Groomer gauchistes : Gardez vos fluides sexuels loin des enfants, par Brandon Smith

Publié le 4 Août 2022

À gauche, Desmond Napoles dans les bras de sa mère, et à droite, dans un spectacle, où il récolte des pourboires pour sa prestation

« Ce n’est pas toujours le cas, mais il arrive que des conflits sociaux surviennent dans lesquels un côté a entièrement raison et l’autre côté a complètement et totalement tort. Lorsqu’il s’agit du débat sur les « droits des trans » et l’exposition des enfants à l’idéologie trans, la gauche politique n’a aucune défense logique. Ils ont tort jusqu’à la folie pure, et comme la plupart des fous, ils choisissent de doubler et tripler leurs illusions de toute façon.

 

Ils le font parce qu’ils le doivent – Leur identité entière dépend de cette nouvelle religion, une religion construite autour du culte des perceptions personnelles ambiguës, du culte narcissique de soi et d’une obsession malsaine pour les fétiches sexuels.

L’objectif des gauchistes est de normaliser l’idéologie trans dans notre culture ; non seulement cela, mais de rendre cette idéologie sacro-sainte et protégée de toute critique rationnelle. Les conservateurs se sont longtemps battus contre cela pour un certain nombre de raisons, mais il y en a deux qui sont les plus importantes :

1) Le mouvement trans est construit sur un mensonge. Le sexe biologique est le seul identifiant scientifiquement prouvé des hommes et des femmes. La fluidité du genre, telle que les gauchistes la présentent, n’a AUCUNE base scientifique dans la réalité. Il n’existe aucune preuve de son existence, et encore moins de preuves suffisantes pour justifier l’idée que des lois doivent être introduites pour la défendre et que la censure doit être appliquée pour la sauver du « sectarisme ». C’est un fantasme, fabriqué par des scientifiques sexuels charlatans (comme le défenseur des pédophiles John Money) dont les objectifs vont bien au-delà de la simple observation du comportement.

La seule science légitime entourant l’identité de genre implique l’étude d’un état psychologique extrêmement rare appelé « dysphorie de genre », également connu sous le nom de trouble de l’identité de genre, une maladie mentale. Ces dernières années, le monde de la psychiatrie a tenté de s’éloigner du mot « trouble », non pas parce que l’étiquette est inexacte, mais parce que les gauchistes ont fait pression sur les scientifiques pour qu’ils abandonnent leur objectivité au nom de la bienséance politique.

2) La perpétuation de ce mensonge est motivée par l’idéologie et vise à bouleverser nos fondements culturels. Les liens entre les gauchistes d’aujourd’hui et les tactiques communistes/marxistes du passé sont nombreux, et la cible la plus importante de tout régime communiste ou collectiviste est la famille et spécifiquement la prochaine génération (les enfants).

Les gauchistes parlent parfois de « décolonisation du genre » dans le but étendu de démanteler la société occidentale et le capitalisme.

L’Union soviétique et la Stasi de l’Allemagne de l’Est étaient connues pour les mesures étendues qu’elles prenaient afin de perturber la cohésion familiale, d’amener les familles à se méfier les unes des autres et même d’enlever des enfants et des bébés. Dans l’État gauchiste, les enfants sont considérés comme la propriété du gouvernement. Les mouvements d’aujourd’hui ressemblent beaucoup aux mouvements de l’URSS, de la Chine et d’autres nations communistes qui ont précédé la prise de pouvoir autoritaire. Ils utilisent les mêmes méthodes pour créer une division de masse et saper les valeurs et principes traditionnels. Une fois que la société cible est dans le chaos, les gauchistes interviennent pour en prendre le contrôle et la reconstruire d’une manière qui leur soit la plus profitable.

De nombreux analystes ont déjà examiné en profondeur la question de « l’identité sexuelle » et en ont démystifié toutes les prémisses. Je ne suis pas ici pour débattre du manque de science derrière le mouvement trans, il y a des enjeux plus importants. Je dirai seulement qu’il est bizarre de constater combien d’argent et d’efforts sont consacrés à la promotion de l’idée que les transsexuels sont beaucoup plus nombreux qu’ils ne le sont réellement.

Les estimations statistiques concernant les personnes diagnostiquées comme souffrant d’un trouble de l’identité sexuelle vont de 0,005 % à 0,014 % d’une population donnée. Cependant, il est important de noter que de nombreuses personnes s’identifiant comme « trans » n’ont pas reçu de diagnostic de TIS. Environ 0,6 % de la population américaine se dit transsexuelle et ce chiffre est en augmentation ces dernières années.

Comment cela est-il possible ?

Il est important de réaliser que le mouvement trans est en fait un « mouvement ». En d’autres termes, il s’agit d’une minorité fabriquée ARTIFICIELLEMENT et motivée par des préoccupations politiques et un traitement spécial. C’est pourquoi nous appelons souvent ces personnes des « trans-Trender » ; beaucoup d’entre elles adhèrent parce qu’elles y voient une opportunité de gain personnel et la chance de faire partie d’un club qui leur donnera un sentiment d’acceptation et de succès sans aucun effort de leur part.

Il existe certainement des motivations individuelles pour devenir trans hors norme, mais les conditions sociales en Occident au cours des cinq dernières années sont le moteur évident de la tendance trans. Dans un monde où la théorie critique des races est prise au sérieux malgré ses nombreuses inexactitudes et où les préoccupations des LGBT ont été élevées au sommet du totem de l’oppression gauchiste, il est important de réaliser qu’être une victime est un gros business de nos jours.

L’obtention de ce statut vous permet d’être embauché pour de nombreux emplois malgré un manque de talent, un manque de mérite ou un manque de réussite antérieure. Il existe une infinité d’organisations à but non lucratif qui se consacrent à garantir « l’égalité des résultats » pour les minorités plutôt que l’égalité des chances. Enfin, en tant que minorité, il est devenu socialement acceptable de rejeter la responsabilité de tous vos échecs sur « le système » ou le « patriarcat » au lieu d’être obligé de prendre ses responsabilités.

Si vous ne faites pas partie d’une minorité facilement identifiable, vous n’êtes pas concerné. Vous pouvez toujours être un « bon allié », mais vous n’obtiendrez JAMAIS les cadeaux et les applaudissements que les autres obtiennent au sein des groupes gauchistes. Cela dit, il existe un moyen magique de profiter de la fête de la pitié – il suffit de dire que vous êtes trans.

La beauté de cette arnaque est que tout le monde peut le faire et qu’il est impossible de prouver une négation. Personne ne peut prouver de manière concluante que vous n’êtes « pas trans ». La négation impossible à prouver est l’un des plus vieux trucs de propagande du livre. Vous pouvez dire que votre identité de genre est dans votre tête et un produit de votre psychologie, et puisque personne ne peut entrer dans votre tête pour voir si vous mentez ou si vous êtes simplement fou, la société vous donne un laissez-passer pour participer aux Olympiades de l’oppression.

Ce que les gauchistes et le mouvement trans demandent, essentiellement, c’est que l’ensemble de notre société accepte l’idée que beaucoup plus de personnes souffrent de dysphorie de genre que ce qui est statistiquement possible ou prouvé. Et, que nous devons tous embrasser cette maladie mentale comme s’il s’agissait d’une minorité légitime qui nécessite des protections spéciales et une plus grande conformité publique. Nous devons changer nos comportements et notre culture pour les accommoder.

Voyez les choses ainsi : si un schizophrène proclame qu’il est Joe Biden, devons-nous le reconnaître et l’accepter comme un fait simplement parce qu’il « sent » que c’est vrai, puis lui donner un siège dans le bureau ovale ?

Ce n’est peut-être pas le meilleur exemple…

 

Si un schizophrène prétend être un hippocampe, un extraterrestre ou Napoléon, acceptons-nous ses sentiments comme des faits ? Non, de toute évidence, nous ne le faisons pas. Pourquoi pas ? Parce qu’il est destructeur pour la société d’embrasser la folie et de permettre aux fous d’occuper des postes où ils peuvent dicter nos normes culturelles. L’humanité a écarté les fous de la grande société depuis l’aube de l’histoire. Au minimum, nous avons essayé d’éviter de donner aux fous un accès à l’influence sur la tribu. Nous les envoyions parfois dans des huttes dans les bois et les appelions « hommes médecine », mais nous gardions généralement les enfants loin d’eux.

La société occidentale a été manipulée pour qu’elle abandonne ce principe vital de survie. Au lieu de cela, nous donnons aux personnes mentalement dérangées un immense pouvoir par crainte d’être traitées de « bigots ». En fait, nous leur donnons tellement de pouvoir qu’ils se sentent parfaitement à l’aise pour s’en prendre à nos enfants.

Pourriez-vous imaginer, il y a seulement dix ans, entendre des arguments en FAVEUR de l’exposition des enfants au transgendérisme au point qu’ils soient manipulés pour absorber des contenus sexualisés et participer à des spectacles de drag queens où ils remettent des dollars à des danseurs en bikini ? L’accélération de ce climat est sans précédent et l’objectif qui le sous-tend est crapuleux.

Les gauchistes « gaslightent » le public et affirment que ces événements ne se produisent pas ou ne sont pas de nature sexuelle, mais les preuves sont innombrables. Des textes scolaires trompeurs aux brochures et livres graphiques et sexuels, en passant par les parents et les écoles qui invitent des danseurs et des militants trans à influencer directement leurs enfants. Gardez à l’esprit que cela est souvent fait non seulement dans l’intention de normaliser le transgenre, mais aussi pour convaincre les enfants qu’ILS sont également transgenres et qu’ils doivent participer.

La fureur qui éclate chez les gauchistes lorsque ce comportement est révélé au public vous dit tout ce que vous devez savoir. S’ils croyaient vraiment qu’il n’y a rien de mal à cela, alors ils n’encourageraient pas activement les enseignants à le cacher, ils n’essaieraient pas de censurer les organisations qui l’exposent et ils n’attaqueraient pas les conservateurs qui le filment comme preuve.

Par exemple, le groupe Twitter Libs of TikTok a été bloqué à plusieurs reprises pour avoir simplement reposté des vidéos de gauchistes et avoir critiqué les spectacles de drag-queens pour enfants. De nombreuses personnes ont été expulsées de plateformes de médias sociaux pour avoir exprimé leurs préoccupations. Toute personne qui soutient que les enfants ne devraient pas être impliqués dans des activités sexualisées est ciblée pour être annulée.

La vraie question est de savoir ce qui se passe avec les gauchistes et leur obsession de cibler les enfants.

Tout ce qui concerne le mouvement trans et la plupart des éléments du mouvement LGBT est lié au sexe. Leur identité entière tourne autour des personnes avec lesquelles ils couchent et de la transformation de ces habitudes en activisme. Je ne pense pas que cela soit vraiment discutable ; il suffit de regarder n’importe quelle parade de fierté et toute l’affaire est centrée sur la sexualisation. Alors, pourquoi ressentir le besoin d’amener les enfants dans cet environnement alors qu’ils sont loin d’être assez matures pour le comprendre et qu’ils peuvent même en souffrir.

De nombreuses études ont montré que lorsque les enfants sont soumis à des environnements sexualisés, cela peut entraîner des comportements dangereux et destructeurs chez les jeunes adolescents. Cela peut également conduire à la dépression et aux tendances suicidaires.

Il s’agit bien de groomers et de prédation, mais il ne s’agit pas uniquement de pédophilie. Dans certains cas, c’est le cas, mais l’objectif le plus important ici est la préparation idéologique.

L’objectif est de perturber le développement normal des enfants et de les attirer dans le giron gauchiste en leur montrant qu’il est facile de se récompenser et d’être accepté en se conformant à une tendance que les gauchistes approuvent. Il peut s’agir de la théorie critique des races, du transexualisme, du transhumanisme ou de toute autre chose ; le but est de déconnecter les enfants de la réalité et de leur faire croire que la fantaisie et la perception sont identiques aux faits objectifs.

Une fois qu’un enfant a été endoctriné pour ignorer la logique et la raison, il ne peut plus revenir en arrière. Il sera désormais un enfant perpétuel avec des dépendances perpétuelles et des illusions perpétuelles. Ils seront brisés et incapables d’assumer des responsabilités d’adultes. En d’autres termes, les enfants sont préparés à devenir des esclaves politiques pour le reste de leur vie.

La racine de la propagande gauchiste dans son ensemble est cette idée que « la perception est la réalité ». Ils prétendent que ce que vous croyez est plus important que ce qui est réellement. Rien n’incarne mieux ce cauchemar que l’idéologie du genre. C’est pourquoi aucun compromis n’est possible et qu’aucun quartier ne peut être fait. Les gens sont libres de croire ce qu’ils veulent, mais cela ne signifie pas qu’ils méritent le respect, le pouvoir ou l’accès à la prochaine génération. Cet accès doit être supprimé de façon permanente.

Pour cela, nous devons cesser de nous préoccuper des accusations vides de « sectarisme », car le sectarisme englobe désormais presque tout, y compris la logique et la vérité. Ce mot est dénué de sens. Il faut agir au niveau local et au niveau de l’État pour éliminer l’idéologie trans et la fluidité du genre des écoles et de tous les autres lieux où des enfants sont régulièrement présents. Si cela nécessite la mise en place de lois, comme l’ont fait des États comme le Texas et la Floride, alors qu’il en soit ainsi. Il est triste que notre société en soit arrivée à un point où nous devons expliquer pourquoi il est mal de sexualiser les enfants, mais si nous voulons arrêter ce train de destruction culturelle, nous ne pouvons plus nous retenir. » Brandon Smith

Source


 

Mon grain de sel

 

Que se passe-t-il dans notre monde ? À-t-il perdu la raison ? Comment toutes ces ignominies sont-elles possibles ? Les antiques Romains se posaient-ils les mêmes questions ? Les contemporains de la république de Weimar étaient-ils effarés, eux aussi, par l'abjection qui se déversait à flots dans leur quotidien ?  Voilà ce qui m'interpelle.

Et si la dépravation des adultes finit par m'exaspérer, tant elle devient envahissante jour après jour, elle me met littéralement hors de moi quand je vois la charge menée contre les enfants.

Comment atteindre les innocents ? Simplement par le dévoiement de la culture. Celui-ci commence par les parents, puis poursuit son bonhomme de chemin jusqu'aux enfants – quand cela ne se fait pas simultanément ! Il suffit de parcourir le catalogue de la très réputée maison d'édition L'École des loisirs pour en avoir un aperçu : ici, ici, et ici

Deux auteurs, lus il y a quelques années avec plaisir, me sont récemment devenus illisibles. Je fais allusion aux deux Camilla Suédoises : Läckberg et Grebe. Ce qui avait encore de la tenue dans leur production il y a encore cinq ou six ans ressemble aujourd'hui à de la copie sur commande. Impossible de ne pas se rendre compte – et Dieu sait si je ne suis pas une fine analyste littéraire ! – que le wokisme a frappé. Un « homosexualisme », seul ou associé à un « réfugiérisme » dégoulinant meublent désormais avec outrance les pages des deux romancières. Petite déception pour Läckberg, mais très grosse pour Grebe. La seconde dépassant très largement l'autre en intelligence et en talent littéraire. Auteurs à succès, redevables vis-à-vis des mains qui les nourrissent, elles ont le devoir de participer à la diffusion du « bon esprit ». De la doxa. Ainsi, tout doucement, à travers le divertissement culturel, les populations s'habituent à ce qu'elles auraient violemment rejeté une décennie auparavant. La fenêtre d'Overtone n'est pas un fantasme, mais une réalité. Et dans plus que tout autre domaine, la culture est le relais majeur de la pensée destructrice.

L'homosexualité, qui n'est pas la norme dans les sociétés humaines, est en train de le devenir. La dysphorie de genre, qui est une rare maladie mentale, est elle aussi en train de faire son entrée dans la normalité. Et plus grave encore : c'est toute une génération de jeunes enfants manipulés qui se trouve ciblée. La conscience des populations est également « travaillée » depuis longtemps pour lui faire admettre comme normal, le fait que les enfants ont une sexualité équivalente à celle des adultes. C'est faux. Archi-archi-archi faux. J'invite mes abonnés à s'intéresser aux travaux de la clinicienne Ariane Bilheran, et plus précisément à son livre L'imposture des droits sexuels, ou la loi du pédophile au service du Nouvel Ordre mondial.

Le cas le plus emblématique est celui du petit Desmond Napoles, encouragé à s’exhiber alors qu'il n'avait que huit ans à la marche de la fierté de New York en 2015. Chose qu'il faisait avec beaucoup de conviction. Et n'allez pas imaginer que son cas est unique, ici, vous avez celui de Lactatia, huit ans, piloté par une mère dont ont est en droit de se demander si elle ne vit pas par procuration la vie dont elle rêve secrètement. Atroce. 

Le petit Desmond Napoles, manipulé dès sa plus tendre enfance.

Ce que les médias cachent soigneusement, c'est la face sombre de ces grandes questions sociétales. On apprend par l'intermédiaire de Yahoo!, que la famille de Desmond a été l'objet d'une enquête approfondie de l’Administration des services à l'enfance pour mise en danger d'un mineur pour avoir entraîné celui-ci dans un bar où se produisent des drag queens. Ce dont la mère se défend :

« L'endroit a un bar, mais le bar est dans une pièce entière séparée divisée par plusieurs portes. Desmond n'était autorisé que sur scène et dans sa loge privée. Il n'était même pas autorisé à s'approcher du bar, explique Wendy. Mais les médias conservateurs se sont emparés de cela et ils ont dit qu'il se déshabillait dans un bar gay pour des dollars pour les pédophiles. »

Elle le fait exprès, ou elle a de la gadoue dans les yeux ? Pour en finir avec Desmond, je vous recommande l'article que The vigilant citizen a écrit sur lui. De l'excellent travail, comme toujours.

Mon grain de sel ne serait pas complet si je ne vous relayais pas le papier de The Federalist (anglais), qui a enquêté sur les agissements du Dr Johanna Olson-Kennedy, et qui note : « Olson-Kennedy est l'image de ce qui se passe lorsqu'un médecin valorise le plaidoyer politique au détriment de l'éthique médicale et du professionnalisme. » Une enquête qui a justifié le titre de leur article :

« Médecin de la clinique de genre : de nombreux enfants à qui je donne des drogues trans ont déjà été prostitués »

CQFD. Entraîner son enfant dans de tels cercles le prédestine à la prostitution. À un destin fait d'incertitudes, d'insatisfactions. De détresse psychologique. Quel genre de mère, de père peuvent vouloir ça pour leur enfant ?

Enfin, pour faire écho à l'article de Brandon Smith, relayé ci-dessus, tout ce que nous vivons aujourd’hui, peut être mis en parallèle avec les méthodes « communistes/marxistes du passé sont nombreux, et la cible la plus importante de tout régime communiste ou collectiviste est la famille et spécifiquement la prochaine génération (les enfants). » Un exemple ? Il y a le cas récent de cette jeune mère ayant fait le choix d'accoucher à domicile, et pour qui tout s'est parfaitement bien passé.

Faut-il rappeler qu'accoucher à domicile est tout ce qu'il y a de plus légal ?

Je vous laisse lire son message. Voilà, c'est la France d'aujourd'hui : on trouve normal qu'un gosse de dix ans s'habille en fille et se produise dans des spectacles pour adultes travestis ; spectacles au cours desquels on lui glisse des pourboires comme cela se pratique pour les danseuses topless...  mais on envoie dix gendarmes  kidnapper deux jeunes enfants chez un couple sans histoires, juste parce que celui-ci a choisi de faire naître leur enfant sous leur toit... 

M.R.

Clic-image pour accéder à la source

Dernière minute :

« La drag queen de Pennsylvanie Brice Patric Ryschon Williams, travailleuse sociale genderqueer et militante LGBT bien connue, a été accusée de 25 chefs d'accusation de pornographie juvénile. »

Brice Patric Ryschon Williams/Anastasia Diamond. Source: Instagram
Brice Patric Ryschon Williams

Ceci n'étant que la pointe de l'iceberg.

 


 

Faire la peau à Monsieur Global !

👇

 

Mes vidéos sur :

(Alternatives à YouTube)

Je ne publie pas ici toutes les vidéos que je relaie ; n'hésitez pas à vous abonner sur l'une de mes chaînes, si vous êtes intéressés

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation)

https://rumble.com/user/MargueriteRothe

https://www.brighteon.com/channels/margueriterothe

https://www.bitchute.com/channel/t7d7dQcXI6q9/

Liens pour mes playlists vidéos

https://odysee.com/@MargueriteRotheCin%C3%A9:4?view=lists

Suivez-moi sur le réseau GAB 🐸

(Alternative à Twitter)

https://gab.com/MargueriteRothe

 

Rédigé par Marguerite Rothe

Publié dans #Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :