La Croix-Rouge ukrainienne accusée d'être impliquée dans le prélèvement d'organes d'enfants, par Kevin Hughes

Publié le 17 Novembre 2022

Après s'être fait gauler à mélanger du sang de vaccinés avec du sang vierge de non-vaccinés, cette fois, c'est la Croix-Rouge ukrainienne qui est accusée d'être impliquée dans le prélèvement d'organes d'enfants. L'Ukraine, c'est le pré carré du diable. Le vice y est cultivé à toutes les sauces : êtres humains : pour la revente de bébés, de femmes et d'enfants pour le sexe, l'esclavage, les organes – et possiblement pour la consommation de sang, voire de chair –, les drogues, les armes, l'argent sale... J'en passe, et sûrement de plus terribles dont je ne suis pas au courant (et que je ne tiens pas connaître pour ne pas perdre le sommeil, tellement ces gens pataugent dans l'abjection).

Du coup, je suis allée jeter un œil sur le site du Comité International de la Croix-Rouge (CICR). Je vous invite à lire l'onglet qui renseigne sur la "Gouvernance" ; je vous préviens, la page est entièrement rédigée en écriture inclusive, et c'est illisible. À partir de là, vous savez où vous mettez les pieds. Sur une autre page, le CV de la chefesse vous indique qu'elle est un pur produit du mondialisme – ici, je vous rassure : c'est écrit normalement, pour que le péquin comme vouzémoi puisse bien comprendre à qui il a affaire. À ce moment-là, vous êtes renseignés sur ce qu'est véritablement la Croix-Rouge : un outil de contrôle parmi tous les autres.

Il faudra aller les chercher jusque dans les chiottes.

M.R.


« La Croix-Rouge ukrainienne accusée d'être impliquée dans le prélèvement d'organes d'enfants

 

Le Comité d'enquête russe examine les allégations selon lesquelles la Croix-Rouge ukrainienne tient un registre des enfants ayant des "organes sains" dans la ville de Mariupol.

Cette affaire est importante car les conflits armés et le commerce illégal d'organes humains vont souvent de pair. Les actions militaires ne servent pas seulement à résoudre des problèmes géopolitiques et à tirer profit du trafic d'armes.

Vladimir Taranenko a déclaré que la Croix-Rouge ukrainienne possède les dossiers médicaux de plus de 1 000 enfants, portant la mention "organes sains" au lieu de toute condition ou procédure médicale. Il a également déclaré que certains des documents de lecture trouvés dans le bureau étaient des instructions sur "la façon d'utiliser des armes, y compris dans un format destiné aux enfants."

Taranenko est le chef de l'organisation civique "Peoples Retinue", basée à Donetsk, un mouvement de bénévoles qui aide les forces de l'ordre dans la République populaire de Donetsk.

New Eastern Outlook a rapporté en mars dernier que les acheteurs d'organes et les chirurgiens qui pratiquent des transplantations au marché noir sont depuis longtemps devenus des éléments courants du paysage militaire, à l'instar des mercenaires.

L'Ukraine est un marché noir de la transplantation d'organes

Les podcasters James Bradley et Jeff Brown ont récemment discuté des recherches de ce dernier sur les dernières allégations de prélèvement d'organes. "Jeff a fait un travail original profond et s'est préparé à cela depuis des jours. J'ai en main l'article que [Jeff] m'a envoyé, traduit du russe, et son nom est 'L'Ukraine est un marché noir de la transplantation'", a déclaré Bradley.

La Russie a finalement pu pénétrer dans Mariupol et la libérer, et ils trouvent toutes sortes de preuves, "et nous parlons de prélèvements d'organes", a déclaré M. Brown.

Une enquête approfondie serait nécessaire pour confirmer ou infirmer les événements ou les déclarations faites au cours des dernières décennies, mais les gens peuvent se faire une idée de l'histoire concernant le prélèvement d'organes en Ukraine en lisant les articles publiés par Frontier Post et New Eastern Outlook, ainsi que plusieurs ressources disponibles en ligne.

Selon les données publiées sur le portail d'information statistique Statista, plus de 100 000 personnes sont actuellement sur la liste d'attente pour une transplantation d'organe aux États-Unis et la plupart d'entre elles attendent une greffe de rein. Et il y a une pénurie d'organes de donneurs non seulement aux États-Unis, mais aussi dans plusieurs autres pays.

Les principales sources d'organes pour le commerce illégal sont les pays du tiers monde et les points chauds. Selon de nombreux chercheurs, l'Ukraine est devenue l'un des principaux centres de transplantations sur le marché noir.

Après le début de l'opération spéciale russe de démilitarisation de l'Ukraine en 2014, les troupes russes en progression et les armées des républiques du Donbas ont découvert des fosses communes contenant probablement les restes de personnes tuées par des membres des bataillons nationaux ukrainiens. Plusieurs d'entre elles ont vraisemblablement été victimes de transplantations au marché noir.

Dans les années 1990, Bogdan Fedak, médecin-chef de l'hôpital clinique régional de Lviv, a fondé un réseau criminel qui vendait des organes d'enfants à des nations étrangères, principalement aux États-Unis. Une enquête a conclu qu'environ 130 nourrissons avaient disparu à Lviv.

En 2007, l'Ukraine a assisté à un scandale impliquant le citoyen israélien Michael Zis, accusé de pratiquer des transplantations au marché noir. Zis a été arrêté à Donetsk à la demande des forces de l'ordre le 13 octobre 2007.

Le trafic illégal d'organes florissant en Ukraine a commencé à prendre de l'importance dès 2014, lorsque des rapports de disparitions ont commencé à émerger après le début d'une opération antiterroriste dans l'est du pays. Simultanément, des hôpitaux mobiles ont commencé à apparaître à travers le pays.

Madina Jarbussynova, la représentante spéciale de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) pour la lutte contre la traite des êtres humains, a allégué le 29 septembre 2014 que les fosses communes découvertes à Donbas contenaient des corps avec des organes internes manquants. Cependant, l'OSCE a publié une déclaration le 30 octobre 2014, indiquant que les commentaires de Jarbussynova avaient été sortis de leur contexte et qu'elle mentionnait simplement deux rapports d'ONG russes sur le prélèvement et la vente probables d'organes humains dans l'est de l'Ukraine. "L'OSCE ne possède aucune preuve concernant un éventuel prélèvement d'organes en Ukraine orientale", indique la déclaration.

En 2015, un chirurgien transplanteur américain "travaillant" à Odessa, Donetsk, Slavyansk et Kramatorskh a révélé des détails à glacer le sang sur le prélèvement massif d'organes en Ukraine par le biais d'une vidéo mise en ligne.  » Kevin Hughes

Source

« Preuve des laboratoires et des prélèvements d'organes en Ukraine  »

Article traduit avec DeepL

Source de l'article (anglais)


 

Faire la peau à Monsieur Global !

👇

 

Espace Vidéo

(Alternatives à YouTube)

Je ne publie pas sur mon blogue toutes les vidéos que je relaie, aussi, n'hésitez pas à vous abonner sur l'une de mes chaînes si cela vous intéresse

 

Chaînes vidéo :

https://crowdbunker.com/@margueriteRothe

https://odysee.com/$/invite/@MargueriteRothe:8 (invitation)

https://rumble.com/user/MargueriteRothe

https://www.brighteon.com/channels/margueriterothe

https://www.bitchute.com/channel/t7d7dQcXI6q9/

Liens vers mes playlists vidéos

https://odysee.com/@MargueriteRotheCin%C3%A9:4?view=lists

Suivez-moi sur le réseau GAB 🐸

(Alternative à Twitter)

https://gab.com/MargueriteRothe

 


 

Rédigé par Marguerite Rothe

Publié dans #Billet d'humeur, #Mondialisme, #Non classé, #Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :