Australie | Nouvelles du front avec un article de Jeremy Salt, et une vidéo de Max Igan [VOSTFR]

Publié le par Marguerite Rothe

« Le Premier ministre de l'État australien de Victoria, Daniel Andrews, [NDT : après ses déclarations fracassantes du  mois de septembre, le gars enfonce le clou ; voir ma vidéo de 2 minutes, et lire mon commentaire à ce sujet ici] vient de déposer au Parlement une législation qui est probablement la plus monstrueuse jamais introduite dans un pays qui se dit démocratique. En gros, elle donne à Andrews le pouvoir de faire ce qu'il veut et quand il le veut. Il a transformé l'État de Victoria en un État policier depuis un an et demi, mais derrière son visage insipide et ses manières sérieuses, la législation fait ouvertement de lui un psychopathe totalitaire.

Voici quelques-uns des points saillants du projet de loi 2021 modifiant la loi sur la santé publique et le bien-être (gestion des pandémies). Lisez la suite et soyez étonné que cela puisse se passer en Australie, le pays heureux et décontracté des plages, du soleil, de la bière et des crevettes au bar...

La législation permet à Andrews de déclarer une pandémie même s'il n'y en a pas. Il lui suffit de penser qu'il pourrait y en avoir une. Cette combinaison aux antipodes [NDT : de la démocratie] de commissaire et de gauleiter prend le contrôle à titre individuel complet de l'État et de ses habitants. Il peut fermer certaines parties de l'État ou l'État tout entier, et empêcher les gens d'y entrer ou d'en sortir tout ou en partie. Il peut prolonger les fermetures sans limite.

L'application de la loi sera entre les mains de la police et des "agents autorisés". Pour ceux qui ne font pas ce qu'on leur dit, il y aura de lourdes amendes, jusqu'à 90 000 dollars pour les particuliers [NDT : ce qui correspond à 57 312,71 Euros !] et 450 000 dollars pour les entreprises. Les personnes peuvent être détenues pendant deux ans et devront payer le coût de leur propre détention dans le camp d'internement Mickleham, qui est en construction dans la banlieue de Melbourne.

La législation autorise la police à faire usage d'une "force raisonnable" pour aider un "officier autorisé" lorsqu'il/elle les détient.

Le camp de Mickleham est capable d'accueillir des milliers de personnes. Les victimes probables de ce goulag australien seront la minorité qui a refusé la vaccination, soit sur la base de son droit humain de rejeter une intervention médicale dont elle ne veut pas, soit en raison des dangers connus pour la santé des vaccins proposés connus d'elle, mais occultés par les médias. Abusés par les politiciens et les commentateurs des médias, exclus de nombreuses activités normales de la vie quotidienne, ils ont déjà été transformés en parias sociaux dont ceux qui obéissent aux ordres sans poser de questions penseront sans doute qu'ils méritent d'être enfermés dans ce goulag australien.

La législation prévoit un système de points pour punir les mauvais comportements. Les particuliers et les propriétaires d'entreprises qui n'obéissent pas à un agent autorisé perdront des points, et encore plus de points si l'infraction est considérée comme aggravée. Ce qu'Andrews a fait ici, c'est glisser dans la législation le début d'un système de crédit social de contrôle total de la vie de l'individu par l'État.

Les personnes peuvent être détenues sur la base de leurs "caractéristiques, attributs et circonstances" tels qu'évalués par un agent autorisé. Cette clause extraordinaire n'a sûrement aucun lien avec une quelconque législation adoptée dans un pays qui se considère comme démocratique. Elle semble autoriser la détention de toute personne pour n'importe quelle raison.

Les personnes détenues peuvent être obligées de se soumettre à des tests médicaux et leur détention peut être prolongée si elles refusent de les accepter. Si elles ne peuvent pas payer le coût de leur détention, quelle qu'en soit la durée, elles se verront infliger une amende. Tous les ordres peuvent être étendus ou modifiés sans limite par Andrews ou son ministre de la santé. La police peut pénétrer dans les locaux sans mandat. Des informations peuvent être extraites des personnes détenues, pas seulement les noms et les adresses mais "toute autre information" qu'un agent autorisé pourrait vouloir. La manière de procéder si la personne détenue ne veut pas donner ces informations n'est pas expliquée. Les réunions publiques et privées peuvent être interdites et les entreprises fermées.

Daniel Andrews a passé les deux dernières années à transformer le Victoria en un État policier. Les dégâts qu'il a causés sont colossaux sur le plan économique, social et même médical. Des milliers d'entreprises ont été ruinées et l'État a été plongé dans la dette (de 29 milliards de dollars en 2019 à une estimation de 155 milliards de dollars en 2023/24). Les problèmes de santé mentale ont grimpé en flèche en raison de près de deux ans de confinement, et de nombreuses personnes ont été empêchées de recevoir le traitement médical dont elles avaient besoin en raison de la focalisation sur le virus. En 2020, plus de 650 personnes sont mortes dans des maisons de retraite. Des enquêtes officielles ont pointé du doigt les gouvernements fédéral et d'État ainsi que la direction des maisons de retraite pour négligence et/ou mauvaise gestion. Sur les 915 personnes décédées du virus entre janvier 2020 et juillet 2021, 820 se trouvaient à Victoria.

Le bilan est choquant et pourtant, grâce à la complicité des médias et à l'ignorance ou l'indifférence d'une population paniquée/terrorisée, Andrews n'a jamais eu à rendre des comptes. Le diffuseur national, l'ABC (Australian Broadcasting Commission) et le journal de Melhourne, l'"Age", sont particulièrement coupables, Ils ont mené la campagne de propagande d'Andrews pour lui, en supprimant toutes les informations qui vont à l'encontre de l'"hésitation vaccinale", des déficiences du test PCR aux dizaines de milliers de décès post-vaccination en Europe, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Des centaines de personnes sont déjà mortes en Australie, mais cela ne fait pas l'objet de discussions. Pas plus que l'efficacité limitée des vaccins.

L'année dernière, la rédactrice en chef de l'"Age", Gay Alcorn, est allée jusqu'à supprimer 12 dessins humoristiques de Michael Leunig, officiellement désigné comme un "trésor national vivant" pour son art et ses dessins pour l'"Age" depuis un demi-siècle. Elle a poursuivi la suppression de ses caricatures en le retirant complètement des pages d'actualité. Leunig a été une voix dissidente solitaire au milieu d'un torrent de propagande gouvernementale, mais même lui a dû être réduit au silence. L'une de ses caricatures supprimées les plus frappantes est un jeu sur le manifestant solitaire face au char d'assaut sur la place Tian'anmen. Leunig transforme le canon du fusil en une seringue dirigée vers l'un de ses personnages typiquement déconcertés. Les lecteurs de "Age" ont été indignés et ont soutenu la censure [?], mais cette législation montre que l'instinct de Leunig était à 100 % juste.

Cette législation pandémique permanente met maintenant en lambeaux ce qui reste des droits de l'homme dans l'État de Victoria. Le responsable du Conseil du barreau de Victoria l'a comparée aux lois appliquées par le service de sécurité de l'État dans l'ancienne Allemagne de l'Est, la STASI. Il a déclaré qu'elle permettait une ingérence pratiquement illimitée dans les libertés civiles des habitants de l'État de Victoria, sans même qu'il y ait eu de consultation. Il n'y a pas eu de débat public, car rien n'était connu de la législation en dehors du gouvernement jusqu'à la veille de l'introduction de ce document de 121 pages au Parlement.

Les clowns se soutiennent entre eux

La loi est maintenant effectivement ce que Andrews dit qu'elle est. Les barrières pour l'arrêter sont très minces. Il dispose d'une majorité au Parlement et d'une faible opposition. Même les Verts et le Parti pour le bien-être animal ont soutenu cette législation, sans doute après avoir conclu une sorte d'accord avec Andrews.

Le gouvernement fédéral pourrait éventuellement annuler la législation pour un certain nombre de raisons, mais son silence indique non seulement qu'il n'interviendra pas, mais aussi que Victoria est peut-être en train de servir de matrice à ce qui va se passer dans tout le pays et ailleurs pour réaliser la "grande réinitialisation" dystopique.

Grâce à Scott Morrison, le Premier ministre, l'Australie est fermée au monde depuis près de deux ans. Ses citoyens n'ont pas pu revenir et ils ont dû demander une exemption pour partir. Peu d'exemptions sont accordées. Leurs droits en vertu du droit international ont été complètement violés. Les dizaines de milliers de ressortissants australiens bloqués dans d'autres pays n'ont pas accès aux services publics et les gouvernements fédéral et des États ainsi que les médias sont indifférents à leur sort.

Les frontières des États restent fermées. Des milliers de personnes âgées de l'État de Victoria, qui avaient voyagé vers le nord pour échapper à l'hiver, sont restées bloquées en Nouvelle-Galles du Sud pendant trois mois parce qu'Andrews a fermé la frontière en juillet avant qu'elles puissent l'atteindre. Comment ils ont survécu dans leurs caravanes ou leurs hôtels, c'était leur problème. Andrews s'en fichait et les médias également.

Les députés qui ont refusé de se faire vacciner ne peuvent pas entrer dans le bâtiment du parlement de l'État de Victoria, ce qui a permis à Andrews de déjouer de justesse une tentative de mettre en place une enquête sur sa mauvaise gestion de la pandémie. Sur le front national, la présidente adjointe [NDT : Lyndall Dean] de la Fair Work Comnission a été suspendue de ses fonctions après avoir émis une opinion dissidente dans laquelle elle décrivait la vaccination obligatoire comme une violation de l'éthique médicale et du droit international. Il lui a été ordonné de suivre une "formation professionnelle", une rééducation en d'autres termes, afin qu'elle ne répète pas son erreur. La vaccination obligatoire/coercitive viole également l'éthique de l'AMA (Australian Medical Association), mais celle-ci a refusé de prendre publiquement position.

Nous sommes en Australie en 2021, pas en Allemagne en 1935/1936. Tout comme les Allemands de la classe moyenne, la majorité des Victoriens pourront jouir de la même vie confortable qu'avant, à condition de faire ce qu'on leur dit, de croire ce qu'on leur dit, et de détourner le regard lorsque la police s'introduira dans les maisons et que les camps d'internement se rempliront. Il faut espérer que le jour viendra où Andrews et la cabale qui le soutient, comme tous ceux qui ont dans la vie publique trompé et trahi le peuple victorien, à commencer par Daniel Andrews, seront tenus responsables, de préférence devant un tribunal pénal. » Jeremy Salt.  (Traduction DeepL)

Source

Post-démocratie [VOSTFR]

 

L'Australie et la Nouvelle-Zélande font penser à deux laboratoires d'expérimentations sociale. On ne peut s'empêcher de penser aux Heures les plus Sombres du 20e siècle... Le pire est désormais possible. M.R.
Le site de Max Igan : ici

Mes vidéos sur :

(Alternatives à YouTube)

Je ne publie pas ici toutes les vidéos que je relaye sur Odysee ; n'hésitez à vous abonner sur mes chaînes Odysee si vous êtes intéressés

 

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation) Infos

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRotheCiné:4 (invitation) Docs

https://www.brighteon.com/channels/margueriterothe

https://rumble.com/user/MargueriteRothe

Suivez-moi sur le réseau GAB 🐸

(Alternative à Twitter)

https://gab.com/MargueriteRothe