Lettre ouverte aux vaccinés, du Pr. Denis Rancourt

Publié le par Marguerite Rothe

Lettre ouverte aux vaccinés

Le Premier ministre Trudeau a récemment averti qu’« il y aurait des conséquences » si les employés fédéraux ne se conformaient pas aux mandats en matière de vaccins. Il s’agit d’une voix de tyrannie qui a fait écho à la peur et accru l’agitation à travers notre pays. Il a plongé notre nation dans une profonde division autour de la vaccination de masse et a amené notre rétablissement collectif de cette pandémie à un point critique. En fait, cela nous oblige, en tant que pays, à enfin nous demander : en effet, quelles sont ces conséquences ?

Quelles sont les conséquences sociétales d’une division selon le statut vaccinal ? Quelles sont les conséquences d’imposer une telle intervention médicale insuffisamment testée ? Comment tout cela est-il censé bien finir ?

Les conséquences seront désastreuses, c’est certain. Et les conséquences nous affecteront tous, vaccinés comme non vaccinés.

Au cours des six derniers mois, beaucoup d’entre nous ont pris la décision d’accepter le vaccin de bonne foi – en faisant ce qu’il fallait pour travailler, voyager et visiter les gens que nous aimons. Malheureusement, certains d’entre nous ont subi des pressions ou des contraintes. Et maintenant, de plus en plus de preuves dans le monde montrent que ces vaccins ne peuvent pas arrêter la transmission du virus et de ses variantes, mais les mandats de vaccination se poursuivent.

Pendant ce temps, les sociétés pharmaceutiques gagnent des milliards de dollars d’argent public et font pression pour accélérer les vaccins vers une approbation complète, sans procédure régulière ni débat public. Il est tout à fait clair que lorsque l’argent et la politique s’entremêlent, la science et l’éthique passent au second plan.

Peut-être avez-vous déjà ressenti du ressentiment envers ceux qui hésitaient à se faire vacciner, en tant que personnes qui ne faisaient pas leur part ; mais peut-être est-il temps de considérer que nous sommes tous devenus passagers du même train en fuite. Le sens de « complètement vacciné » change rapidement alors que les dirigeants exigent la prochaine mise à niveau du rappel et menacent de nous expulser des espaces publics si nous ne nous conformons pas. Ainsi, si vous faites partie des « complètement vaccinés » aujourd’hui, d’ici demain, vous pourriez devenir l’un des « insuffisamment vaccinés » et être contraint de faire une autre injection.

Si l’histoire est une indication, cela ne s’arrêtera pas à l’interdiction d’accès aux concerts ou aux bars. Lorsque vous ne pourrez plus acheter de nourriture, accéder aux services bancaires, voter en personne ou traverser une frontière provinciale, il sera clair que les mêmes pratiques discriminatoires que vous espérez abolir seront de plus en plus fermement établies. Les vraies conséquences nous attendent tous.

Peut-être avez-vous eu votre série complète de doses et avez-vous maintenant des doutes sur l’opportunité de continuer en raison du nombre alarmant d’infections parmi les vaccinés. Ou peut-être connaissez-vous quelqu’un qui a été blessé par le vaccin ou qui s’inquiète du nombre croissant de décès liés aux vaccinations.

Nous continuons à nous demander : « Pourquoi les données ne sont-elles pas autorisées à être examinées et pourquoi les experts indépendants sont-ils censurés s’ils tentent de le faire ? » Il est incompréhensible, et décidément anti-canadien, de voir réduire au silence des médecins et des scientifiques de la santé hautement estimés dans notre pays et dans le monde entier.

L’histoire nous a appris que les arguments unilatéraux et la dissidence interdite sont des signes d’un totalitarisme tapi à la porte. Bientôt, poser des questions fera de vous un ennemi de l’État. L’obligation de vaccins est un point de rupture. « Mon corps, mon choix » a été l’une des caractéristiques d’une société libre et démocratique, mais cela est en train de changer. Les Canadiens se font voler leurs décisions personnelles.

Avec des blocages déjà prévus pour l’automne et des boosters prêts, nous entrons dans un moment charnière. Sommes-nous tous prêts à continuer à être injectés indéfiniment ? Dans les provinces canadiennes et partout dans le monde, les passeports vaccinaux témoignent de notre nouvelle relation à long terme avec la coercition médicale en échange de libertés fondamentales. Jusqu’à présent, chaque traitement a été promis pour être le dernier, mais il ne pourrait pas être plus clair qu’il n’y a pas de fin en vue.

Et maintenant, ils viennent chercher nos enfants.

Avec un risque extrêmement faible de tomber malade et pratiquement aucun risque de mourir du COVID-19, la vaccination de masse des enfants et des adolescents reste injustifiée. Aligner nos enfants en bonne santé pour un traitement médical n’a jamais fait partie de l’accord. Le plus troublant de tous, c’est que nous sommes préparés pour des campagnes de vaccination de masse dans nos écoles qui ne nécessitent pas le consentement des parents. Le gouvernement décide-t-il de ce qui est le mieux pour nos enfants ? Sans aucun doute, les liens familiaux qui nous unissent se dénouent. À juste titre, les parents sont consternés par ce dépassement sans précédent et débattent du retrait de leurs enfants de l’école.

Malgré nos meilleures intentions, les familles sont marquées, les amis sont divisés et les partenaires sont en désaccord. Nous avons été affaiblis par notre division et manipulés par la peur.

Jusqu’où allons-nous permettre que cela aille? « All the way! » (Tout le chemin !) certains d’entre nous déclarent. Mais « tout le chemin » est un endroit que nous n’atteindrons jamais. Nous devons arrêter cette catastrophe médicale et faire face à la vérité : il ne s’agit pas de notre santé ; il s’agit de politique et de contrôle.

Les conséquences de suivre les ordres actuels du premier ministre Trudeau sont plus grandes que les conséquences de ses menaces. Nous avons conclu cela les uns pour les autres, pas pour nos politiciens. Nous avons fait ce que nous pensions devoir faire, et maintenant nous devons dire :

« C’est assez loin, pas plus ! »

Source

Pfff, avec les « vaccin » et «vacciné » en pagaille dans le texte, les bots de Gogol vont me démolir :-(
En suivant, si vous ne l'avez pas lue, la lettre du professeur Rancourt aux non-injectés
Mes vidéos sur :

(Alternatives à YouTube)

https://www.brighteon.com/channels/margueriterothe

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation)

https://rumble.com/user/MargueriteRothe

Suivez-moi sur le réseau GAB 🐸

(Alternative à Twitter)

https://gab.com/MargueriteRothe

Publié dans Non classé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :