[VF] Intervention du Dr Mike Yeadon au tribunal de l'opinion publique du GJ (4e jour)

Publié le 28 Mars 2022

 [VF]

 

On ne peut pas le dire plus clairement : les populations de la planète sont confrontées à un complot contre leur intégrité physique, qui peut aller jusqu'à la mort. Oui, un complot. Reste à déterminer (même si on s'en doute) pourquoi ils font ça. 

Ci-après, je vous relaie une longue citation issue du témoignage fait par le Dr Mike Yeadon devant le Grand Jury, lors du quatrième jour. Il apporte un éclairage nouveau quant aux raisons qu'il y aurait pour que des flacons, d'un pays à l'autre, d'une région à l'autre, et même d'un fabricant à l'autre, soient si différents. Les lieux et la toxicité des lots déployés avaient déjà été évoqués dans cet article :

 

NB : les mises en gras sont de mon fait.

« Pour en revenir à la fabrication, la collègue précédente a donné un bon compte rendu en expliquant que, lorsque ce vaccin passe par le développement, il est nécessaire de démontrer que vous pouvez fabriquer le produit de manière cohérente, de sorte qu’il est caractérisé. Ce qui se trouve dans le flacon est ce que vous dites être dans le flacon. Les essais cliniques ont été réalisés avec des quantités relativement faibles de matériel parce qu’ils ont été réalisés sur quelques dizaines de milliers de personnes au maximum.

Mais quand vous passez à la production, au lieu d’être quelques dizaines de milliers, au total, ça va être de l’ordre d’un milliard de doses. Ce que cela implique pour les gens qui ne le savent pas, c’est que vous ne pouvez pas utiliser le même processus pour la fabrication du matériel clinique. Vous ne pouvez pas, vous ne pouvez pas le mettre à la même échelle.

Donc vous devez recommencer et faire un processus à l’échelle industrielle. Lorsque vous faites cela, les étapes nécessaires pour caractériser ce que vous avez fait, c’est-à-dire la substance médicamenteuse, le matériel génétique. Ce qui a été formulé, ce qu’on appelle alors le produit pharmaceutique, ces deux étapes, substance médicamenteuse et produit médicamenteux, requièrent environ la moitié de l’ensemble de la main-d’œuvre d’une organisation de recherche et développement telle que Pfizer. J’ai travaillé là-bas. Environ la moitié des personnes sont impliquées dans la dernière étape de synthèse, de fabrication, de caractérisation, tout cela.

Et la raison pour laquelle ils ont 50% de leurs ressources là-bas, c’est que c’est très, très compliqué. Donc l’idée qu’ils ont fabriqué de l’ordre d’un milliard de doses et que tous ces processus ont été stabilisés, caractérisés, inspectés, approuvés par l’organisme de réglementation est pour les simples d’esprit. Ils n’ont pas fait ces choses, parce qu’il n’est pas possible de les faire en moins d’un petit nombre d’années, probablement au moins cinq ans.

Donc, ce qu’ils prétendent avoir fait de manière cohérente est impossible et le régulateur sait que c’était impossible. C’est clair pour les personnes qui ont lu les interactions réglementaires entre l’Agence européenne des médicaments et Pfizer (c’est celui que j’ai vu en fait parce que quelqu’un l’a divulgué) en novembre 2020.

Par exemple, les évaluateurs techniques de l’EMA à Amsterdam, avaient listé sept MO (objections majeures). Elles sont toutes liées à ce que je viens d’énumérer, ils n’avaient pas le contrôle des processus donnant lieu à un matériau cohérent et pur. Ils n’avaient pas le contrôle de ce qui lui arrivait entre la fabrication et la formulation, ces nanoparticules lipidiques que Sucharit a mentionnées.

Je peux voir sept objections majeures. Juste pour vous donner un exemple, quand j’étais chez Pfizer, si quelqu’un avait fouillé le département actuel de la société et avait trouvé une demande d’autorisation de mise sur le marché et que même une seule objection majeure avait été soulevée, des têtes seraient tombées, parce que cela signifiait qu’il n’y avait pas eu de dialogue avec un régulateur afin de comprendre ce qui était exigé par eux. Ils avaient donc sept objections listées en novembre 2020.

Puis, quelques semaines plus tard, en décembre de cette même année, ce produit vaccinal a reçu, quelle que soit son autorisation de mise sur le marché conditionnelle, une autorisation d’utilisation d’urgence. Je laisse donc les auditeurs décider par eux-mêmes, étant donné ce que je vous ai dit sur la complexité du processus.

Je suis en contact étroit avec des personnes qui ont fait des recherches, comme moi et qui ont passé toute leur vie dans ce secteur de l’industrie pharmaceutique.

Est-il possible que toutes ces objections majeures aient été résolues ? Non, c’est impossible.

Ce qu’ils ont sorti, déployé et injecté aux gens sont des matériaux qui changent d’un lot à l’autre, d’un flacon à l’autre, d’une seringue à l’autre. Ils n’ont aucune idée de ce que vous recevez réellement.

Je pense que c’est probablement l’un des principaux facteurs contribuant au large éventail de toxicité que l’on observe dans les bases de données, comme le VAERS aux États-Unis. Certains lots sont associés à 6 000 rapports d’événements indésirables, d’autres à une petite poignée, ce qui ne peut pas être dû à des différences de sensibilité, pas sur un million et demi de doses par lot. La moyenne devrait être à peu près la même. Pourtant, ils sont si différents qu’il doit y avoir une raison à ça. La raison est que ce n’est pas la même substance dans chacun des lots.

Je dirais donc que tout ça est criminel : la production, l’autorisation par l’agence européenne des médicaments et ensuite, par d’autres régulateurs mondiaux. Je pense que cela devrait faire l’objet d’une enquête, parce que je pense qu’il y a un niveau criminel de collusion et de fraude qui a amené à signer ces contrats jugés appropriés alors qu’il est absolument impossible qu’ils l’aient été. »

 

 

La vidéo est calée sur le début de l'intervention du Dr Mike Yeadon

Mes vidéos sur :

(Alternatives à YouTube)

Je ne publie pas ici toutes les vidéos que je relaie ; n'hésitez pas à vous abonner sur l'une de mes chaînes si vous êtes intéressés

https://rumble.com/user/MargueriteRothe

https://www.brighteon.com/channels/margueriterothe

https://www.bitchute.com/channel/t7d7dQcXI6q9/

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation)

Suivez-moi sur le réseau GAB 🐸

(Alternative à Twitter)

https://gab.com/MargueriteRothe

Rédigé par Marguerite Rothe

Publié dans #Le Droit & Les Lois

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :