Quand tu te rends compte qu'on t'a berné toute ta vie... Nazis d'hier, nazis d'aujourd'hui, l'idéologie a toujours cours

Publié le 5 Avril 2022

Walter Hallstein, à droite sur la photo • « Quand je vois un gros animal dans un champ, qu’il est blanc avec des taches brunes, qu’il a une grosse mamelle avec quatre trayons, qu’il a aussi deux petites cornes et qu’il fait « meuh », je me dis que c’est une vache et, quand je vois la photo de Walter Hallstein en uniforme avec deux comparses je me dis que c’est un nazi. » Jean Dugenêt.
 
Le saviez-vous ?

 

Le premier président de la Commission européenne, Walter Hallstein (en fonction du 7 janvier 1958 au 20 juin 1967), était un ancien nazi.

 

 

Comme nous le précise Jean Dugenêt, l'auteur de la conclusion de son article relayée ci-après, Hallstein n'était pas « encarté », mais d'autres preuves existent qui prouvent sans équivoque son allégeance au parti nazi :

« Cet article est plus long que je ne l’aurais voulu mais c’est le prix de la rigueur. J’ai voulu remettre à plat tout ce qui concerne le sujet. Cela m’a amené à faire de multiples digressions sur l’histoire du nazisme. »

— Il était membre d’une association d’enseignants où il était obligatoire d’être un nazi et d’être en plus présenté par deux nazis confirmés : le NSDDB.

— Il était membre de trois autres associations associées au NSDAP (NSV, NSLB, NSRB).

— Il était officier de la Wehrmacht. Bien qu’il ne soit pas formellement obligatoire pour cela d’être nazi, je ne connais pas de cas d’un officier qui n’aurait pas été nazi.

— Il était NSFO dans la Wehmacht. (officier instructeur en national socialisme). Là encore il était absolument impossible d’exercer cette fonction sans être un nazi particulièrement zélé.

— Au début de 1944 l’université de Francfort a classé Walter Hallstein dans une liste de quinze nazis particulièrement exemplaires ce qui lui a permis de devenir NSFO.

— Il avait été sélectionné par Hans Frank (criminel de guerre pendu après Nuremberg) comme l’un des 15 juristes les plus nazis pour participer à une conférence à Rome.

— Il été membre de l’académie du droit allemand fondée par Hans Frank en 1933.

— Il a été promu doyen de l’université de Rostock en 1936 à un moment où il fallait être un nazi exemplaire pour occuper cette fonction.

— Il a eu une deuxième promotion à Francfort en 1941 pour un autre poste où il fallait, là aussi, être un nazi exemplaire.

— Il faisait partie des 4300 personnes de l’élite sociale du Reich. Elles figurent dans le dictionnaire de Ernst Klee. Là aussi, hormis les ecclésiastiques, tous ceux qui figurent dans ce dictionnaire étaient des nazis. Je rappelle qu’il y a eu 11 millions de nazis. »

Source

 Manuscrit de Hallstein pour le discours de propagande nazie

à Rostock, 1939

 

 

Clic-image pour accéder à l'intégralité du texte (allemand)

« Résumé de ce discours dont la traduction a été retrouvée sur le blog de Lucien Pons. Il ne traite quasiment que du droit des États et avance entre autres les principes suivants :

  • Primauté de l’état Européen totalitaire (exécutif).
  • Pouvoir de proposition d’amendement des lois du pouvoir judiciaire (pas de jurisprudence).
  • Formation d’une « entité économique sous contrôle allemand ».
  • La loi comme le moyen éducatif et disciplinaire pour former un « Peuple [ …] essentiellement formé par des convictions et des valeurs communes ».
  • Une réflexion sur l’impossibilité d’imposer immédiatement les lois du Reich aux pays dominés.
  • Le processus juridique de la directive pour introduire dans les autres pays d’Europe les lois [nationales-socialistes].
  • Structuration administrative dans les pays conquis en entités de villes et de comtés. Les comtés constituent un mélange de circonscriptions administratives de l’État des corps auto-administrés dirigés par un directeur administratif.
  • Les entités régionales, qui seront également un mélange de circonscriptions administratives de l’État des corps auto-administrés. Ils seront dirigés par des gouverneurs.

Walter Hallstein précise au début du dernier chapitre de son discours que :

« la structure de l’organisation administrative de l’Autriche et du territoire des Sudètes, qui est actuellement en train d’être formée, servira de modèle pour la future administration du Reich européen tout entier ».

Source

La CIA, les crypto-nazis, et la banque apatride ont tous quelque chose à voir dans la course au « Nouvel Ordre mondial » ; l'appropriation des terres d'Europe faisant partie de la stratégie de domination

 

 

« Alors que le règne des Nazis avait pris fin en 1945, le règne de leurs complices, le Cartel IG Farben et ses successeurs, BAYER, BASF, et HOECHST, venait seulement de commencer. Dans le cadre stratégique de leur projet visant à lancer la troisième tentative pour conquérir l'Europe, ils placèrent une décennie à peine après que leur tentative précédente eut échoué un des leurs à la tête du nouveau politburo du Cartel, à Bruxelles: Walter Hallstein.

Walter Hallstein

Ce chapitre documente le fait que la construction fondamentalement non-démocratique de l'Union Européenne de Bruxelles n'est pas une coïncidence. Hallstein, un éminent juriste nazi et expert des affaires d'IG Farben avait été choisi par ces intérêts industriels afin de devenir le premier président de la Commission de l'Union Européenne, tout en ayant une mission spécifique : modeler l'Union Européenne de Bruxelles d'après les plans originels de la coalition des Nazis et d'IG Farben afin de régner sur l'Europe via un « Bureau Central du Cartel ». L’objectif des intérêts pétroliers et de l’industrie des médicaments, aussi bien alors qu’aujourd’hui, était la création d’un : ‘Bureau Européen du Cartel’ [c’est-à-dire, l’Union Européenne de Bruxelles’] avec une junte de bureaucrates non élus du cartel [c’est-à-dire, la ‘Commission Européenne’] pour

régner sur les populations Européennes au nom des intérêts mondiaux de l’industrie, à savoir, le cartel de l’industrie des produits chimiques, pétrolière et pharmaceutique. »

Bureau européen du Cartel = Union européenne

Junte de bureaucrates = Commission européenne

Les nazis d'aujourd'hui sont les Bill Gates, Klaus Schwab, U. von der Leyen, la famille Quandt, etc., et qui ont des liens plus ou moins étendus avec les nazis d'autrefois. Si le sujet vous intéresse, vous pouvez également vous reporter à l'article de Makia Freeman que j'ai traduit et relayé au mois de janvier dernier.

Extrait du PDF joint ci-dessous

Transcription ici

Consulter avec la fonction « plein écran »

Si vous voulez télécharger le livre dans son intégralité au format PDF, il faut vous inscrire sur le site.

https://www.yumpu.com/fr/document/view/36903920/les-racines-nazies-de-lunion-europeenne-de-bruxelles

Pour celles et ceux qui aimeraient creuser le sujet, je relaie ci-dessous deux longs articles, très développés, publiés sur des blogues du Club Médiapart.

Mes vidéos sur :

(Alternatives à YouTube)

Je ne publie pas ici toutes les vidéos que je relaie ; n'hésitez pas à vous abonner sur l'une de mes chaînes si vous êtes intéressés

https://rumble.com/user/MargueriteRothe

https://www.brighteon.com/channels/margueriterothe

https://www.bitchute.com/channel/t7d7dQcXI6q9/

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation)

Suivez-moi sur le réseau GAB 🐸

(Alternative à Twitter)

https://gab.com/MargueriteRothe

Rédigé par Marguerite Rothe

Publié dans #Enquête

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :