fonds d’investissement privés gérés par Blackstone, ce qui valorise l’activité à 20 milliards de dollars. »

Source et accès aux liens hypertexte : ici

Mes vidéos sur :

(Alternatives à YouTube)

https://www.brighteon.com/channels/margueriterothe

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation)

https://rumble.com/user/MargueriteRothe

Suivez-moi sur le réseau GAB 🐸

(Alternative à Twitter)

https://gab.com/MargueriteRothe

Publié dans Non classé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :