Les vaccins sabotent le système immunitaire • Le zona peut apporter des réponses.

Publié le 22 Décembre 2021

« L'histoire suggère que l'affection connue sous le nom de zona pourrait bien représenter une réaction de désintoxication à la vaccination. 

Bien avant l’arrivée des injections expérimentales contre la COVID – que, ne l’oublions pas, les dirigeants des entreprises pharmaceutiques ne qualifient pas de « vaccins » mais de « thérapie cellulaire et génique » – les notices des vaccins homologués racontaient au public une histoire inquiétante.

La documentation de 400 types différents d’effets indésirables affectant pratiquement tous les organes et systèmes corporels, accessibles à quiconque est prêt à cliquer sur des liens du site de la Food and Drug Administration des États-Unis, ont offert des indices « cachés à la vue de tous » des innombrables façons dont la vaccination crée une intervention agressive du système immunitaire qui peut causer des réponses immunitaires bien réglées à se dérégler.

Ces notices, aussi accablantes qu’elles soient, viennent d’être éclipsées par des données internes choquantes de Pfizer, rendues publiques par une demande au titre de la loi sur la liberté d’information (FOIA).

L’inventaire confidentiel des réactions de l’entreprise, qui n’était «jamais censé voir la lumière du jour », montre qu’au cours des 90 premiers jours de l’utilisation d’urgence de l’injection (jusqu’au 28 février 2021), Pfizer a enregistré plus de 158 000 effets indésirables différents – dont 1 223 décès – répartis dans 42 086 rapports de cas,

Si les caillots sanguins et les problèmes cardiaques consécutifs à la vaccination contre la COVID ont probablement attiré le plus l’attention, le tableau des effets indésirables de Pfizer, qui présente 27 « classes de systèmes d’organes » différents, révèle des problèmes très variés, dont beaucoup mettent en évidence une « reprogrammation » inquiétante des réponses immunitaires des patients.

Zona post-vaccination

Parmi les dysfonctionnements immunitaires considérés par Pfizer comme « d’intérêt particulier » (listés dans la catégorie « autres »), on compte 281 événements liés à l’herpès zoster (plus connu sous le nom de zona), avec un début médian d’un jour après la vaccination contre la COVID.

Le zona est une affection douloureuse caractérisée par une éruption cutanée, des cloques, des douleurs nerveuses brûlantes ou fulgurantes et diverses complications potentielles. Jusqu’à 20 % des épisodes de zona touchent les yeux, avec la possibilité d’une déficience visuelle permanente, y compris la cécité.

Les cas résumés par Pfizer jusqu’en février sont repris dans un nombre croissant de rapports de patients, de cliniciens et de publications qui décrivent le zona, y compris les complications oculaires, comme des « événements indésirables » après la vaccination contre la COVID – dont beaucoup sont des « premières fois dans la vie ».

La plupart sont apparus dans les jours ou les semaines suivant l’injection, et certains après une seule dose de vaccin.

Dans une discussion sur le zona et d’autres réactions cutanées aux injections, environ une réaction sur cinq a été qualifiée de grave ou de « très aiguë ».

Diverses mises à jour européennes estiment que le zona représente entre 1,3 % et 4,1 % du total des effets indésirables signalés pour les vaccins contre la COVID.

Une étude sur le vaccin de Pfizer, publiée en septembre dans le New England Journal of Medicine, qui a utilisé deux mesures différentes du risque et un ensemble de données portant sur plus de 2,4 millions d’Israéliens vaccinés, a confirmé que l’injection est associée à un risque excessif de zona – ainsi que la myocardite, anomalies des ganglions lymphatiques et appendicite (l’appendice est un «refuge » pour les cellules importantes du système immunitaire).

Dans l’ensemble, ces rapports rejettent la responsabilité non seulement sur les injections de Pfizer, mais aussi sur l’injection d’ARNm de Moderna et sur tous les autres grands vaccins contre la COVID utilisés dans le monde, notamment le Sinovac chinois, le Covaxin indien et les injections développées par Janssen/Johnson & Johnson et AstraZeneca.

« Pas directement » et « pas nécessairement » liés ?

Fidèles à la position du statu quo selon laquelle les effets indésirables tels que le zona ne sont que des «événements aléatoires », les médias emploient le langage habituel pour dire au public que les épidémies de zona signalées ne sont « pas directement » ou « pas nécessairement » liées aux injections contre la COVID.

Un médecin a déclaré : « J’ai vu beaucoup de cas de zona récemment, mais je ne l’ai pas vu personnellement associé au vaccin. »

Un autre médecin a déclaré : « Si des personnes n’ont pas reçu le vaccin contre le zona et qu’elles ont eu un zona après avoir reçu le vaccin contre la COVID, c’est une coïncidence », ajoutant avec désinvolture que « rien n’est sans risque ».

Un autre médecin encore a déclaré de façon détournée : « Ce n’est pas le vaccin qui a causé le zona – le vaccin n’était qu’un des nombreux déclencheurs qui auraient pu provoquer un épisode de zona.”

Des médias d’information comme le Pharmacy Times reconnaissent que « la causalité ne peut pas encore être prouvée » mais déclarent vertueusement que « la vigilance et la surveillance de la sécurité … sont justifiées ».

L’American Academy of Allergy, Asthma & Immunology (AAAAI) – qui collabore avec Harvard et d’autres universités à un outil de surveillance des vaccins appelé Vaccines and Medications in Pregnancy Surveillance System – devrait être intéressée par l’étude des signaux de sécurité potentiels.

Cependant, l’AAAAI a rejeté les préoccupations des patients concernant le zona et les vaccins contre la COVID. Dans un article intitulé « Ask the Expert » publié en avril, l’AAAAI affirme « qu’il n’y a pas d’association claire entre le vaccin [Pfizer] et le zona ».

De plus, l’AAAAI a approuvé la vaccination cotnre la COVID au premier trimestre malgré des études documentant des taux alarmants de perte de grossesse chez les femmes vaccinées au cours de cette période.

Toutes ces déclarations fallacieuses du type « il n’y a rien à voir » contredisent l’aveu de longue date de la communauté médicale selon lequel l’immunodépression augmente le risque de zona, et sa concession occasionnelle, à contrecœur, selon laquelle l’impact immunitaire des vaccins représente un déclencheur possible.

Frustrés, les consommateurs qui font une éruption de zona se demandent: « Est-ce que quelqu’un suit le nombre de personnes qui font un zona après avoir reçu le vaccin [COVID]? »

Certains des auteurs des récents rapports de cas sur les vaccins contre la COVID et le zona ont prudemment pris position. Des faits essentiels tels que l’apparition du zona non seulement chez les personnes immunodéprimées ayant reçu le vaccin contre la COVID, mais aussi chez des personnes en bonne santé, et le « court délai d’apparition après la vaccination », ont forcé certains à conclure que les vaccins induisent une « dysrégulation immunitaire », une « altération de l’immunité » ou une « immunomodulation » qui provoquent le zona.

Les indices de la vaccination contre la grippe

Avant la mise en place de COVID, les sites en ligne étaient inondés de témoignages de personnes ayant développé un zona quelques jours ou semaines après la vaccination contre la grippe.

Dans un cas, un homme a écrit qu’il avait consulté une demi-douzaine de professionnels de la santé qui ont tous affirmé que « le vaccin contre la grippe ne peut pas causer le zona ».

Après avoir indiqué qu’il avait développé sa « première et unique » poussée de zona « trois heures seulement après s’être fait vacciner contre la grippe », il a déclaré :

« J’ai arrêté de me faire vacciner contre la grippe. Je n’ai jamais eu de zona depuis. C’est une sacrée coïncidence… Il y a suffisamment d’argent investi pour convaincre les adultes plus âgés de se faire vacciner contre la grippe pour que l’industrie ait intérêt à écarter cette possibilité, ce à quoi je réponds : BS. »

De nombreux autres participants au même forum ont reconnu qu’ils ne croyaient pas à l’explication de la « coïncidence », notamment des personnes en très bonne santé (c’est-à-dire immunocompétentes) âgées de 20 à 30 ans qui ont signalé des cas « horribles » et « angoissants » de zona peu de temps après avoir été vaccinées contre la grippe.

Sur un autre forum, un modérateur a répondu comme suit aux plaintes volumineuses concernant les vaccins contre la grippe et le zona :

« Ce que nous savons de nos lecteurs est ceci : Il y a eu une corrélation pour chacun d’entre eux, et tous les [them] ont été informés qu’il n’y avait pas de corrélation. Il est très difficile pour de simples mortels de suggérer que la vaccination a des effets secondaires graves alors que nous sommes [led] à croire le contraire par les médecins et Big Pharma ».

Les indices de la vaccination contre la varicelle et le zona

En 1995, la FDA a approuvé et les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont ajouté un vaccin contre la varicelle, le Varivax, au calendrier des vaccinations pour les enfants de 12 à 15 mois, en insistant sur les risques d’une maladie infantile largement banale qui, à l’époque, était une expérience quasi universelle.

Après l’introduction du Varivax, les cas de zona sont montés en flèche chez les adultes et certains enfants. Parfois, les enfants qui ont reçu le vaccin ont quand même développé la varicelle, souvent un cas plus grave à un âge plus avancé.

Les notices de Merck pour Varivax et son vaccin contre la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle, ProQuad, mentionnent clairement le zona comme un effet indésirable, tout comme plusieurs vaccins contre l’hépatite et le vaccin antiméningococcique Menactra.

Dix ans après l’introduction du vaccin contre la varicelle, loin d’admettre l’existence de problèmes, les CDC ont invoqué la diminution de l’immunité induite par le vaccin pour justifier l’ajout d’un rappel de la varicelle au calendrier des vaccinations pour les enfants.

L’agence a également commencé à recommander le vaccin Zostavax de Merck pour « compenser » l’augmentation de l’incidence du zona chez les adultes.

Merck a retiré le Zostavax du marché à la fin de l’année 2020 et fait l’objet de poursuites judiciaires pour des blessures causées par le vaccin, allant « de contractant un zona à la suite du vaccin, à des blessures graves telles que la cécité d’un œil, des personnes souffrant de paralysie grave des extrémités, des lésions cérébrales, jusqu’à la mort. »

Lorsqu’un dénonciateur des CDC a tenté de publier des données documentant l’augmentation de l’incidence du zona et d’autres retombées indésirables de la vaccination contre la varicelle, le personnel des CDC a cherché à enterrer les résultats, notamment en prenant des mesures « contribuant à l’obscurcissement et à la malfaisance ».

Les indices de l’histoire

Au début du 20e siècle, les scientifiques ont élaboré l’hypothèse, toujours non prouvée, que le zona est lié à la varicelle et qu’ils ont une origine virale commune.

Le Dr Sam Bailey, de la Nouvelle-Zélande, a toutefois expliqué, dans une vidéo datant d’août 2021, que le « virus » en question (virus de la varicelle et du zona) est un artefact issu d’expériences de culture cellulaire plutôt que de techniques appropriées d’isolement du virus.

M. Bailey a également souligné que, comme dans le cas du SRAS-CoV-2, le diagnostic d’une « infection virale » de la varicelle ou du zona repose sur des tests PCR non fiables qui n’ont jamais été conçus à cette fin.

Un dénonciateur britannique de premier plan a publié une critique cinglante de la « virologied’un scientisme vaudou » qui est compatible avec les remarques de M. Bailey, affirmant que la méthodologie utilisée par les virologues pour prétendre que « l’isolement … n’offre aucun lien confirmable avec le monde matériel ou physique » et que « la perversion du mot « isolement » est délirante, malhonnête et très trompeuse ».

Si un virus n’est pas responsable du zona, qu’est-ce qui l’est ? L’histoire suggère que l’affection connue sous le nom de zona pourrait bien représenter une réaction de désintoxication à la vaccination.

Dans les annales de la médecine, on attribue à William Heberden, scientifique anglais du 18e siècle, la découverte du zona (ou varicelle). À une époque où les médecins étaient friands de développer des « classifications élaborées » dans lesquelles ils pouvaient faire entrer diverses affections cutanées, Heberden a mis en évidence une affection caractérisée par des boutons, en faisant valoir qu’elle était distincte de la variole.

Coïncidence ou non, cela s’est produit un demi-siècle après les débuts à Londres, en 1721, de la pratique de la « variolisation » de la variole, qui a ouvert la voie à la « vaccination ».

À l’époque, la variole était au centre des préoccupations. La procédure de variolisation impliquait l’introduction sous-cutanée chez une personne saine de « matière fraîche prélevée sur une pustule mûre d’une personne ayant souffert de la variole ».

Au début de l’année, des dermatologues espagnols ont écrit dans l’International Journal of Dermatology qu’ils considéraient la variolisation comme « la base du développement des vaccins » et que « certains enseignements tirés de l’époque pré-vaccinale peuvent être pris en compte pour les défis actuels ».

Cependant, ni le croisé des vaccins du 18e siècle, Edward Jenner, ni les auteurs ultérieurs n’ont jamais beaucoup parlé des leçons négatives, notamment des maladies et des décès qui ont suivi chez de nombreuses personnes ayant reçu la variolisation/vaccination.

