SANTÉ | Le bicarbonate de soude peut-il aider les sujets qui souffrent de maladies auto-immunes ?

Publié le 31 Août 2022

« Selon les National Institutes of Health, plus de 23 millions d’Américains vivent actuellement avec un certain type de maladie auto-immune - qui peut englober des conditions potentiellement invalidantes comme l’arthrite rhumatismale, le lupus, la maladie du côlon irritable, le diabète de type 1, le psoriasis, la sclérose en plaques et la thyroïdite de Hashimoto. Les maladies auto-immunes - qui surviennent lorsque le système immunitaire s’attaque par erreur aux organes, tissus et cellules de l’organisme - sont notoirement complexes et difficiles à traiter.

 

Mais des recherches encourageantes montrent qu’un produit ménager courant et familier - le bicarbonate de soude - peut constituer une arme puissante contre ces maladies.

Une étude récente a non seulement révélé la capacité du bicarbonate de soude à lutter contre les maladies auto-immunes, mais a également mis en évidence sa capacité à agir au niveau cellulaire et moléculaire. Pour un simple ingrédient de cuisine, le bicarbonate de soude semble avoir des effets puissants et très complexes !

Le bicarbonate de soude peut-il aider les personnes souffrant de maladies auto-immunes ?

Le bicarbonate de soude, également connu sous le nom de bicarbonate de sodium, a de nombreuses utilisations domestiques et médicales.

Il est utilisé depuis longtemps comme dentifrice naturel, comme déodorant non toxique et comme antiacide bon marché et à action rapide pour traiter les brûlures d’estomac. En outre, certains néphrologues conseillent de petites doses quotidiennes de bicarbonate de soude pour ralentir la progression des maladies rénales chroniques.

Après que des études cliniques ont confirmé les effets bénéfiques du bicarbonate de soude sur les maladies rénales chroniques, les chercheurs se sont demandés quelles autres affections il pouvait améliorer. Ils ont eu leur réponse.

Dans une étude menée par des scientifiques du Medical College of Georgia de l’Université d’Augusta et publiée en avril 2018 dans Journal of Immunology, l’équipe a découvert que boire du bicarbonate de soude dans de l’eau tous les jours pendant deux semaines permettait de réduire l’inflammation destructrice des troubles auto-immuns.

La clé de l’action du bicarbonate de soude était la façon dont il affectait les cellules mésothéliales à l’extérieur de la rate. Ces cellules immunitaires spécialisées possèdent des microvillosités qui détectent l’environnement et préviennent lorsqu’une réponse immunitaire est nécessaire pour se défendre contre les agents pathogènes envahissants.

Mais dans les troubles auto-immuns, cette réponse peut être inappropriée, excessive et dommageable.

Le bicarbonate de soude a aidé les cellules à transmettre le message selon lequel il n’est pas nécessaire de déclencher une réponse immunitaire protectrice. Selon le Dr Paul O’Connor, co-auteur de l’étude, le composé a contribué à rassurer le système immunitaire sur le fait qu’il n’y avait pas d’agent pathogène à combattre. « Il s’agit très probablement d’un hamburger (?), et non d’une infection bactérienne », a expliqué le Dr O’Connor.

C’est officiel : le bicarbonate de soude réduit les actions inflammatoires des cellules

Le bicarbonate de soude affecte également la population de cellules immunitaires appelées macrophages, qui engloutissent et détruisent les agents pathogènes. Les scientifiques ont constaté qu’il modifiait la population de macrophages en augmentant le pourcentage de macrophages M2 anti-inflammatoires et en diminuant celui des macrophages M1 pro-inflammatoires.

Bien que la recherche initiale ait été menée sur des rats, les chercheurs ont également étudié des volontaires humains en bonne santé. Et ces participants humains ont également ressenti une réponse anti-inflammatoire du bicarbonate de soude.

En outre, le groupe qui a pris du bicarbonate de soude avait davantage de lymphocytes T régulateurs de l’inflammation, qui découragent le système immunitaire d’attaquer les tissus.

Les chercheurs ont conclu que le bicarbonate de soude était « une méthode bon marché, relativement sûre, efficace et ... non invasive pour activer les voies anti-inflammatoires cholinergiques, ce qui peut être bénéfique pour les patients souffrant d’une multitude de maladies inflammatoires ».

Dans une autre étude publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences, des chercheurs ont découvert que le bicarbonate de soude pouvait être spécifiquement bénéfique pour la polyarthrite rhumatoïde - une maladie auto-immune. Les scientifiques ont conclu que le bicarbonate de soude et l’eau contribuaient à réduire l’inflammation et la gravité de la maladie.

Les effets antiviraux du bicarbonate de soude sont actuellement à l’étude.

Les scientifiques ont découvert que certains virus dépendant du pH - dont certains virus de la grippe et coronavirus - sont plus à même de se répliquer et de se propager dans des conditions acides (pH 6,0) et sont complètement désactivés à un pH de 8,0.

Le bicarbonate de soude élève le pH acide à des niveaux alcalins plus élevés - un fait qui a des implications intéressantes pour ralentir éventuellement la propagation du COVID-19 et d’autres infections virales. Bien que des études cliniques n’aient pas encore été réalisées, des études cellulaires et animales attestent des effets de l’alcalinité sur les virus.

En fait, le bicarbonate de soude a déjà été utilisé pour combattre une pandémie dans le passé. En 1918 et 1919, le Dr Edward R. Hays - un médecin du département américain de la santé - a utilisé le bicarbonate de soude contre la grippe espagnole, affirmant qu’il pouvait entraîner une disparition des symptômes en 36 heures.

Outre ses effets antiviraux et anti-inflammatoires, le bicarbonate de soude peut améliorer l’état de santé général d’une multitude d’autres façons. Selon le Dr Eddy Bettermann, médecin et auteur réputé, le bicarbonate de soude augmente les bicarbonates dans le sang, ce qui a pour effet d’augmenter le taux de dioxyde de carbone et de favoriser l’oxygénation des organes du corps.

Et le Dr Lynda Frassetto, de l’Université de Californie, note que le bicarbonate de soude peut réduire les déchets acides dans l’organisme, qui se manifestent sous forme de cholestérol, d’acides gras, d’acide urique, de phosphate et de calculs rénaux.

Quelle quantité de bicarbonate de soude doit-on prendre ?

Bien que les scientifiques de l’Université de Géorgie n’aient pas révélé la quantité quotidienne de bicarbonate de soude utilisée dans l’étude, de nombreux experts en santé naturelle recommandent une demi-cuillère à café de bicarbonate de soude dissoute dans une tasse d’eau par jour.

Bien entendu, consultez votre médecin avant d’utiliser le bicarbonate de soude pour traiter une maladie rénale, des troubles auto-immuns ou tout autre problème de santé. Il est particulièrement important de demander l’avis de votre médecin si vous souffrez d’hypertension, car le bicarbonate de soude est très riche en sodium.

Avertissement sanitaire : Pour éviter une éventuelle rupture gastrique, ne prenez pas de bicarbonate de soude lorsque votre estomac est excessivement plein - comme après un énorme repas.

Alors que les maladies auto-immunes peuvent être un ennemi redoutable, le remède simple et ancien du bicarbonate de soude dans l’eau peut apparaître comme une défense de première ligne contre elles. » Lori Alton

Sources : ici et ici

Bicarbonate de soude alimentaire ou ménager : quelle est la différence ? explications

 

Faire la peau à Monsieur Global !

👇

 

Mes vidéos sur :

(Alternatives à YouTube)

Je ne publie pas ici toutes les vidéos que je relaie ; n'hésitez pas à vous abonner sur l'une de mes chaînes, si vous êtes intéressés

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation)

https://rumble.com/user/MargueriteRothe

https://www.brighteon.com/channels/margueriterothe

https://www.bitchute.com/channel/t7d7dQcXI6q9/

Liens pour mes playlists vidéos

https://odysee.com/@MargueriteRotheCin%C3%A9:4?view=lists

Suivez-moi sur le réseau GAB 🐸

(Alternative à Twitter)

https://gab.com/MargueriteRothe

 

Rédigé par Marguerite Rothe

Publié dans #Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article