Manifeste conspirationniste, Collectif

Publié le 20 Septembre 2022

Tandis que l'écrivain François Bélliot (NB  passez outre l'avertissement que va vous envoyer votre navigateur) remet à leur juste place les serviles cabots anti-conspirationnistes à la botte des fausses élites, un collectif d'auteurs a couché sur papier les multiples facettes d'une guerre (qui ne dit pas son nom) menée contre les peuples que l'humanité n'avait encore jamais connue. Vingt-et-unième siècle oblige. 

Ce Manifeste conspirationniste est un prodigieux récapitulatif de ce que des êtres sans foi ni loi nous ont fait subir ces deux dernières années. Des écrits, pour ne pas oublier ce qui nous a été fait. Pour que nous restions éveillés. Pour ne pas finir par croire que nous avons rêvé. Un manifeste pour continuer (ou commencer) à se battre pour l'avenir du monde, le nôtre, mais surtout, celui des générations futures, pour nos enfants, et/ou pour nos petits-enfants. Pour la beauté de la vie elle-même.

Ce livre, « maniable comme une arme », est pour tous les soldats de la vérité. C'est un livre dans lequel chacun pourra puiser des idées ou des réponses, voire les deux à la fois ; des armes donc, pour combattre avec vaillance. Ce livre nous dit aussi que, même si nous nous sentons isolés, séparés physiquement, nous ne sommes pas seuls. Personnellement, il me fait également comprendre que la Résistance s'organise. Le livre est une arme capable d'éclairer, d'insuffler de la force, du courage, de la joie, de la paix. Le livre est l'arme la plus pacifique que l'homme ait jamais inventée.

M.R.


 

Introduction

 

« Nous sommes conspirationnistes, comme tous les gens sensés désormais. Depuis deux ans que l’on nous balade et que nous nous renseignons, nous avons tout le recul nécessaire pour départager « le vrai du faux ». Les ridicules autoattestations que l’on a prétendu nous faire remplir avaient bel et bien pour but de nous faire consentir à notre propre enfermement et de faire de nous nos propres geôliers. Leurs concepteurs s’en félicitent à présent. La mise en scène d’une meurtrière pandémie mondiale, « pire que la grippe espagnole de 1918 », était bien une mise en scène. Les documents l’attestant ont fuité depuis lors ; on le verra plus loin. Toutes les terrifiantes modélisations étaient fausses. Le chantage à l’hôpital-qui-craque, lui aussi, n’était qu’un chantage. Le spectacle concomitant des cliniques privées à peu près désœuvrées, et surtout bien éloignées de toute réquisition, suffisait à en attester. Mais la persistance, depuis lors, dans la mise en pièces des hôpitaux et de leurs personnels en fournit la preuve définitive. L’acharnement furieux à balayer tout traitement qui n’impliquerait pas d’expérimenter des biotechnologies sur des populations entières, réduites à l’état de cobaye, avait quelque chose de suspect. Une campagne de vaccination organisée par le cabinet McKinsey et un « pass sanitaire » plus loin, la brutalisation du débat public prend tout son sens.

C’est sans doute la première épidémie mortelle dont il faut convaincre les gens qu’elle existe. Le monstre qui s’avance sur nous depuis deux ans n’est pas, pour l’heure, un virus couronné d’une protéine, mais une accélération technologique dotée d’une puissance d’arrachement calculée. Nous sommes chaque jour témoins de la tentative de réaliser le projet transhumaniste dément de convergence des technologies NBIC (Nano-Bio-Info-Cognitives). Cette utopie de refonte complète du monde, ce rêve de pilotage optimal des processus sociaux, physiques et mentaux ne prend même plus la peine de se cacher. On n’aura eu aucun scrupule à imposer comme remède à un virus issu d’expérimentations de gain de fonction dans le cadre d’un programme de « biodéfense » une autre expérimentation biotechnologique menée par un laboratoire dont le directeur médical se flatte de « hacker le logiciel de la vie ». « Toujours plus de la même chose » semble le dernier principe, aveugle, d’un monde qui n’en a plus aucun. Récemment, un de ces journalistes au garde-à-vous qui peuplent les rédactions parisiennes interrogeait un scientifique un peu honnête au sujet de l’origine du SARS-CoV-2. Celui-ci devait bien admettre que la grotesque fable du pangolin marquait de plus en plus le pas face à l’hypothèse des tripatouillages d’un certain laboratoire P4. Et le journaliste de lui demander si « cela ne risque pas d’apporter de l’eau au moulin des conspirationnistes ». Le problème avec la vérité, désormais, est qu’elle donne raison aux conspirationnistes. Nous en sommes là. Il était grand temps de lancer une commission d’experts pour en finir avec cette hérésie. Et de restaurer la censure.

Quand toute raison déserte l’espace public, quand la surdité s’accroît, quand la propagande durcit sa férule afin de forcer la communion générale, il faut prendre du champ. C’est ce que fait le conspirationniste. Partir de ses intuitions et se lancer dans la recherche. Tenter de comprendre comment nous en sommes arrivés là, et comment sortir de cette petite ornière aux dimensions d’une civilisation. Trouver des complices et se confronter. Ne pas se résigner à la tautologie de l’existant. Ne pas craindre ou espérer, mais chercher sereinement de nouvelles armes. La fulmination de tous les pouvoirs contre les conspirationnistes prouve assez combien le réel leur résiste. L’invention de la propagande par le Saint-Siège (la Congregatio de propaganda fide ou Congrégation pour la propagation de la foi) en 1622 n’a pas fait les affaires de la Contre-Réforme, à long terme. Le discrédit des glapisseurs finit par absorber leurs glapissements. La conception de la vie qu’ont les ingénieurs de cette société est d’évidence si plate, si lacunaire, si erronée qu’ils ne peuvent qu’échouer. Ils ne réussiront qu’à dévaster le monde un peu plus. C’est pourquoi il est de notre intérêt vital de les chasser sans attendre qu’ils échouent.

Nous avons donc fait comme n’importe quel autre conspirationniste : nous nous sommes lancés dans la recherche. Voilà ce que nous en rapportons.

Si nous osons le publier, c’est que nous croyons être parvenus à plusieurs conclusions à même d’éclairer l’époque d’une lumière crue et véridique. Nous nous sommes plongés dans le passé pour élucider le nouveau, quand toute l’actualité tendait à nous enfermer dans le labyrinthe de son éternel présent. Il fallait bien raconter l’envers de l’histoire contemporaine. Au départ, il s’agissait de ne pas nous en laisser imposer par la puissance de feu et d’affolement de la propagande régnante. Se faire au nouveau régime des choses constitue alors le principal danger, qui contient celui d’en devenir le perroquet. Redouter l’épithète de « conspirationniste » en fait partie. Le débat n’est pas entre conspirationnisme et anticonspirationnisme, mais à l’intérieur du conspirationnisme. Notre désaccord avec les défenseurs de l’ordre existant ne porte pas sur l’interprétation du monde, mais sur le monde lui-même. Nous ne voulons pas du monde qu’ils sont en train d’échafauder – ils peuvent bien garder leurs échafauds pour eux, d’ailleurs. Ce n’est pas une question d’opinion ; c’est une question d’incompatibilité. Nous n’écrivons pas pour convaincre. Il est bien trop tard pour cela. Nous écrivons pour armer notre camp dans une guerre qui se livre à même les corps avec les âmes pour point de mire – une guerre qui n’oppose certes pas un virus et l’« humanité » ainsi que le veut la dramaturgie spectaculaire. Nous avons donc tâché de rendre la vérité « maniable comme une arme », selon le conseil de Brecht. Nous nous sommes épargné le style démonstratif, les notes de bas de page, le lent cheminement de l’hypothèse à la conclusion. Nous nous en sommes tenus aux pièces et aux munitions. Le conspirationnisme conséquent, qui ne sert pas d’ornement à l’impuissance, conclut à la nécessité de conspirer, car ce qui nous fait face semble bien décidé à nous écraser. À aucun moment, nous ne nous permettrons de nous prononcer sur l’usage que chacun peut, dans pareille époque, faire de sa liberté. Nous nous en tiendrons à plastiquer les entraves mentales les plus encombrantes. Nous ne prétendons pas qu’il suffise d’un livre pour s’arracher à l’impuissance, mais nous nous souvenons aussi que quelques bons livres trouvés sur notre route nous ont épargné bien des servitudes. Les deux dernières années ont été éprouvantes. Elles l’ont été pour tous les gens sensibles, et sensibles à la logique. Tout a semblé fait pour nous rendre fous. Il a tenu à quelques solides amitiés que nous puissions partager ce que nous éprouvions et ce que nous pensions – notre sidération et notre révolte. Nous avons enduré ces dernières années ensemble, semaine après semaine. La recherche s’en est suivie logiquement. Ce livre est anonyme car il n’appartient à personne ; il appartient au mouvement de dissociation sociale en cours. Il accompagne ce qui adviendra – dans six mois, dans un an ou dans dix. Il eût été suspect, en plus d’être imprudent, qu’il s’autorise d’un nom ou de plusieurs. Ou qu’il serve quelque gloire que ce soit. »

 

« La différence entre une pensée vraie et un mensonge consiste dans le fait que le mensonge requiert logiquement un penseur et non la pensée vraie. Il n’y a besoin de personne pour concevoir la pensée vraie. […] Les seules pensées auxquelles un penseur est absolument nécessaire sont les mensonges. » Wilfred R. Bion, L’Attention et l’Interprétation, 1970

Table des matières

 

La « guerre au virus » est une guerre qui nous est menée

1. Le coup du monde

2. La conjuration des amputés

3. Clartés de la terreur

Le conspirationnisme est le nom de la conscience qui ne désarme pas

1. La conspiration anticonspirationniste

2. Comme en 1914

3. « Tout conspire »

L’irréalité que nous vivons n’est pas celle d’une catastrophe qui sidère, mais celle d’un scénario que l’on déroule

1. Vingt ans de preparedness

2. La cité des morts-vivants

La contre-révolution de 2020 répond aux soulèvements de 2019

1. Le tournant de 2019

1. Le tournant de 2019

2. La reprise en main

La guerre froide n’a jamais pris fin

1. Le grand réveil

2. La longue Guerre froide

3. MK-Ultra for ever

4. Théorie du confinement

Ce monde est dual, comme le sont ses technologies

1. La guerre du climat

2. La guerre domestique

3. Le monde made by DARPA

4. Le type cool comme machine d’extermination

5. Dualités françaises

Le nudge est un nudge

1. Méthode du coup du monde

2. Efforts pour rendre l’autre fou

3. Dialectique de la mystification

L’art de gouverner ne produit que des monstres

1. Le projet de tout gouverner

2. Design démocratique et pouvoir environnemental

3. Architectes et surnuméraires

La vie n’est rien de biologique

1. « Life is our life’s work » (Pfizer)

2. La métropole biopolitique

3. La dictature de la vulnérabilité

4. The Family of Man

5. La maladie de la santé

L’enfer présent n’est que la réalisation du vieux projet positiviste

1. Monstruosité de la statistique

2. La fondation Rockefeller et la vision moléculaire de la vie

3. Permanence du positivisme

Nous vaincrons parce que nous sommes plus profonds

1. La « société », concept réactionnaire

2. La guerre aux âmes

3. Le virus de la sécession et le schisme en cours

4. Conspirer, donc

Découvert cet ouvrage ici

 


 

Faire la peau à Monsieur Global !

👇

 

Mes vidéos sur :

(Alternatives à YouTube)

Je ne publie pas ici toutes les vidéos que je relaie ; n'hésitez pas à vous abonner sur l'une de mes chaînes, si vous êtes intéressés

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation)

https://rumble.com/user/MargueriteRothe

https://www.brighteon.com/channels/margueriterothe

https://www.bitchute.com/channel/t7d7dQcXI6q9/

Liens pour mes playlists vidéos

https://odysee.com/@MargueriteRotheCin%C3%A9:4?view=lists

Suivez-moi sur le réseau GAB 🐸

(Alternative à Twitter)

https://gab.com/MargueriteRothe

 

Rédigé par Marguerite Rothe

Publié dans #Essais, #Société, #Non classé, #Non-fiction, #Billet d'humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :