Vous ne comprenez pas très bien pourquoi quantité de Français s'insurgent contre le Pass Sanitaire ?

Publié le par Marguerite Rothe

Vous faites partie de ceux qui ne comprennent pas, et même, qui trouvent ridicule de s'insurger contre le Pass Sanitaire ? Certains d'entre vous dirons, oui, d'accord, et alors ? Quand on n'a rien à se reprocher, pourquoi faudrait-il avoir peur ? La réponse est simple : de nous mêmes, il faut avoir peur de nous mêmes, de notre nature humaine. Du fait que nous sommes des êtres changeants, tributaires de nos émotions. Que nous pouvons évoluer, et que nous ne sommes pas un troupeau d'animaux. Réflexion qui mène tout droit à ce qui est en train d'être mis en place à grande échelle en Chine :

  • la reconnaissance faciale
  • le crédit social

Et donc, là-bas, aujourd'hui (entres autres "libertés"), si vous voulez changer de téléphone mobile, vous devez accepter de vous faire enregistrer par reconnaissance faciale : (vidéo) Ceci étant valable pour ceux dont le crédit social est au vert, bien évidemment. Pour les autres, les rebelles, ceux qui refusent de se faire empoisonner par une injection supposée « protéger » les autres, et non soi-même en premier lieu... d'un virus imaginaire, alors c'est c'est l'enfer (un article particulièrement bien étayé) 

Aujourd'hui, il s'agit d'un virus qui demande une injection, et demain, ça sera quoi ?

 

La reconnaissance faciale, un outil qui séduit nos dictateurs de l'ombre au plus haut niveau. Pourquoi croyez-vous que des élus, en France, commencent à s’intéresser à ce type de caméra ? Pensez-vous qu'ils en ont eu l'idée, comme ça, un beau matin au lever du lit ? Pas du tout ! Ils suivent la feuille de route qui leur est imposée ; ce qu'ils font avec beaucoup de zèle.

Une fois le Pass Sanitaire mis en place, êtes-vous assez naïfs pour croire que nos tyrans en resteront là ? Non, car le Pass n'est que la première étape d'un long processus de mise en esclavage numérique. D'ailleurs, pour eux, le QR code est le plus "compliqué" à mettre en place (inconsciemment, les peuples se doutent d'un coup de Jarnac). Mais si ces monstres dépourvus de toute sensibilité arrivent à leurs fins, et si nous ne nous battons pas avec assez de conviction, alors ensuite, pour eux, tout ira comme sur des roulettes, si je puis dire. Nous auront droit aux Vaquessins à répétition, à la surveillance cinquegéee (lorsqu'elle sera totalement déployée), et à laquelle personne ne pourra échapper nulle part sur Terre, le revenu universel sera instauré, et comme le prévoit Klaus Schwab, nous ne posséderons plus rien, mais nous serons heureux... Tout cela, et sûrement encore bien d'autres insanités que je ne suis pas capable d'imaginer. En tout cas, leurs travaux et recherches sont extrêmement bien avancés. (Notez celui qui concerne le système de cryptographie monétaire utilisant les données sur l'activité corporelle... Et après, pensez à ce qui pourrait arriver à un revenu universel sur lequel vous n'aurez aucun contrôle...) Ça vous terrifie ? Vous pouvez l'être. C'est diabolique.

Tout le monde sera touché ; même les retraités, auxquels ils pourront décider de supprimer les pensions si certains ne veulent pas recevoir l'injection ; c'est un exemple... Regardez bien la mine gourmande et satisfaite de ce grand malade mental qui tient le monde entre ses mains couvertes d'or, quand le journaliste évoque le sujet : 

« Dans un récent tweet d'une interview, Bill Gates, le fondateur de Microsoft, agit comme s'il était le président et le roi du COVID.  Il sourit lorsqu'on lui suggère de retenir les chèques de sécurité sociale des personnes âgées jusqu'à ce qu'elles se fassent va cc ine r avec le v a c cin COVID. » Source

 

 

L'archive :

https://archive.ph/sG3VX

©Marguerite Rothe

Mes vidéos sur :

(Alternatives à YouTube)

https://www.brighteon.com/channels/margueriterothe

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation)

https://rumble.com/user/MargueriteRothe

Suivez-moi sur le réseau GAB 🐸

(Alternative à Twitter)

https://gab.com/MargueriteRothe

Voilà ce que nous sommes, pour eux.