En gardant à l’esprit le rappel de M. Bailey que « les épidémies ne nécessitent pas d’agent infectieux car les individus concernés sont souvent exposés aux mêmes conditions environnementales », il semble raisonnable de se demander si la nouvelle affection cutanée identifiée par Heberden – et les réactions observées après les vaccins contre la COVID, grippe, varicelle et autres de notre époque – sont en fait la réponse du corps à la vaccination.

Qu’est-ce que le « zona » cache d’autre ?

Le groupe Doctors for COVID Ethics rappelle que les lymphocytes (un type de globules blancs) sont les « sentinelles à vie du système immunitaire » et contribuent à maîtriser les infections et les tumeurs.

Les auteurs d’un rapport de cas récent sur le zona induit par le vaccin contre la COVID ont observé que les injections provoquent une « lymphocytopénie transitoire » (un nombre anormalement bas de lymphocytes) – avec une « diminution dose-dépendante des lymphocytes dans les premiers jours suivant l’injection » – et que cela pourrait être un mécanisme déclenchant le zona.

Le fait que chaque personne déclarant des lésions liées au vaccin contre la COVID tend à décrire de multiples événements indésirables suggère que le zona pourrait représenter la partie émergée d’un iceberg beaucoup plus important.

Par exemple, les auteurs de la grande étude israélienne documentant une augmentation de l’incidence du zona après la vaccination contre la COVID ont noté que le zona est « l’une des causes potentielles de paralysie du nerf facial », un événement indésirable indépendamment mis en évidence comme un signal de sécurité.

En août, la journaliste Sharyl Attkisson a rapporté que la paralysie faciale (y compris la paralysie de Bell, la faiblesse faciale et les « secousses musculaires ») était l’un des effets indésirables les plus courants signalés à ce jour pour les injections contre la COVID, et qu’elle était devenue l’objet « d’enquêtes, d’avertissements ou de préoccupations déclarées par les responsables de la santé publique ».

Le Dr Ryan Cole, pathologiste, a observé une « recrudescence » d’affections telles que le zona et la mononucléose (« mono ») chez les personnes vaccinées contre la COVID. Des patients décrivent également des cas de mononucléose déclenchée par les injections – et les complications de la mononucléose comprennent la paralysie de Bell et d’autres paralysies.

M. Cole a déclaré :

« Nous affaiblissons littéralement le système immunitaire de ces personnes. » [NDLR : vidéo VOSTFR]

Si les experts peuvent continuer à débattre des mécanismes des lésions et des nouvelles toxines et technologies les plus responsables, les données internes de Pfizer et d’autres bases de données mondiales ne permettent pas de nier un fait essentiel : un volume et une variété stupéfiants de lésions se produisent.

Comme l’a conclu la journaliste Celia Farber après avoir examiné les révélations de « sang-froid » de Pfizer, « toute personne qui vous dit que ces « vaccins » sont sûrs se situe quelque part entre l’hypnose, la malhonnêteté et la malveillance. » par The Defender (version française)

Source texte en français mais liens hypertexte en anglais.

L’inventaire confidentiel des réactions de l’entreprise, qui n’était « jamais censé voir la lumière du jour », montre qu’au cours des 90 premiers jours de l’utilisation d’urgence de l’injection (jusqu’au 28 février 2021), Pfizer a enregistré plus de 158 000 effets indésirables différents – dont 1 223 décès – répartis dans 42 086 rapports de cas. Sans commentaires...

Page après page après page après page après page de types d'événements indésirables. Chaque type d'événement est exprimé en langage médical, le langage des morts. Les partisans de ce jargon technique parlent, pour ainsi dire, d'outre-tombe. Ce sont des zombies super-éduqués qui ont subi un lavage de cerveau. C'est comme s'ils listaient et comptaient des abstractions dans un jeu de société académique.

https://blog.nomorefakenews.com/2021/12/07/pfizer-smoking-gun-secret-document-their-deadly-covid-vaccine/

Mes vidéos sur :

(Alternatives à YouTube)

Je ne publie pas ici toutes les vidéos que je relaie ; n'hésitez pas à vous abonner sur l'une de mes chaînes, si vous êtes intéressés

https://www.brighteon.com/channels/margueriterothe

https://rumble.com/user/MargueriteRothe

Suivez-moi sur le réseau GAB 🐸

(Alternative à Twitter)

https://gab.com/MargueriteRothe

Rédigé par Marguerite Rothe

Publié dans #Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :