CSI | Réunion publique n°39 du Conseil Scientifique Indépendant du 20/01/2022, avec : Laurent Mucchielli, Louis Fouché, Jean-Dominique Michel

Publié le 1 Février 2022

Réunion publique n°39 du Conseil Scientifique Indépendant du 20/01/2022
Intervenants

 

  • Jean Dominique MICHEL (Anthropologue de la médecine)
  • Laurent MUCCHIELLI (Sociologue, Directeur de recherche au CNRS)
  • Dr Louis FOUCHÉ (Médecin anesthésiste réanimateur en disponibilité)
  • Hélène BANOUN (Pharmacienne biologiste, ancienne chargée de recherche à l’INSERM)
  • Dr Olivier SOULIER (médecin généraliste en disponibilité)
  • Vincent PAVAN (Enseignant chercheur en mathématique, Réinfoliberté)

 

Code temporel de l'intervention (remarquable !) du Dr Louis Fouché

 

— 1h11min38s : Hypnose et fabrique du consentement

« Pour comprendre la situation on pourra se référer à plusieurs auteurs reconnus : S. ASCH (La pression de conformité), S.MILGRAM (la soumission à l’autorité), A. BILHERAN (Le déferlement totalitaire), M. DESMETT (les conditions de la « formation de masse »), R. GIRARD (Le désir mimétique, la violence et le sacrifice) et enfin M. ERICKSON (L’hypnose). Toutes ces recherches s’articulent autour d’un besoin fondamental de l’être humain : la nécessité vitale de se mettre en résonance avec l’autre. (cf à 1H29’ l’expérience de synchronisation de métronomes, les spectacles de danses synchronisées, les bancs de poissons ou nuées d’oiseaux).

— 1h 18min : l’humain oscille entre l’état de conscience ordinaire (attention large liés aux sens externes, causalité et rationalité, esprit critique) et des états modifiés de conscience (EMC), rapport au temps différents, souvenirs exacerbés, attention focalisée, grande subjectivité, suspension de la rationalité. Le praticien de l’hypnose, cherche les conditions du passage vers un état modifié, positif quand il poursuit un but thérapeutique (aider, protéger, soigner), négatif en cas de manipulation perverse (soumettre et contrôler).

— 1h26min : Provoquer une saturation de la perception par un excès d’informations, un état émotionnel intense, une confusion amenant aux différents niveaux d’EMC : communication thérapeutique (relaxation), hypnose conversationnelle (focalisation de l’intérêt), hypnose formelle (transe et dissociation)

— 1h32min : Pour passer de la conscience critique à l’état de transe, il faut une première phase d’induction, tenant compte des canaux sensoriels privilégiés de la personne (Visuel, Auditif, Kinesthésique, Olfactif ou Gustatif), puis d’autres techniques dont le mirroring (miroir) (imitation du langage, de la posture, du rythme respiratoire), le saupoudrage refrain (répétition d’évènements, de mots, d’adverbes) afin de mettre le sujet en état de saturation de la conscience critique, de confusion, de distanciation, de dissociation et finalement d’inhibition pour abaisser les défenses et ainsi ouvrir la possibilité de suggestion hypnotique ; la transe est maintenue par la ratification.

Toutes ces techniques ont été employées pendant la crise : rendez-vous journalier des morts à la télé (refrain), tout le monde porte un masque inutile (miroir), on ne parle plus que du covid (saturation), mesures absurdes et changeantes (confusion).

L’hypnose peut être respectueuse, utilisée en anesthésie et en psychothérapie, ou malveillante et forcée, tout dépend de l’intention. Dans le cas de manipulation perverse, l’agression traumatique est l’outil déclencheur principal. Le sujet face à une situation totalement incongrue ne peut plus réagir normalement, (par exemple le 11 septembre). La narration covid au départ (les gens tombent en Chine, un virus mortel envahit le monde) a provoqué un état de choc traumatique, amplifié et ratifié par un ensemble d’évidences imposées par la technique du yes-set, (ou technique des petits pas, plus vous acceptez de dire oui et d’avancer dans une direction, plus il est difficile de dire non et faire marche arrière). Connaître ces techniques, les repérer dans le discours médiatique permet de résister à l’hypnose de masse et en sortir.

En conclusion cette hypnose a créé majoritairement un phénomène de masse, mais qu’en sera-t-il pour soumettre ceux et celles qui y ont résisté ? La violence sans masque ? La question est quelle est l’intention derrière ? »

Le détail de la synthèse nº 39 de la réunion du CSI du 20 janvier 2002 est : ici

Site RéinfoCovid

Mes commentaires

 

J'ai beaucoup apprécié l'intervention de Laurent Mucchielli. Avec deux petites remarques cependant : soit il ne voulait pas mettre à mal la réputation du CSI en écartant rapidement la notion du génocide planétaire, qui est effectivement en train de se produire sous nos yeux, soit il est dans le déni. De plus, je n'ai pas trouvé sérieux qu'il mette en avant le livre de Lionel Astruc L'art de la fausse générosité ; une entourloupe intellectuelle, selon ma propre lecture. Que chacun fasse ses recherches sur M. Astruc : savoir qui parle de lui, qui le relaie, qui le publie, et quelles plateformes ne le censurent pas. Y a du boulot. Ceci étant posé, Laurent Muchielli fait dans son intervention une très bonne synthèse du scandale politico-sanitaire mondial de l'incroyable arnaque covidesque. Pour ceux que cela intéresse, j'avais relayé à l'époque l'article où il mettait en évidence une mortalité inédite liée à la « VousSavezQuoi », et que Médiapart avait censuré.

En préambule, Louis Fouché fait bien de préciser que l'auteur de La fabrication du consentement a eu un comportement odieux pendant la crise du covid. Piqûre de rappel :

Noam Chomsky s’exprimait dans l’émission Primo Radical :

« L’intervieweur se pose la question pratique des personnes isolées à cause de la pandémie et de comment les nourrir : « Si les gens ne respectent pas la vaccination et sont isolés chez eux, est-ce qu’ils devront se faire livrer de la nourriture ? » La réponse lapidaire du philosophe : « Ces personnes doivent avoir la décence de se retirer de la communauté. Si elles refusent de le faire, alors des mesures doivent être prises pour protéger la communauté. En ce qui concerne la question pratique que vous posez “Comment pouvons-nous pour leur fournir de la nourriture ?” En fait, c’est leur problème. Bien sûr s’ils deviennent vraiment démunis, alors oui, nous devrons assurer leur survie comme on le fait avec les gens en prison. » Source

C'est une opinion tellement minable, que je vais m'abstenir de commenter. Et, contrairement à Louis Fouché, je ne lui accorde aucune excuse. 

En résumé : deux interventions comme on a l'occasion d'en voir peu. Il ne manque plus que tous fassent l'effort d'élargir leur conscience pour comprendre ce qu'il y a au-delà de toute cette foirade. Oui, il y a bel et bien une guerre, mais elle n'est pas essentiellement d'ordre politico-économique-sanitaire. Elle est également messianique. Évidemment, pour des peuples qui n'ont plus pour seule religion que le laïcisme, cette idée, ce point de vue est une aberration. Faire la lecture du livre Youssef Hindi sur le sujet est une initiative des plus éclairantes. Au reste, pourquoi un chef d'État parlerait-il de la « Bête » ? Je pose la question.

©Marguerite Rothe

Ci-dessous, quelques articles publiés sur mon blogue (ou ailleurs) plus ou moins en relation directe avec les sujets évoqués
René Girard
Série animée "Du désir à la violence", consacrée aux concepts clés du philosophe René Girard

Bibliographie de René Girard

 

Épisode à venir : La naissance des cultures

Trouvé ici

Mes vidéos sur :

(Alternatives à YouTube)

Je ne publie pas ici toutes les vidéos que je relaie ; n'hésitez pas à vous abonner sur l'une de mes chaînes, si vous êtes intéressés

https://www.brighteon.com/channels/margueriterothe

https://rumble.com/user/MargueriteRothe

Suivez-moi sur le réseau GAB 🐸

(Alternative à Twitter)

https://gab.com/MargueriteRothe

Rédigé par Marguerite Rothe

Publié dans #Non classé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :