REDUXX | Transgenrisme : une couverture bien pratique pour les détraqués de tout poil

Publié le 22 Août 2022

Une femme ?

On voit leurs trognes dénaturées surgir à tous les coins de magazines. Épouvantablement tordus dans leurs têtes, la plupart sont en quête de reconnaissance. Beaucoup, dans le nombre, ont trouvé là un moyen d'approcher leurs proies sans les effaroucher ; je fais allusion aux femmes et aux enfants, fragiles victimes par essence.

Le transgenrisme a ouvert de nouvelles voies aux grands prédateurs, qui se savent désormais hors de portée de la loi grâce à l'idéologie woke. Une idéologie ultra-libertaire, qui autorise tout au nom de principes égalitaires foireux. Ces salopards gagnent même des compétitions sportives contre de vraies femmes. Et tout le monde trouve ça normal.

Comme de les mettre dans des prisons réservées aux femmes. De faire comme « si » alors que bon nombre d'entre eux sont des imposteurs ; sinon, pourquoi ceux-là mêmes qui sont supposément atteints de dysphorie de genre violent-ils des femmes ? Des enfants ? 

Il se trouve malgré tout que la dysphorie de genre est une maladie mentale rare. Et que les personnes qui en sont atteintes, souffrent au plus profond d'elles-mêmes. L'identification clinique de cette maladie mentale s'est posée au milieu du 20e siècle ; depuis, il semblerait que les études la concernant n'en finissent pas de savoir comment la classer dans le DSM (Diagnostic and Statistical Manual). Et, surtout, de savoir comment distinguer les « vrais »  des « faux » malades :

Clic-image pour accéder à l'article dans son intégralité

Ce n'est pas en confortant les malades dans leur dérive mentale que les choses peuvent s'arranger pour eux.

Définition de LVEQ, sur la question :

« Femme biologique / homme biologique » :

« Il n’y a rien de biologique dans le fait d’être un homme, une femme, ou n’importe quel autre genre puisque le genre est une construction identitaire ! » 

L'article intégral de LVEQ : ici ; sa liste devrait vous éclairer sur l'incroyable confusion qui existe aujourd'hui dans le mental des foules. La biologie n'existe plus. En revanche, des multitudes de questionnements existentiels se déploient dans les psychés. On peut même avancer que ce déploiement pourrait bien ne jamais trouver de limites. Comme le sont les profondeurs insondables de la folie.

Il est à noter que si on a l'impression que le phénomène ne touche que les hommes (du fait de leur surreprésentation), bien évidemment, il existe aussi chez les femmes. 

Je vous relaie aujourd'hui un article qui détaille le parcours du violeur d'enfants violent, meurtrier, devenu un « défenseur féministe et LGBTQ » à la suite de sa "transformation". Tout un programme... M.R.


Un violeur d'enfants, et un meurtrier violent, est maintenant un « défenseur féministe et LGBTQ+ » mis en vedette...

« Un homme trans-identifié qui a violé deux fillettes de 9 ans avant de torturer et d'assassiner son compagnon de cellule déficient intellectuellement, a "offert" son "expertise" aux décideurs politiques sur la question des droits des détenus transgenres.

 

Le 3 juin, Patricia Elaine Trimble a écrit un article pour le Prison Journalism Project (PJP), une organisation à but non lucratif qui affirme que son objectif est d'autonomiser les "journalistes incarcérés" en leur fournissant une plate-forme. Trimble, un contributeur régulier de PJP, a écrit sur la préparation d'une présentation pour une classe dans une université du Missouri après avoir été contacté par un professeur de criminologie là-bas.

« Il n'est pas rare qu'on me demande d'écrire un article ou une histoire sur des choses concernant la sphère dans laquelle j'évolue. Je suis, après tout, une femme transgenre, féministe, militante et défenderesse de la communauté LGBTQ+ incarcérée »,

a écrit Trimble, ajoutant qu'un de ses articles sur la discrimination à l'égard des détenus queer a été publié par le LGBTQ Policy Journal de l'Université de Harvard en 2019. Cette même année, Trimble a été présenté avec sympathie par Vice dans un article sur l'incarcération alors qu'il était transgenre.

Alors que Trimble a été présenté dans plusieurs articles de presse récents et a écrit beaucoup de son propre travail, il n'y a souvent aucune mention de la raison pour laquelle il est en prison.

Patricia/Patrick Trimble. Source de la photo : Projet de journalisme pénitentiaire.

Né Patrick, Trimble a été reconnu coupable en 1978 du viol brutal de deux fillettes de 9 ans dans la ville de St. Charles, Missouri. Trimble est tombé sur les deux enfant qui jouaient près d'une zone marécageuse. Il réussit a gagner leur confiance en les aidant à récupérer dans un arbre, une corde qu'elles convoitaient pour pouvoir jouer avec. Au départ, agissant amicalement, il leur montra quelques « astuces » avec la corde. Utilisant finalement son contrôle de la corde, au prétexte de leur montrer un nœud, il parvint à l'attacher autour du poignet de chaque enfant. Attachées, Trimble les entraîna vers sa voiture, puis les conduisit dans une zone boisée éloignée où il perpétra sur elles des viols oraux et vaginaux.

Une décision numérisée de la Cour d'appel de 1983 fournit un témoignage troublant de l'enquête, dans lequel les deux victimes décrivent leurs épreuves avec des détails graphiques.

Mais alors qu'il était en prison en attendant le verdict final sur son cas, Trimble commettait un autre crime odieux. Après l'avoir asservi, torturé et violé, Trimble assassina son compagnon de cellule,  Jerry James Everett un jeune handicapé mental. Jerry James Everett était en prison où il attendait son procès pour avoir volé une camionnette.

Selon un document judiciaire, Trimble : "... a forcé la victime à avoir des relations sexuelles orales et anales avec lui, l'a contraint à porter un "soutien-gorge" autour de la prison pour le divertissement des autres détenus, et l'a forcé à un moment donné à montrer à les autres détenus un chiffon qu'on lui avait enfoncé dans l'anus. Trimble a prostitué Everett à d'autres détenus, et a même proposé de le vendre à un membre du personnel pénitentiaire pour une cartouche de cigarettes. Trimble a également torturé Everett, faisant de profondes entailles dans sa chair à l'aide de bouteilles de shampoing brûlées. Le tribunal a noté qu'Everett était nettement plus petit que Trimble, mesurant 5'10 et pesant 145 livres, tandis que Trimble mesurait 6'1 et pesait 210 livres.

Quelques semaines après le début de l'abus sadique, Trimble a informé d'autres détenus qu'il prévoyait d'assassiner Everett pour l'empêcher d'informer quiconque en dehors de la prison de ce qui s'était passé. Il a également déclaré qu'il craignait d'être envoyé en prison s'il était reconnu coupable uniquement d'avoir violé les deux jeunes filles et qu'il voulait "attraper quelque chose de beaucoup plus gros" en commettant un meurtre. Le 12 novembre, Trimble a forcé Everett à rédiger une note de suicide et l'a étranglé à mort avec des serviettes. À un moment donné, Trimble a tellement tordu le tissu qu'il a « fracturé » le cou d'Everett. Après l'avoir assassiné, Trimble a suspendu son cadavre à l'aide des serviettes afin de mettre en scène qu'il s'était suicidé.

Le document judiciaire indique qu'Everett était "lent et n'a peut-être jamais pleinement compris ce qui lui arrivait".

En 1980, Trimble a été condamné à mort pour ses crimes — mais, en 1985 , la décision a été commuée en une peine à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant 50 ans. Il est actuellement incarcéré dans une prison à sécurité maximale pour hommes du Missouri, qui n'a pas actuellement de politique de logement d'auto-identification de la prison.

Selon le profil 2019 de Vice, Trimble a commencé un traitement hormonal substitutif en 2018 après avoir reçu un diagnostic de dysphorie de genre. Trimble a appris la situation en 2015 après avoir contacté une organisation LGBTQ pour obtenir des services de soutien à la suite d'une agression présumée qu'il aurait subie par un codétenu.

"Je lis ça, et je me dis, mon Dieu… ça explique ma vie", a déclaré Trimble à Vice à propos de la brochure. Dans le même article, Trimble attribue à un autre détenu trans-identifié de son établissement l'avoir aidé à accéder à des articles « affirmant le genre ».

Moins d'un an après le début du traitement hormonal, Trimble a commencé à apparaître en tant que contributeur à diverses publications LGBTQ et trans-centrées. Dans aucune de ses contributions à diverses publications, Trimble ne mentionne la raison pour laquelle il est en prison, mais maintient plutôt l'accent sur sa lutte apparente contre ce qu'il décrit comme un système oppressif et transphobe.

En 2021, Razvan Sibii, maître de conférences en journalisme à l'Université du Massachusetts, Amherst, a félicité Trimble pour son « plaidoyer et son mentorat pour les personnes LGBTQ en prison ». Ce mentorat, qui consiste notamment à aider d'autres hommes trans-identifiés à accéder à des avantages après avoir déclaré une identité transgenre, aurait valu à Trimble le surnom de "Mère".

Trimble a récemment publié un livre intitulé Finding Purpose: One Transgender Woman's Journey (Trouver un but : le voyage d'une femme transgenre ), qui est actuellement disponible sur Amazon. Le profil Amazon de Trimble indique qu'il est « féministe, activiste et défenseur de la communauté LGBTQ+ incarcérée ». Le profil suggère également qu'il a été incarcéré à tort pour le viol des deux filles de 9 ans en 1978.

Fait troublant, Trimble n'est pas le premier délinquant dangereux qui est devenu un activiste loué après avoir adopté une identité transgenre.

En février, Reduxx a révélé que le jeune violeur Jeffrey Willsea dirigeait une activiste trans très appréciée et primée sous le nom de Xena Grandichelli.

Puisqu'on vous dit que c'est une femme. ©Photo Adam Shrier

En 1994, Grandichelli  a plaidé coupable à 11 chefs  d'accusation d'abus sexuels impliquant une fillette de 3 ans et a été désigné délinquant sexuel violent. Son enregistrement de délinquant sexuel le classe dans un  niveau de risque 3, ce qui dénote le risque de récidive le plus élevé et une menace pour la sécurité publique. La loi de l'État de New York interdit aux délinquants sexuels de niveau 3 de se trouver à moins de 300 mètres d'une école.

Pourtant, malgré son passé criminel troublant, en 2017, Grandichelli était panéliste représentant « l'expérience des femmes en matière d'incarcération » à l'Université de Columbia. L'année précédente, il avait parlé à l'Université de New York sur le thème de l'incarcération et des traumatismes, et avait dirigé un  atelier  sur les questions trans pour la Conférence nationale sur la santé des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres de couleur.

Notamment, il s'est également  associé  au  Sylvia Rivera Law Project (SRLP)  et a été désigné comme  membre de l'équipe de construction du mouvement. » (Article traduit par Google) Anna Slatz

Source de l'original : ici

Et l'abomination continue...

Patricia Trimble à droite sur une photo du 7 décembre 2017 avec d'autres détenues trans-identifiées, a violé deux fillettes de neuf ans, et a violé et torturé, puis tué son compagnon de cellule. Après 3 décennies et demie en prison, il a été agressé sexuellement par un autre détenu ; il a commencé à s'identifier comme une femme peu de temps après. Jasmyne René Cooley (au centre), ancienne compagne de cellule de Trimble, a déclaré une identité féminine en raison de l'influence et du partage de la littérature de Trimble.

 

 


 

Faire la peau à Monsieur Global !

👇

 

Mes vidéos sur :

(Alternatives à YouTube)

Je ne publie pas ici toutes les vidéos que je relaie ; n'hésitez pas à vous abonner sur l'une de mes chaînes, si vous êtes intéressés

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation)

https://rumble.com/user/MargueriteRothe

https://www.brighteon.com/channels/margueriterothe

https://www.bitchute.com/channel/t7d7dQcXI6q9/

Liens pour mes playlists vidéos

https://odysee.com/@MargueriteRotheCin%C3%A9:4?view=lists

Suivez-moi sur le réseau GAB 🐸

(Alternative à Twitter)

https://gab.com/MargueriteRothe

 

Rédigé par Marguerite Rothe

Publié dans #Société, #Enquête

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :