L'esclavage durable de la dette, par Iain Davis et Whitney Webb

Publié le 7 Octobre 2022

Prématurément décédée d'un cancer foudroyant, Rosa Koire, nous parlait déjà au début des années 2000, de ce grand projet mondialiste qui consistait à s'approprier tous les biens terrestre. TOUT. Tout, ils feront main basse sur absolument tout ce qui est sur Terre, si personne ne les empêche. C'est tellement énorme, qu'il est extrêmement difficile de se représenter la taille, la dimension gigantesque de l'arnaque. Je vous relaye le début de la première partie d'une grande enquête d'Unlimited Hangout sur le grand projet de l'ONU  qui vise à soumettre les peuples du monde par l'esclavage de la dette. Quand est-ce que cette structure de bandits et tous ses satellites sera-t-elle démantelée, et tous ses dirigeants collés au trou ?

M.R.


 

« L'esclavage durable par la dette

 

Dans ce premier épisode d'une nouvelle série, Iain Davis et Whitney Webb explorent comment les politiques de "développement durable" de l'ONU, les SDG, ne promeuvent pas la "durabilité" telle que la plupart des gens la conçoivent et utilisent plutôt le même impérialisme de la dette utilisé depuis longtemps par l'empire anglo-américain pour piéger les nations dans un nouveau système, tout aussi prédateur, de gouvernance financière mondiale.

L'Agenda 2030 des Nations Unies pour le développement durable est présenté comme un "plan commun pour la paix et la prospérité des peuples et de la planète, maintenant et à l'avenir". Les 17 objectifs de développement durable, ou ODD, sont au cœur de ce programme. 

Bon nombre de ces objectifs ont l'air sympathiques en théorie et brossent le tableau d'une utopie mondiale émergente - comme l'élimination de la pauvreté, de la faim dans le monde et la réduction des inégalités. Pourtant, comme c'est souvent le cas, la réalité qui se cache derrière la plupart - sinon la totalité - des ODD est constituée de politiques enveloppées dans le langage de l'utopie qui, dans la pratique, ne profiteront qu'à l'élite économique et renforceront son pouvoir. 

Cela se voit clairement dans les petits caractères des ODD, car l'accent est mis sur la dette et sur le piégeage des États-nations (en particulier les États en développement) par la dette comme moyen de forcer l'adoption de politiques liées aux ODD. Ce n'est donc pas une coïncidence si un grand nombre des forces motrices derrière les politiques liées aux ODD, à l'ONU et ailleurs, sont des banquiers de carrière. D'anciens cadres de certaines des institutions financières les plus prédatrices de l'histoire du monde, de Goldman Sachs à Bank of America en passant par la Deutsche Bank, figurent parmi les principaux promoteurs et développeurs des politiques liées aux ODD. 

Leurs intérêts sont-ils vraiment alignés sur le "développement durable" et l'amélioration de l'état du monde pour les gens ordinaires, comme ils le prétendent maintenant ?  Ou bien leurs intérêts se situent-ils là où ils se sont toujours situés, dans un modèle économique axé sur le profit et fondé sur l'esclavage de la dette et le vol pur et simple ?

Dans cette série d'enquêtes Unlimited Hangout, nous allons explorer ces questions et interroger non seulement les structures de pouvoir qui se cachent derrière les ODD et les politiques connexes, mais aussi leurs impacts pratiques. 

Dans ce premier volet, nous explorerons ce qui sous-tend réellement la majorité de l'Agenda 2030 et des ODD, en passant outre le langage fleuri pour donner une image complète de ce que la mise en œuvre de ces politiques signifie pour le citoyen moyen. Les épisodes suivants se concentreront sur des études de cas basées sur des ODD spécifiques et leurs impacts sectoriels. 

Dans l'ensemble, cette série offrira un regard factuel et objectif sur la façon dont la motivation derrière les ODD et l'Agenda 2030 consiste à réoutiller le même impérialisme économique que celui utilisé par l'Empire anglo-américain dans l'ère post-Seconde Guerre mondiale aux fins de l'avènement d'un "ordre mondial multipolaire" et des efforts visant à mettre en œuvre un modèle néo-féodal mondial, peut-être mieux résumé comme un modèle d'"esclavage durable".

L'ONU éduque les jeunes des pays en développement à accueillir le « développement durable » sans divulguer l'impact qu'il aura sur leur vie ou leur économie nationale, Source : UNICEF

La plupart des gens connaissent le concept de "développement durable", mais il est juste de dire que la majorité d'entre eux pensent que les ODD sont liés à la résolution de problèmes prétendument causés par la catastrophe climatique. Or, les ODD de l'Agenda 2030 englobent toutes les facettes de notre vie et un seul, l'ODD 13, traite explicitement du climat.

De la sécurité économique et alimentaire à l'éducation, en passant par l'emploi et toutes les activités commerciales ; nommez n'importe quelle sphère de l'activité humaine, y compris la plus personnelle, et il y a un ODD associé conçu pour la "transformer". Pourtant, c'est l'ODD 17 - Partenariats pour les objectifs - qui nous permet de commencer à identifier qui sont réellement les bénéficiaires de ce système. 

L'objectif déclaré de l'ONU SDG 17 est, en partie, de :

“Renforcer la stabilité macroéconomique mondiale, notamment par la coordination et la cohérence des politiques. [Renforcer le partenariat mondial pour le développement durable, complété par des partenariats multipartites [...] pour soutenir la réalisation des objectifs de développement durable dans tous les pays. [Encourager et promouvoir des partenariats efficaces entre le secteur public, le secteur public et privé et la société civile, en s'appuyant sur l'expérience et les stratégies de financement des partenariats.”

Nous pouvons en déduire que les "partenariats multipartites" sont censés travailler ensemble pour atteindre la "stabilité macroéconomique" dans "tous les pays". Cet objectif sera atteint par la mise en œuvre d'une "coordination et d'une cohérence des politiques" construites à partir des "connaissances" des "partenariats publics, publics-privés et de la société civile." Ces "partenariats" permettront de réaliser les ODD.

Cette salade de mots demande à être démêlée, car c'est le cadre qui permet la mise en œuvre de chaque ODD "dans tous les pays". 

Avant de le faire, il convient de noter que l'ONU se réfère souvent à elle-même et à ses décisions en utilisant un langage grandiose. Même les délibérations les plus banales sont traitées comme "historiques" ou "révolutionnaires", etc. Il y a aussi beaucoup de choses à dire sur la transparence, la responsabilité, la durabilité, etc.

Ce ne sont que des mots qui nécessitent une action correspondante afin d'avoir une signification contextuelle. La "transparence" ne signifie pas grand-chose si des informations cruciales sont enfouies dans d'interminables ramettes de charabia bureaucratique impénétrable et que personne n'en rend compte au public. La "responsabilité" est un anathème si même les gouvernements nationaux n'ont pas l'autorité nécessaire pour exercer un contrôle sur l'ONU ; et lorsque "durable" est utilisé pour signifier "transformateur", il devient un oxymore.

Démêler la salade de mots UN-G3P SDG


Le Conseil économique et social des Nations unies (ECOSOC) a commandé un document qui définit les "partenariats multipartites" comme suit :

[Des partenariats entre les entreprises, les ONG, les gouvernements, les Nations Unies et d'autres acteurs.

Ces "partenariats multipartites" sont censés œuvrer à la création d'une "stabilité macroéconomique" mondiale, condition préalable à la mise en œuvre des ODD. Mais, tout comme le terme "organisation intergouvernementale", la signification de la "stabilité macroéconomique" a également été transformée par l'ONU et ses agences spécialisées. 

Alors que la stabilité macroéconomique signifiait autrefois "plein emploi et croissance économique stable, accompagnée d'une faible inflation", les Nations unies ont annoncé que ce n'était plus le cas aujourd'hui. La croissance économique doit désormais être "intelligente" afin de répondre aux exigences des ODD.

Il est essentiel que l'équilibre fiscal - la différence entre les recettes et les dépenses d'un gouvernement - tienne compte du "développement durable" en créant un "espace fiscal". Cela dissocie effectivement le terme "stabilité macroéconomique" de "l'activité économique réelle".

Le changement climatique est considéré, non seulement comme un problème environnemental, mais aussi comme un "grave problème financier, économique et social". Il faut donc créer un "espace fiscal" pour financer la "coordination et la cohérence des politiques" nécessaires pour éviter la catastrophe annoncée. 

Le Département des affaires économiques et sociales des Nations unies (UN-DESA) note que l'"espace fiscal" manque d'une définition précise. Alors que certains économistes la définissent simplement comme "la disponibilité d'une marge budgétaire qui permet à un gouvernement de fournir des ressources pour un objectif souhaité", d'autres expriment la "marge budgétaire" comme un calcul basé sur le ratio dette/PIB d'un pays et la croissance "projetée". 

L'UN-DESA suggère que la "marge de manœuvre budgétaire" se résume à l'"écart de viabilité de la dette" estimé ou prévu. Celui-ci est défini comme "la différence entre le niveau d'endettement actuel d'un pays et son niveau d'endettement durable estimé". 

Personne ne sait quels événements peuvent avoir un impact sur la croissance économique future. Une pandémie ou une autre guerre en Europe pourrait la restreindre fortement, voire provoquer une récession. L'"écart de viabilité de la dette" est un concept théorique qui ne repose guère plus que sur des vœux pieux. 

En tant que tel, il permet aux décideurs politiques d'adopter une interprétation malléable, et relativement arbitraire, de la "marge de manœuvre budgétaire". Ils peuvent emprunter pour financer des dépenses de développement durable, quelles que soient les conditions économiques réelles. 

L'objectif premier de la politique budgétaire était autrefois de maintenir l'emploi et la stabilité des prix et d'encourager la croissance économique par une répartition équitable des richesses et des ressources. Il a été transformé par le développement durable. Désormais, elle vise à atteindre des "trajectoires durables pour les recettes, les dépenses et les déficits" qui mettent l'accent sur "l'espace budgétaire". 

Si cela nécessite une augmentation des impôts et/ou des emprunts, qu'il en soit ainsi. Quel que soit l'impact que cela a sur l'activité économique réelle, tout va bien car, selon la Banque mondiale : 

La dette est une forme de financement essentielle pour les objectifs de développement durable.

Les déficits de dépenses et l'augmentation de la dette ne sont pas un problème car "l'échec de la réalisation des objectifs de développement durable" serait bien plus inacceptable et augmenterait encore plus la dette. N'importe quel montant de dette souveraine peut être accumulé sur le contribuable afin de nous protéger du désastre économique bien plus dangereux qui nous tomberait dessus si les ODD n'étaient pas rapidement mis en œuvre. 

En d'autres termes, les crises économiques, financières et monétaires ne seront guère absentes du monde du "développement durable". Le raisonnement décrit ci-dessus sera probablement utilisé pour justifier ces crises. C'est le modèle envisagé par l'ONU et ses "partenaires multipartites". Pour ceux qui sont derrière les ODD, la fin justifie les moyens. Toute parodie peut être justifiée tant qu'elle est commise au nom de la "durabilité".

Nous sommes confrontés à une initiative politique mondiale, qui touche tous les aspects de notre vie, et qui repose sur l'erreur logique du raisonnement circulaire. La destruction effective de la société est nécessaire pour nous protéger de quelque chose qui, nous dit-on, sera bien pire. 

L'obéissance est une vertu car, à moins d'adhérer aux exigences politiques qui nous sont imposées et d'en accepter les coûts, le désastre climatique pourrait se produire.

Armé de ces connaissances, il devient beaucoup plus facile de traduire la salade de mots alambiquée de l'ONU-G3P et de comprendre ce que l'ONU entend réellement par le terme "développement durable" :

Les gouvernements taxeront leurs populations, en augmentant les déficits et la dette nationale si nécessaire, pour créer des caisses noires auxquelles les multinationales privées, les fondations philanthropiques et les ONG pourront accéder afin de distribuer leurs produits, services et programmes politiques basés sur la conformité aux ODD. Les nouveaux marchés des ODD seront protégés par la législation gouvernementale sur la durabilité, conçue par les mêmes "partenaires" qui profitent et contrôlent la nouvelle économie mondiale basée sur les ODD.

 

"Les pièges de la dette" verte

 

Bâtiment du siège du Fonds monétaire international (FMI) à Washington DC, Source : Brookings

La dette est spécifiquement identifiée comme un élément clé de la mise en œuvre des ODD, en particulier dans le monde en développement. Dans un document de 2018 rédigé par une équipe conjointe de la Banque mondiale et du FMI, il est noté à plusieurs reprises que les "vulnérabilités de la dette" dans les économies en développement sont traitées par ces institutions financières "dans le contexte du programme de développement mondial (par exemple, les ODD)." 

La même année, le Cadre de viabilité de la dette (CVD) de la Banque mondiale et du FMI est devenu opérationnel. Selon la Banque mondiale, le CVD "permet aux créanciers d'adapter leurs conditions de financement en prévision des risques futurs et aide les pays à trouver un équilibre entre le besoin de fonds et la capacité à rembourser leurs dettes". Il "guide également les pays dans leur soutien aux ODD, lorsque leur capacité à assurer le service de la dette est limitée." 

Exprimé différemment, si les pays ne peuvent pas payer la dette qu'ils contractent par le biais des prêts du FMI et des financements de la Banque mondiale (et de la Banque multilatérale de développement associée), ils se verront proposer des options pour "rembourser" leur dette en mettant en œuvre des politiques liées aux ODD. Cependant, comme le montreront les prochains épisodes de cette série, nombre de ces options prétendument adaptées à la mise en œuvre des ODD suivent en réalité le modèle de "dette contre échange de terres" (aujourd'hui réaménagé en "dette contre échange de conservation" ou "dette contre échange de climat") qui précède de plusieurs années les ODD et l'Agenda 2030. Ce modèle permet essentiellement l'accaparement de terres et le vol de terres et de ressources naturelles à une échelle jamais vue dans l'histoire de l'humanité.

Depuis leur création au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la Banque mondiale et le FMI ont toujours utilisé la dette pour forcer les pays, principalement ceux en développement, à adopter des politiques favorables à la structure du pouvoir mondial. Cela a été rendu explicite dans un document de l'armée américaine ayant fait l'objet d'une fuite et rédigé en 2008, qui indique que ces institutions sont utilisées comme des "armes financières non conventionnelles en temps de conflit jusqu'à et y compris une guerre générale à grande échelle" et comme des "armes" pour influencer "les politiques et la coopération des gouvernements des États." Le document note que ces institutions en particulier ont "une longue histoire de guerre économique utile à toute campagne de guerre non conventionnelle de l'ARSOF [Army Special Operations Forces]".

Le document indique également que ces "armes financières" peuvent être utilisées par l'armée américaine pour créer "des incitations ou des dissuasions financières afin de persuader les adversaires, les alliés et les substituts de modifier leur comportement aux niveaux stratégique, opérationnel et tactique du théâtre". En outre, ces campagnes de guerre non conventionnelle sont étroitement coordonnées avec le département d'État et la communauté du renseignement pour déterminer "quels éléments du terrain humain dans la zone d'opérations de guerre non conventionnelle (UWOA) sont les plus susceptibles d'être engagés financièrement". 

Il est à noter que la Banque mondiale et le FMI sont répertoriés à la fois comme des instruments financiers et des instruments diplomatiques de la puissance nationale américaine et comme des parties intégrantes de ce que le manuel appelle le "système actuel de gouvernance mondiale".

Alors qu'ils étaient autrefois des "armes financières" à la disposition de l'empire anglo-américain, les changements actuels dans le "système de gouvernance mondiale" annoncent également un changement dans les personnes capables d'armer la Banque mondiale et le FMI à leur avantage explicite. Le soleil se couche sur le modèle impérial "unipolaire" et l'aube d'un ordre mondial "multipolaire" est à nos portes. La Banque mondiale et le FMI ont déjà été placés sous le contrôle d'une nouvelle structure de pouvoir internationale à la suite de la création de l'alliance financière Glasgow pour le net zéro (GFANZ), soutenue par les Nations unies, en 2021. » (Traduit avec DeepL) Iain Davis et Whitney Webb 

Poursuivre la lecture ici (anglais), et ici en français (traducteur Google)

 


 

Faire la peau à Monsieur Global !

👇

 

Mes vidéos sur :

(Alternatives à YouTube)

Je ne publie pas ici toutes les vidéos que je relaie ; n'hésitez pas à vous abonner sur l'une de mes chaînes, si vous êtes intéressés

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation)

https://rumble.com/user/MargueriteRothe

https://www.brighteon.com/channels/margueriterothe

https://www.bitchute.com/channel/t7d7dQcXI6q9/

Liens pour mes playlists vidéos

https://odysee.com/@MargueriteRotheCin%C3%A9:4?view=lists

Suivez-moi sur le réseau GAB 🐸

(Alternative à Twitter)

https://gab.com/MargueriteRothe

 

Rédigé par Marguerite Rothe

Publié dans #Politique, #Climat, #Enquête, #Mondialisme, #Économie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :