Dr Michael McDowell « L'arme biologique génétique, le vaccin et le COVID »

Publié le par Marguerite Rothe

Le Docteur Michael McDowell de Trinité-et-Tobago expose le coup d'État de la Grosse Pharmacie sur les nations du monde avec les injections contre un virus intégralement fabriqué en laboratoire appelé : koooovid-19. Ces injections improprement nommées : v·a·cc·ins ne sont rien moins que des armes de guerre bactériologiques, et elles ont déjà commencé à tuer un grand nombre de personnes dans le monde. 

Ce n'est pas parce qu'une guerre est silencieuse qu'elle ne fait pas de victimes.

Citations 

L'industrie des armes biologiques génétiques est l'industrie la plus secrète de la planète Terre. Mais elle existe. Je voudrais aller plus loin en disant que William Cohen -l'ancien secrétaire d'état américain nommé en 1997-, Cohen a fait référence au concept d'une arme biologique ethnique comme un risque possible en 1998. Certains experts en armes biologiques considéraient qu'une telle arme génétique était plausible, et vous savez quand ils disent cela, cela signifie qu'ils l'ont déjà produite, qu'ils la stockent et attendent de l'utiliser.

Dr Michael McDowell

Je veux aussi que vous sachiez que 16 nations sur la planète stockent des armes biologiques génétiques.

Dr Michael McDowell

Et je voudrais vous citer le Dr Francis Boyle. Le Dr Francis Boyle, l'auteur de la loi anti-terroriste, dit ceci -cet expert en droit international et en armes biologiques- dit : « Le SRAS-CoV-2 est un agent de guerre biologique offensif fabriqué en laboratoire et doté de propriétés de gain de fonction »

Dr Michael McDowell

laissez-moi vous dire que le VIH est un rétrovirus. Les rétrovirus utilisent l'ARN messager pour injecter leur substance dans la cellule. Et quand l'ARN messager est injecté dans la cellule, il se passe quelque chose appelé "rétro intégration" et cela signifie que l'ARN messager est reconverti en ADN et qu'il fusionne avec l'ADN chromosomique de l'hôte.

Dr Michael McDowell

Les rétrovirus comme le VIH sont porteurs d'une enzyme appelée « transcriptase inverse » qui retransforme l'ARN messager en ADN afin qu'il puisse s'intégrer aux gènes dans les noyaux de vos cellules. Ce qui veut dire que lorsqu'ils ont dit que c'était un vaccin à ARN messager et qu'il n'irait que dans les ribosomes et formerait des protéines, ce n'est pas vrai : il sera reconverti en ADN et affectera votre génome humain.

Dr Michael McDowell

Ils ne sont pas normaux. Je veux dire, les vaccins normaux que j'ai reçus quand j'étais enfant et que mes enfants ont reçus quand j'étais adulte, sont des vaccins à virus atténués ou inactivés et ces vaccins sont une nouvelle technologie qui n'a jamais été déployée dans la population humaine.

Dr Michael McDowell

« Vaccination de masse au moment de la haute pression infectieuse cela veut dire au moment  où la pandémie est au plus haut, qui cause cette expression d'un phénomène connu de tous les virologues, j'ai entendu un virologue sur la télévision 6news la nuit dernière, mentionner ceci, appelé l'évasion immunitaire virale et en un mot l'évasion immunitaire virale est ceci. Lorsque vous mettez un virus sous pression, par le biais d'un programme de vaccination de masse, les anticorps induits par le vaccin vont se dresser contre le virus C000vid19 et le combattre, et donc le virus est en fuite. Une fois qu'un virus est en fuite. Rappelez-vous que ce virus, c'est un virus qui a des propriétés de gain de fonction. Vous le mettez sous pression, il change, il se déplace, il change son apparence... il est différent. Je veux dire, il devient un variant, et le variant ne peut pas être arrêté par les anticorps induits par le vaccin. Les anticorps induits par le vaccin désactivent également votre système immunitaire inné.  Les personnes vaccinées  ont donc des anticorps induits par le vaccin qui ne peuvent pas arrêter un variant et qui désactivent également votre système immunitaire inné. Les variants peuvent donc passer directement et infecter ceux qui sont vaccinés. C'est l'évasion immunitaire virale et cela signifie que les vaccinés sont sans défense contre les variants. Ce n'est plus une pandémie de qu0vid 19, sars cov 2, c'est une pandémie de variance. Je veux dire et il y a quelque chose qui s'appelle la recombinaison, écoutez-moi attentivement : pourquoi nos virologues ne nous disent-ils pas cela, même la recombinaison signifie qu'un hôte vacciné peut être infecté par plus d'un variante à la fois.

[...]Le dr Peter McCullough dit qu'ils n'ont pas assez de lettres dans l'alphabet grec pour nommer les variants. Si un hôte vacciné est infecté, co-infecté par plus d'un variant, lorsqu'ils entrent à l'intérieur se font la fête, qu'ils se mélangent, et qu'ils changent d'ADN, et qu'ils se camouflent, et qu'ils mélangent leur ADN, la technologie de l'ADN recombinant prend place et produit un super variant. Et si des super variants sont produites, rien ne peut les arrêter. Et déjà, ils disent que le dernier variant à sortir est résistant aux vaccins, et ce n'est que le début. » Dr Michael McDowell

Mes vidéos sur :

(Alternatives à YouTube)

https://www.brighteon.com/channels/margueriterothe

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation)

https://rumble.com/user/MargueriteRothe

Suivez-moi sur le réseau GAB 🐸

(Alternative à Twitter)

https://gab.com/MargueriteRothe

Traducteurs

Vous appréciez avoir des nouvelles d'outre-frontière ? Pensez à remercier chaleureusement les jeunes traducteurs, voire à leur donner un petit coup de pouce financier en leur faisant un don ; pour ce faire, vous trouverez leurs coordonnées sur leurs chaînes respectives ; ils font un travail formidable ; grâce à eux, on a la chance d'accéder à de l'information inédite dans l'hexagone ! 

Publié dans Revue de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :